Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste-Notre-Dame-des-Infirmes

Maître-autel (autel, degré, 2 gradins, tabernacle à ailes)

Dossier IM64004168 réalisé en 2019

Fiche

Dénominationsautel, degré d'autel, gradin d'autel, tabernacle
Aire d'étude et cantonPyrénées-Atlantiques
AdresseCommune : Eaux-Bonnes
Adresse : place de l' Église
Emplacement dans l'édificechœur

La "pose d'un maître-autel à l'église d'Eaux-Bonnes" est projetée dès le mois de mai 1877, date à laquelle le conseil municipal vote une subvention de 5.000 francs à cet effet. Une délibération du 21 décembre de l'année suivante confirme ce vote et confie l'exécution du meuble au marbrier oloronais Jean-Baptiste Hum (1826-1893) sur des plans de l'architecte palois Émile Loupot, qui venait d'effectuer une expertise pour le compte de la commune dans l'affaire d'un contentieux avec l'entrepreneur Jean Courtade. Les sculptures figuratives, si l'on en croit la presse locale, furent exécutées par l'artiste catalan Pau Rodo i Samaranch (1843-1894), qui résidait alors entre Pau et Cauterets. L'autel est installé en 1879, grâce aux efforts conjoints de la commune et du curé Daguerre, et inauguré officiellement le 29 mai 1884 à l'occasion de la consécration de l'église. Comme l'indique une inscription dédicatoire gravée sur l'exposition, la dépense fut couverte pour moitié par une notable biscayenne, Quintina Clementa de Chapartegui, épouse de Fabian Miguel Andres de Abaroa y Urribaren. Ce don de 4.000 francs, fait par "un noble étranger", est signalé à l'occasion d'une visite pastorale de l'évêque François Jauffret en 1894.

Les trois bas-reliefs de l’Annonciation, de la Visitation et de l'Adoration des bergers qui ornent le tombeau d’autel sont inspirés de gravures du Berlinois Julius Schnorr von Carolsfeld (1811-1872) publiées en 1860 dans son célèbre ouvrage Die Bibel in Bildern. La composition de l'Annonciation a été inversée pour s'harmoniser avec celle de son pendant.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1879, porte la date
Stade de créationcopie interprétée d'estampe
Lieu d'exécutionCommune : Oloron-Sainte-Marie
Auteur(s)Auteur : Hum Jean-Baptiste , dit(e)
Hum Jean-Baptiste , dit(e) (1826 - 1893)

Marbrier à Oloron-Sainte-Marie, né en 1826 et mort en 1893 ; fonde en 1852 une entreprise de marbrerie d'art spécialisée dans "les monuments funéraires, caveaux, chapelles, autels, appuis de communion, fonts baptismaux, chaires à prêcher, bénitiers...". Rayonnant dans tout le Sud-Ouest, mais aussi en Espagne et en Amérique, elle était réputée pour la qualité de ses marbres (blanc de Carrare, rose de Moncal, rosé d'Oréal, vert "Henri IV", rouge, rose et brèche basques). A la mort du fondateur en 1893, lui succède son fils Jean-Baptiste (1859-1929), né de Marie Anne Francine Lichets (1838-1914), époux de Marie Julie Mondine (1862-1899) et père de Jean-Baptiste Michel (1888-1918), aussi marbrier.

Nombreuses œuvres de Jean-Baptiste père et fils conservées dans les Pyrénées-Atlantiques : Eaux-Bonnes (1879), Aramits (1885), Cescau (1896), Castétis (vers 1897), Noarrieu (vers 1897), Carresse (1899), Saint-Martin de Biarritz (1899), Laruns (1899), Bruges (1905), Bergouey, Rébénacq, Goès (vers 1900), Bedous, Osse-en-Aspe ; plusieurs monuments aux morts. La marbrerie Hum-Sentouré est toujours active à Oloron.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier signature
Auteur : Loupot Émile
Loupot Émile

