Dossier IA86002665 | Réalisé par ; ;
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Manoir de Salvert, actuellement couvent des Filles de la Sainte-Vierge
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
  • (c) Communauté d'Agglomération de Poitiers

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'Agglomération de Poitiers
  • Commune Migné-Auxances
  • Lieu-dit Salvert
  • Adresse rue de Chardonchamp
  • Cadastre 1839 H2 1 à 34  ; 2004 AZ 62 à 82
  • Dénominations
    manoir
  • Destinations
    couvent
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, parc, mur de clôture, portail, chapelle, grange, dépendance, communs, serre, hangar

Salvert, mentionné en 1277, est un ancien fief relevant de l'abbaye de Montierneuf. Le logis actuel date du 17e siècle et la chapelle fut bénie en 1706 par l'évêque de Poitiers, cette date est inscrite sur le linteau de la porte.

Le cadastre de 1839 mentionne plusieurs ensembles sur le site : maisons, bâtiments, cours et pièce d'eau appartenant au colonel Jean Brault, également propriétaire de Putet. A cette époque, l'accès est, comme aujourd'hui, à l'est, constitué d'une allée bordée d'arbres (marronniers) et l'organisation des bâtiments principaux est également celle que nous voyons actuellement : une cour bordée à l'ouest par le logis, entre deux ailes de communs séparées, celle du nord ouvrant à l'arrière sur une autre cour entourée de constructions. Au sud, se trouvait un vaste clos organisé en parterres et allées, sur une partie duquel sera implanté ensuite le couvent.

Salvert est acheté en 1841 par Pauline Dauvilliers qui, avec l'abbé Gaillard, y installe en 1842 la congrégation des soeurs de Sainte-Philomène. La propriété est alors transformée en colonie agricole pour orphelins. En 1846, l'aile nord des communs est surélevée pour accueillir le dortoir de la colonie. Son rez-de-chaussée est remanié plus tard (portes charretières murées) pour accueillir des logements. En 1882, le château compte 29 ouvertures et 2 portes cochères. Sur la parcelle 15 est construite une serre en 1887, puis une lingerie en 1889. A l'écart au nord-est, l'ancienne métairie de Salvert, accueille un nouveau bâtiment en 1884. De nouveaux locaux y sont bâtis en 1956 pour abriter un foyer de garçons et des agrandissements successifs sont effectués ensuite.

Cette propriété, située à proximité de la rivière, est desservie par un chemin depuis la route de Chardonchamp. Le site est circonscrit par deux murs de clôture. Entre les deux, une allée bordée de marronniers relie le chemin d'accès à la cour principale. Des portails scandent cet accès : le premier s'accompagne d'une porte piétonne couverte, le second, à l'entrée de la cour, possède des piliers en pierre surmontés de sphinx.

Les bâtiments les plus anciens forment un plan en U autour d´une cour. Le logis, en bordure ouest de cette cour, présente une façade ordonnancée avec un avant-corps central à une travée et deux travées de part et d'autre. Une aile est établie en retour côté nord et des pierres d'attente indiquent qu'un prolongement symétrique était envisagé côté sud, mais une dépendance (écurie ?) a été bâtie à cet endroit. Sur les travées paires du logis, le comble est percé de lucarnes ornées d'un fronton triangulaire et de volutes. Un bandeau décoratif sépare le rez-de-chaussée de l'étage. Le toit, à longs pans brisés et croupes, s'élève au-dessus d'une corniche moulurée. A l'intérieur, l'escalier en pierre est à mur d´échiffre ajouré. Des communs et dépendances sont implantés perpendiculairement au logis dont ils sont séparés par un portail. Au sud, un hangar est accolé à un vaste bâtiment rassemblant sous le même toit une dépendance dans laquelle se trouve un pressoir et une chapelle. Ce bâtiment est en rez-de-chaussée, à toit à longs pans brisés et croupes, couvert en ardoise sur les brisis et tuile creuse sur les pans. Sa façade, au nord, couronnée par une corniche moulurée, est percée de deux portes charretières couvertes en plein cintre (l'un d'elles murée). A gauche, là où se trouve la chapelle qui dispose d'un sous-sol, s'ouvre une porte à encadrement moulurée et linteau à larmier orné d'une croix. Dans le brisis sont trois lucarnes en pierre cintrées à ouverture circulaire.

En vis-à-vis, au nord de la cour, est établi un bâtiment allongé, surélevé à la fin du 19e siècle, à un étage et un comble à surcroît, couvert d'un toit à longs pans et croupes. Sa façade présente huit travées et un bandeau saillant sépare le rez-de-chaussée de l'étage. Les portes charretières, en arc plein cintre, formaient une symétrie avec celles du bâtiment d'en face.

De part et d'autre du logis un portail avec porte piétonne couverte donne accès aux dépendances. Au nord, des bâtiments de ferme sont disposés autour d'une cour. Au sud, au delà d'une basse-cour entourée de murs, se trouve un logement plus récent, couvert en tuile mécanique.

  • Murs
    • calcaire
    • enduit
    • moellon
  • Toits
    ardoise, tuile creuse
  • Étages
    sous-sol, 1 étage carré, étage de comble
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • toit à longs pans brisés
    • croupe
  • Escaliers
    • escalier intérieur : escalier tournant à retours sans jour en maçonnerie
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • sphinx
    • volute
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • A. D. Vienne : 1E 16. 1676-1748 : papiers relatifs à la seigneurie de Salvert.

  • A. D. Vienne : En 1400. 1559-1638 : papiers relatifs à la seigneurie de Salvert.

  • A. D. Vienne : 1H 2/64. 1777, 3 juin : aveu et dénombrement de l´hôtel noble de Salvert rendu à Louis de Cressac, abbé de Montierneuf, par Jean-René Rabault des Rollands, seigneur de Salvert ; 18e siècle : papiers relatifs à un contentieux sur les droits de l´abbaye de Montierneuf sur les terres de Salvert.

  • Archives départementales de la Vienne : 4 P 1059-1069 (Plans parcellaires, 1838-1839) ; 4 P 2629 (États de sections des propriétés bâties et non bâties, 1839) ; 4 P 2630 (Tableau indicatif des propriétaires, des propriétés foncières et de leur contenance, 1839) ; 4 P 2631 et 4 P 2638 (Matrices des propriétés foncières, 1841-1914) ; 4 P 2639 (Matrices des propriétés bâties, 1882-1910).

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4P
  • A. C. Migné-Auxances. Registres des délibérations du conseil municipal.

  • A. Evêché : dossier communal Migné.

Bibliographie

  • PAIN, Armelle, FORESTIER, Carine (coord.). Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic, 2002, 2 vol., 1135 p.

    Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : 709.446 3 PAT POI
    p. 772
  • RÉDET, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne [...], Paris : Imprimerie nationale, 1881. (Réédition Paris : J.-M. Williamson, 1989), 526 p.

    Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : 914.463 RED
    p. 392
  • Sicot, Henri. Il était une fois... Salvert. Imprimerie R. B. S. Poitiers, mai 2007, 290 p.

Annexes

  • Annexe n°1
Date d'enquête 2007 ; Dernière mise à jour en 2007
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
(c) Communauté d'Agglomération de Poitiers
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.