Manoir, aujourd'hui maisons
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Arrondissement de Montmorillon - Montmorillon
  • Commune Jouhet
  • Cadastre 1840 A3 742  ; 1943 A3 471 [Idem en 2016]
  • Dénominations
    manoir
  • Destinations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, communs, logement, grange

L'abbé Reix a proposé une attribution au 15e siècle pour ce manoir, Patrimoine de la Vienne une datation du 17e siècle.

La fenêtre à coussiège, les baies chanfreinées à appui mouluré et traverse et la cheminée peuvent plutôt suggérer une datation au 15e ou au 16e siècle.

Il est mentionné parmi les propriétés du seigneur de Moussy, qui contrôlait le château de la Contour en amont sur la rive gauche, commune de Jouhet, et le château de Boismorand, à Antigny, en aval sur la rive droite.

La carte de Cassini et le plan cadastral de 1840 mentionnent le moulin et la métairie de Roche.

Une poutre de la grange-étable, transformée en hangar, porte la date et l'inscription " Louis Peignon / l'an / 1832 ".

Un maquis s'est réuni dans ce manoir pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'ancienne maison forte de la Roche est située sur la rive droite de la Gartempe, face au barrage et au moulin de la Roche.

Plusieurs corps de bâtiments s'organisent en L autour d'une cour (voir plan schématique).

Le bâtiment le plus ancien (" manoir ", A sur le plan) présente une large façade à l'ouest, vers la Gartempe située à une centaine de mètres, et son entrée sur le mur pignon sud. Couvert en tuiles plates, il présente un rez-de-chaussée et d'un étage.

Sur le mur pignon sud de ce bâtiment sont préservés une porte à linteau en accolade avec un décor gravé en forme de X inscrit dans un cercle, une fenêtre à appui saillant mouluré, piédroits et linteau chanfreinés à l'étage (qui porte une inscription, cf infra) et un jour à piédroits et linteau chanfreiné dans le comble.

La plupart des baies de l'élévation ouest ont été remaniées, mais il reste, à l'étage, un jour à piédroits et linteau arrondis et une fenêtre à traverse, appuis saillant mouluré et linteau en accolade. A l'intérieur, cette fenêtre présente du côté droit, un coussiège. Sur le mur sud, une autre fenêtre porte sur son ébrasement intérieur, du côté droit, les inscriptions suivantes :

" VIVE JEHAN : / PINEAU : ET / TOUS CEULX A LA / MAISON HIS M "

"M PINEAU CLER DEMEU / RANT [... / [L?]OVIIY III.I.I.MIMMOCM] ". Le piédroit droit fenêtre porte La cheminée se trouve sur le même mur sud. La pièce " noble " se trouvait donc, comme pour beaucoup de manoirs de cette époque, à l'étage, desservi probablement par l'extérieur (échelle sur porte haute), et par l'intérieur par un escalier droit en bois de type échelle de meunier. Une autre pièce a conservé une cloison en panneaux de bois et les poutres du rez-de-chaussée et de l'étage semblent toutes être les poutres d'origine.

Un bâtiment couvert en appentis (B sur le plan) est adossé à l'est de ce premier bâtiment. Il comporte un évier très débordant sur son élévation sud.

Un logement secondaire (C sur le plan), en rez-de-chaussée, vient s'adosser au nord des deux premiers bâtiments.

En 2016, il n'a été possible de visiter que le bâtiment nord, avec sa façade au nord, le reste du bâtiment étant mis en location.

La grange-étable, transformée en hangar, présente une poutre signée " Louis Peignon / l'an / 1832 ".

À noter dans la parcelle voisine la présence d'un châtaigner qui aurait été planté, selon le propriétaire, vers 1730/1740.

  • Murs
    • pierre moellon enduit
  • Toits
    tuile mécanique, tuile plate, tuile creuse
  • Étages
    1 étage carré, étage de comble
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • appentis
  • Escaliers
    • escalier intérieur : escalier droit en charpente
  • Jardins
    arbre isolé
  • Typologies
    logement à étage
  • État de conservation
    remanié
  • Représentations
    • accolade, ornement géométrique, chronogramme
  • Statut de la propriété
    propriété privée