Architecte et ingénieur des mines (cité en cette qualité en 1856). Installé à Bagnères, à Luchon (1855-1858) puis à Pau. A l'occasion du mariage de sa fille avec l'officier d'artillerie Lemonnier, le Bulletin du diocèse de Bayonne (10 mai 1885, n° 13, 7e année, p. 206) écrit : "(...) Mlle Loupot, la fille cadette de l'architecte bien connu et apprécié dans nos contrées. Aussi bien ce nom se rattache très intiment à l'archéologie diocésaine. M. Loupot depuis une quarantaine d'années n'a pas cessé d'être, sous l'impulsion du regretté M. Menjoulet, le promoteur d'une véritable restauration religieuse et artistique dans les églises de notre diocèse." Il construisit ou remania plusieurs églises dans les Pyrénées-Atlantiques entre 1853 et 1885 : Bénéjacq (1853), Bordères (1853), Gurmençon (1855), Saint-Jacques de Pau (1861-1866), Coarraze (1866), Saint-Palais (1866-1874), Buros (1865-1870), Espéchède (1869-1875), Laruns (1874-1883), Eaux-Bonnes (maître-autel, 1879), Jurançon (1885). Il restaura en outre la cathédrale Sainte-Marie d'Oloron (1858-1859) et l'église Saint-Esprit à Bayonne. Hors Aquitaine, il bâtit l'église de Bagnères-de-Luchon (1847-1857) et l'église néoromane de Saint-Paul-Cap-de-Joux dans le Tarn (1854-1865).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, auteur du modèle signature
Auteur : Rodo i Samaranch Pau
Rodo i Samaranch Pau (1843 - 1894)

Sculpteur catalan né à Terrassa (Vallès Occidental) en 1843, décédé à Barcelone en 1894. Il étudia à Barcelone à l'École de Llotja, puis à Rome à l'Académie de Saint Luc, rentra à Barcelone en 1872 avant de s'installer à Cauterets (Bigorre), où il fut fonda peut-être une académie, et à Pau. Il participa à l'Exposition nationale de Madrid en 1881 avec une Allégorie du XIXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur attribution par source
Auteur de la source figurée : Schnorr von Carolsfeld Julius
Schnorr von Carolsfeld Julius (1794 - 1872)

Julius (prénom usuel) Veit Hans Schnorr von Carolsfeld, né à Leipzig et mort à Munich, peintre et graveur du mouvement nazaréen.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
graveur

Autel de style néogothique, entièrement en marbre blanc des Pyrénées (structure) et sans doute en carrare blanc (reliefs), avec rehauts peints dorés sur les moulures, bases et chapiteaux des colonnettes, gradin inférieur, porte du tabernacle, etc. Large degré d’autel à trois marches, à angles antérieurs coupés ; tombeau droit à la face divisée par des pinacles encadrant trois bas-reliefs en arc surbaissé ; table en marbre monolithe ; tombeau adossé à un massif postérieur débordant, sur les retours desquels sont fixées deux petites crédences à plateau semi-hexagonal ; gradin inférieur droit ; gradin supérieur à deux redents encastrant un tabernacle architecturé doté d’une porte à sommet trilobé en marbre et d'une seconde porte intérieure en fer (peint en doré) ; de part et d’autre de l’armoire eucharistique, deux hautes ailes formant retable ; à l’aplomb de l’armoire, une exposition cubique surmontée d’une plaque de marbre blanc, gravée d’une inscription dédicatoire, et d’un crucifix moderne (remplaçant un dais architecturé à gâbles et pinacles, disparu) ; posés au sol de part et d’autre du tombeau d’autel, deux petits dais architecturés devaient amortir originellement les ailes du tabernacle. Décor sculpté en bas relief dans la masse (tombeau, gradin inférieur, porte du tabernacle, ailes), en quasi-ronde bosse et rapporté (angles du tabernacle, ailes), gravé et doré (gradin supérieur).

Catégoriesmarbrerie, sculpture
Structuresplan, rectangulaire élévation, droit colonne, 22
Matériauxmarbre uni, blanc, en plusieurs éléments taillé, tourné, poli, placage, décor en bas relief, décor dans la masse, décor en ronde bosse, décor rapporté, gravé, peint faux or
Mesuresh : 360.0 (hauteur totale actuelle)
la : 301.0 (largeur totale)
Précision dimensions

Tombeau d'autel : h = 97 ; la = 265 ; pr = 120. Massif postérieur : h = 97 ; la = 301. Gradin inférieur : h = 21,5. Gradin supérieur : h = 30. Armoire eucharistique du tabernacle : h = 125 ; la = 56 ; pr = 47. Ailes du tabernacle (retable) : h = 139 (sans les pinacles). Exposition : h = 100 environ (avec le crucifix moderne).

