Copyright

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes du Confolentais - Champagne-Mouton
  • Commune Alloue
  • Lieu-dit l' Age
  • Cadastre 1986 E1 735
  • Dénominations
    manoir
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, grange, portail, étable, fossé, four à pain, four

En 1399, « Guy de l´Aage Landri, damoiseau, rend aveu à Aimar abbé de Charroux, de son hébergement de l´Age de Volude en Alloue ». « Age » signifie enclos fortifié, tandis que « volude » désigne une petite vallée. Il a été occupé successivement par les familles Green de Marsault, de l'Aage et de Verdilhac. Le manoir a ensuite été transformé en exploitation agricole. L´enceinte quadrangulaire cantonnée de tours circulaires date du 15e siècle. La tour sud-est semble antérieure au reste de l´enceinte. Le logis a été construit à la fin du 16e siècle et a été remanié ensuite. Sur le plan cadastral de 1835, des douves étaient représentées au sud et à l´est, les quatre tours étaient encore présentes et un bâtiment qui s´appuyait sur l´enceinte au sud-ouest, dans le prolongement de l´actuelle pièce voûtée, reliait en 1835 les deux tours d´angles. Sur l'esquisse de Brouillet réalisée au milieu du 19e siècle, une galerie couverte d'un auvent est représentée pour accéder à l'étage de la tour d'escalier depuis ce bâtiment sud-ouest. Les vestiges de cet aménagement sont encore visibles sur des vues anciennes du début du 20e siècle, de même que la tour située au nord-ouest.

Le manoir est situé au sud-est du bourg. Il est à l´origine constitué d´une enceinte quadrangulaire cantonnée de quatre tours. Les deux tours situées au sud-ouest et au sud-est sont encore présentes. La tour sud-est, plus petite, est percée de quatre meurtrières-canonnières par niveau. Une petite canalisation, dont la fonction est inconnue, passe sous cette tour. L´enceinte a disparu au nord-ouest. Un fossé étroit longe le mur d´enceinte au sud-est. Le mur d´enceinte était couronné d´un parapet sur mâchicoulis. L´élévation nord-est, la tour sud-ouest et les murs d´enceinte de part et d´autre de cette tour ont conservé les consoles du mâchicoulis. Le parapet existe encore à l´est, près de la tour sud-est. L´accès à la cour intérieure était situé sur l´élévation nord-est, un portail présente les rainures d´un ancien pont-levis. Le logis rectangulaire s´élève sur deux niveaux et un comble à surcroît. Il possède une tour d´escalier circulaire, semi-hors-oeuvre, au milieu de la façade. Son toit conique a disparu. A l´étage de la tour, une porte donnant dans le vide permettait autrefois d´accéder à une galerie couverte, visible sur l'aquarelle du milieu du 19e siècle réalisée par Brouillet, ainsi que sur les cartes postales anciennes. On peut accéder à la tour d´escalier depuis la cour, par une porte en plein cintre à sommiers saillants. Certaines ouvertures du logis possèdent des encadrements chanfreinés et des appuis saillants moulurés, d´autres ont été refaites. Une pièce voûtée en pierre est accolée au sud-ouest du logis, en saillie au sud. A l´étage, les murs sont en tuiles de Roumazières. Un bâtiment jointif est situé à l´est du logis, il s´appuie contre le mur d´enceinte au sud-est et la tour sud-est. Ce bâtiment possède un rez-de-chaussée et un étage accessible par un escalier extérieur en façade. Au sud-est, le mur d´enceinte n´est pas continu, ce qui permet d´accéder au logis en retrait. Les consoles du mâchicoulis se poursuivent sur les pans de murs reliant l´élévation postérieure du logis et le mur d´enceinte. Au nord se trouve une étable à cochons, qui s´appuyait autrefois contre la tour nord-est et le mur d´enceinte nord-ouest. Une grange à demi-croupe en façade, percée d´ouvertures couvertes en arc segmentaire, se situe à l´extérieur de l´enceinte.

Le rez-de-chaussée du logis est constitué de deux grandes pièces de plan carré. Dans la pièce sud-ouest, deux portes très étroites se font face sur les murs nord-ouest et sud-est. Une porte dans la pièce nord-est ouvre sur l´escalier en vis. La tour est percée de petites fenêtres et d´une archère. Une porte murée permettait de communiquer entre le logis et la pièce voûtée. Cette dernière est percée de plusieurs oculi. Elle communique également avec la tour sud-ouest. Le rez-de-chaussée du bâtiment jointif à l´est est composé de quatre pièces. D´est en ouest, la première contient un four à pain et un four à pâtisserie. La seconde est une étable. La troisième est une cuisine, elle contient un évier, un potager et une cheminée à hotte adossée, sur de larges piédroits surmontés de consoles. La quatrième pièce, plus petite, communique avec la cuisine et le logis. Dans le mur sud-est, elle contient une niche percée d´un trou, qui servait probablement de latrines. L´étage est constitué de trois pièces. L´une est située au-dessus de la cuisine, sans fonction précise apparente. La deuxième, de grande taille, contient une cheminée semblable à celle de la cuisine. Cette grande pièce communique avec une petite pièce, munie d´une petite cheminée. Cette petite pièce communique elle-même avec la tour sud-est, une porte permet également d´accéder au chemin de ronde du mur nord-est de l´enceinte.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
    • tuile en gros oeuvre
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    rez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • demi-croupe
  • Escaliers
    • escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
    • escalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
  • Typologies
    grange à demi-croupe en façade
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Bibliographie

  • Association Promotion Patrimoine. Châteaux, manoirs et logis. La Charente / dir. de recherches Pierre Dubourg-Noves. Philippe Floris, Pascal Talon. Dir. Niort : A.P.P., 1993 (Sans lieu : Aubin).

    p. 72
  • Dujardin Véronique, Moinot Emilie, Ourry Yann. Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin. Images du patrimoine n° 243, Geste éditions, 2007.

    p. 125
  • Gaillard, Jean-Paul dir. Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente, librairie Bruno Sépulchre, 1993.

    p. 39-40
Date d'enquête 2003 ; Dernière mise à jour en 2004
Articulation des dossiers