Dossier d’œuvre architecture IA16006063 | Réalisé par
Malégol Raphaël
Malégol Raphaël

Chargé de mission Inventaire du patrimoine- Ville de Limoges (2010- )

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Communauté de communes du Confolentais
Manoir de Mas-Marteau
Auteur
Copyright

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes du Confolentais - Confolens-Nord
  • Commune Confolens
  • Lieu-dit le Mas-Marteau
  • Cadastre 1826 E 223  ; 1992 E1 69
  • Dénominations
    manoir
  • Appellations
    dit de Mas-Marteau
  • Parties constituantes non étudiées
    escalier, pigeonnier, chapelle, grange, bergerie, logement, remise, cour

Le premier seigneur connu du Mas-Marteau est Pierre Perry, écuyer seigneur du Mas-Marteau qui épousa Jeanne Tizon le 5 juin 1470. Pierre Perry était le fils de Guillaume écuyer, homme d´armes aux gardes écossaises qui vint en France pour faire partie des gardes du corps de Charles VII. Il est possible que la seigneurie du Mas-Marteau fut donnée aux Perry comme récompense de leur engagement auprès du roi de France. Le manoir passa ensuite au début du XVIIe siècle aux Vigier-de-Saint-Mathieu puis aux Bonneval et aux de Saint-Georges au début du XVIIIe siècle. Le Mas-Marteau fut acheté par Nicolas de Marcillac d'Oradour en 1765 dont les propriétaires actuels, les Périgord de Villechenon, sont des descendants. Le manoir fut utilisé comme bâtiment d'exploitation agricole depuis au moins la Révolution jusqu'en 1984, date à laquelle des restaurations furent entreprises par les propriétaires actuels. Les bâtiments figurent sur l'ancien cadastre de 1826 à l'exception de l'ancienne écurie qui semble dater de la limite entre le XIXe et le XXe siècle. On y aperçoit également un bâtiment de grande taille au sud-est du manoir qui pourrait être une grange. Elle aurait brûlé à la fin du XIXe siècle et fut par la suite reconstruite à l'ouest du manoir, probablement en même temps que l'écurie. Cette grange a été elle aussi restaurée à la limite du XXe et du XXIe siècle. A cette occasion la couverture en fibrociment a été remplacée par des tuiles creuses.

Le manoir se compose d'un corps de logis rectangulaire doté d'une tourelle d'escalier circulaire demi-hors-oeuvre en façade. Il comprend un sous-sol, un rez-de-chaussée et un étage surmonté d'un comble à surcroît et présente trois travées sur l'élévation principale. Les fenêtres du rez-de-chaussée sont à meneau avec des encadrements moulurés et des appuis saillants, en pierre calcaire de Pressac. La porte de la tour d'escalier possède un linteau décoré d'une accolade et d'un blason. Les piédroits moulurés de cette porte ont été refaits lors de la récente restauration du manoir. L'élévation postérieure comporte deux parties saillantes couvertes de toits en appentis. Les traces d'arrachements et d'une porte murée, visibles dans la maçonnerie de l'élévation occidentale, révèlent la présence d'un ancien bâtiment accolé contre le mur. Le corps de logis est couvert d'un toit à longs pans avec croupes et la tour d'escalier d'un toit conique.

Les deux tours, couvertes de toits coniques, étaient autrefois reliées au corps de logis par des murs d'enceinte, dont les murets actuels reprennent le tracé. Les deux tours comportent plusieurs meurtrières.

La chapelle de style gothique se situe au sud-est du manoir. Elle comporte une porte couverte en arc segmentaire et une fenêtre axiale trilobée couverte d'un arc brisé. La toiture est à longs pans.

L'ancienne écurie située au sud a été reconvertie en logement. Elle est couverte d'un toit à longs pans. La grange située à l'ouest du manoir possède deux portes charretières encadrées chacune de deux portes d'étable. La toiture est à longs pans.

  • Murs
    • moellon enduit
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    sous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe
    • toit conique
    • appentis
  • Escaliers
    • escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
  • Typologies
    logement à étage à porte décentrée ; logement à 3 travées ; grange à façade en gouttereau
  • État de conservation
    remanié
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • ornement architectural
    • accolade
    • armoiries
  • Précision représentations

    Porte de la tour d'escalier : linteau en accolade avec blason. Chapelle : fenêtre trilobée couverte en arc brisé.

  • Statut de la propriété
    propriété privée