Iconographiescycle narratif, vie de la Vierge, Annonciation, Visitation, Adoration des bergers
figures bibliques, saint Jean-Baptiste, enfant, Christ enseignant, Christ en croix, ange, orant
ornementation, ornement à forme architecturale, arcature, remplage, lancette, gable, pinacle, crochet, toit, écaille, ornement à forme végétale, fleuron, rosace, rinceau
Précision représentations

Le tombeau d'autel est scandé par des pinacles à crochets et fleuron encadrant trois bas-reliefs inscrits dans des arcs déprimés à besants, sur colonnettes à chapiteau feuillagé. Les bas-reliefs figurent trois scènes de la vie de la Vierge, co-titulaire de l'église d'Eaux-Bonnes : à droite, l'Annonciation, à gauche, la Visitation (dans ces deux scènes, Marie est frappée par un rayon lumineux venant du ciel), au centre, l'Adoration des bergers (avec, dans le ciel, l'ange de l'Annonce aux bergers et l’étoile). Sur chaque face latérale du tombeau, un bas-relief représente un ange orant à demi agenouillé sur une nuée. Les retours du massif postérieur sont ornés d'arcs trilobés calés par des colonnettes ; les crédences suspendues sont sculptées d'un culot feuillagé et de lambrequins gothiques. Sur le gradin inférieur, une frise de rinceaux en bas relief dans la masse se détache sur un fond or. Le gradin supérieur à redents est gravé de rinceaux dorés. Le tabernacle comporte un riche décor architecturé : porte trilobée soulignée d’une frise de boutons, massifs de colonnettes angulaires, gâbles (sur les trois faces) à crochets et fleuron sommital, grosse rosace feuillue sur les faces latérales, toit à écailles... La porte est sculptée, en bas relief dans la masse, d'une effigie en pied de saint Jean-Baptiste enfant au désert (co-titulaire de l'église avec la Vierge) sur fond or ; le tympan, d'un Christ en majesté, enseignant et bénissant, également sur fond or. Placés aux angles antérieurs de l'armoire, en amortissement des colonnettes, deux anges thuriféraires en quasi-ronde bosse. De part et d'autre de l'armoire, les deux hautes ailes formant retable sont décorées d'une arcature gothique à six travées, chacune comportant des lancettes jumelées et un oculus de réseau sommés d'un gâble aigu à crochets et fleuron, le tout calé par des pinacles ; les lancettes abritaient des ornements rapportés (trous de fixation) aujourd'hui disparus. Le dais à gâbles contigus, pinacles et fleurons qui couronnait originellement l’armoire eucharistique est actuellement remplacé par un crucifix en marbre à Christ de laiton ou de bronze doré.

Inscriptions & marquessignature, gravé, peint
date, gravé
inscription concernant le commanditaire, gravé
inscription concernant le donateur, gravé
Précision inscriptions

Signature (gravée sur le retour gauche de l'autel) : Bte HUM marbrier / à Oloron (B.P.). Inscription concernant l'auteur du modèle et le commanditaire et date (gravées au revers de l'autel) : LOUPOT ARCHITECTE / DAGUERRE CURÉ CHne Hre / 1879. Inscription concernant le donateur (gravée sur la plaque de marbre au-dessus de l'exposition) : Priez pour Dna Quintina de Chapartegui, / épouse de Mr Fabian de Abaroa / y Urribaren, qui a fourni la moitié de l'argent nécessaire à l'érection / de cet autel.

État de conservationmanque
partie remplacée
Précision état de conservation

Le dais d'exposition visible sur des photographies anciennes à été supprimé et remplacé par un crucifix en marbre moderne ; les dais amortissant les ailes du tabernacle sont déposés de part et d’autre du tombeau d'autel et servent actuellement de socles ou de sellettes. Il manque le fleuron sommital du gâble frontal de l'armoire eucharistique ainsi que les ornements rapportés autrefois fixés entre les lancettes des ailes du tabernacle.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des délibérations du conseil municipal (1875-1879) : délibération du 13 mai 1877, "pose d'un maître-autel à l'église d'Eaux-Bonnes".

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
  • Registre des délibérations du conseil municipal (1875-1879) : délibération du 21 décembre 1878, "acquisition d'un maître-autel (vote de 5.000 francs)".

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : 8 V 16
Bibliographie
  • MAISONNAVE Jean-Philippe. Architecture religieuse dans les Pyrénées-Atlantiques, 1800-1940. Rapport de l'enquête d'inventaire menée entre 1988 et 1991.

    p. 145-146 Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
  • SCHNORR VON CAROLSFELD Julius. Die Bibel in Bildern von Julius Schnorr von Carolsfeld. Leipzig : Wigand, 1860.

Périodiques
  • "Au sujet de l'église [d'Eaux-Bonnes]". Bulletin du diocèse de Bayonne.

    15 avril 1894 (3e année), n° 15, p. 230-231

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Maisonnave Jean-Philippe