Maisons et fermes de Saint-Vivien-de-Médoc
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Conseil départemental de la Gironde

Dossier non géolocalisé

  • Dénominations
    maison, ferme
  • Aires d'études
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Adresse
    • Commune : Saint-Vivien-de-Médoc

Parmi les 66 maisons repérées, la majorité présente une phase de construction datant du 19e siècle. 6 conservent des maçonneries du 18e siècle (baies en arc segmentaire).

Quelques dates portées ont été recensées : 1868, 1883, 1884, 1906, 1932.

Le village a été lourdement touché par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale : de nombreuses maisons sont reconstruites dans les années 1950. Un baraquement, correspondant aux logements provisoires établis après-guerre, est encore conservé.

Quant aux fermes, deux ensembles figurent sur le plan cadastral de 1833, au lieu-dit Les Cabireaux, dans les mattes. Ces alignements datent peut-être du 1er quart du 19e siècle. A la ferme de La Fosse, le bâtiment de dépendance porte la date 1828. Quant à la ferme-modèle de La Grande Canau, elle est construite à la fin du 19e siècle, selon les plans de l'architecte Ernest Minvielle.

  • Période(s)
    • Principale : 18e siècle
    • Principale : 19e siècle
    • Principale : 1ère moitié 20e siècle
    • Principale : 3e quart 20e siècle

Parmi les 66 maisons repérées, 4 ont été étudiées.

6 fermes ont été repérées et 2 étudiées : il s'agit de la ferme de La Fosse et de la ferme de La Grande Canau, deux propriétés particulièrement prospères à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Les autres fermes s'organisent selon un alignement de bâtiments, logis et dépendances dans le prolongement.

Les maisons sont en majorité construites en pierre de taille de calcaire (29) ; celle-ci est souvent privilégiée pour la façade, tandis que les élévations secondaires sont en moellons.

Elles sont pour la plupart en rez-de-chaussée (51) ; on compte 26 maisons à étage carré.

Le traitement de la façade peut faire l'objet d'un décor soigné ; on trouve également de nombreux petits logis, assez modestes, avec des dépendances dans le prolongement ou en appentis à l'arrière. Ces dépendances peuvent être en essentage de planches. Certaines laissent deviner l'existence d'une petite viticulture (7), avec la présence d'une baie de décharge par laquelle la vendange était réceptionnée.

  • Toits
    tuile creuse
  • Murs
    • calcaire moellon
    • pierre de taille
  • Décompte des œuvres
    • repérées 72
    • étudiées 6
Date d'enquête 2012 ; Dernière mise à jour en 2014
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Conseil départemental de la Gironde