Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA19000260 réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesmaison, boutique
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonCollonges-la-Rouge - Meyssac
AdresseCommune : Collonges-la-Rouge
Cadastre : 1831 C1 191, 192, 194, 195 ; 2007 AI 134

Cette maison date de la seconde moitié du 20e siècle. Elle est bâtie sur les ruines d´une ancienne maison figurant sur le plan du cadastre de 1831, elle-même, construite sur les ruines d´une maison datant de la fin du 15e siècle ou du début du 16e siècle. De cette première maison, il ne reste aujourd'hui que la base d´une tour circulaire, sans doute d´escalier en vis.

Le dépouillement des sources imprimées nous apprend que la maison où s´exerçait la justice de Collonges se trouvait au Barry de l´église, joignant, au nord, la halle de la ville et à l´est la maison sise sur la parcelle n°184, section C1 du cadastre de 1831. Elle était constituée d´une cour et d´un patus, et avait été acquise pour le vicomte de Turenne le 22 juillet 1700. Elle provenait de messire Jean Voisin, curé d´Albignac. D´après Marguerite Guély, il s´agit bien de la description des bâtiments situés sur les parcelles n°191 et n°195 section C1 du cadastre de 1831 dont il ne reste presque rien aujourd'hui. Cette maison aurait appartenu à la famille des Galvanh (alias Maynard) et était connue sous le nom de "la salle ancienne de la Galvanhie". Toutes ces informations tendent donc à prouver qu´aux 15e et 16e siècles la justice de Collonges n´était pas rendue dans la maison dite, "tribunal de la châtellenie", mais bien dans cette maison.

D´après le plan cadastral de 1831, la parcelle actuelle est le résultat de la réunion de quatre parcelles sur lesquelles étaient bâtis des logis (nos 191 et 192), une écurie (n°194) et une grange (N°195). On ne sait pas à quelle date ces regroupements de parcelles ont été effectués. Cependant, on sait qu´en 1913, ils étaient déjà réalisés puisque, à cette date, la mairie achète ce qui reste des bâtis situés sur cette unique parcelle sise près de l´église (cf. plan cadastral de 2007, section AI n°134). Le descriptif de l´achat, à savoir un petit bâti servant de grange ainsi qu´une partie d´immeuble démoli attenant à la place publique, près de l´église, nous indique que l´ensemble des bâtis était tous ou presque en ruine au début du 20e siècle. Enfin, il semble que jusqu´à la premier moitié du 20e siècle aucune restauration ni reconstruction n´a été effectuée sur ces édifices. D´ailleurs, sur une photographie aérienne de 1962, on peut voir un toit en taule blanche recouvrant ce qui semble être un hangar (cf. fig. 2)

C´est à partir de 1997 que la reconstruction de cette maison a été lancée. Les travaux ont été achevés en 2002.

Période(s)Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Secondaire : 1er quart 21e siècle
Dates2002, porte la date

Cette maison est composée de deux corps de bâtiment de plan symétrique en L séparés par une cour. On y accède par un portail surmonté d´un arc en anse-de-panier sur lequel est porté le chronogramme 2002 en chiffres romains [MII]. L´ensemble est construit en pierre appareillée et en blocage de moellons de grès et de calcaire. Le corps de bâtiment situé à l´est est composé d´une partie logis, au sud et d´une partie boutique, au nord. Son toit à longs pans est couvert d´ardoises. La partie logis est construite sur une cave voûtée en moellon de grès équarris. L´accès à cette cave se fait par un escalier situé au sud, côté jardin. C´est depuis cette cave que l´on accède aux ruines de la base de l´ancienne tour qui était située à l´angle sud-est de ce premier corps de bâtiment.

Sur l´élévation ouest, un écu a été récemment sculpté. Il porte les armoiries de la famille Robert de Ligneyrac à trois pals. La partie nord-est de ce corps de bâtiment est occupée par une boutique. L´entrée se fait par le mur-pignon nord qui donne sur la place de l´église. Sur ce pignon est installée une lucarne passante à croupe. Le second corps de bâtiment situé à l´ouest est attenant à la halle. Il est occupé par une boutique et une arrière-boutique. Son toit à longs pans est couvert d´ardoises et de tuiles plates. L´accès à la boutique se fait par une porte donnant sur la halle.

Mursgrès moellon
calcaire moellon
calcaire pierre de taille
Toitardoise
Plansplan symétrique en L
Étagessous-sol, en rez-de-chaussée, étage de comble
Couvrementsvoûte en berceau
Couverturestoit à longs pans croupe
Typologiesmaison en rez-de-chaussée
Techniquessculpture
Représentationschronogramme armoiries
Précision représentations

MMII. Ecu portant les armes de la famille Robert de Ligneyrac à trois pals.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • AD Corrèze. Série Fi ; 8 Fi : 22. Collection Lapie. Photographies aériennes. Paysages urbains et ruraux de la Corrèze d´après les négatifs des Archives Nationales. 1954-1962.

    Archives départementales de la Corrèze, Tulle : 8 Fi 22
Bibliographie
  • BLANC, M.-L.-E. La ville de Collonges dans la vicomté de Turenne au bas pays Limousin. [S. l. ] : Imprimerie P. Carrère, 1934.

    p. 36 Archives départementales de la Corrèze, Tulle : 8° N.1 (10)
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Ville de Collonges-la-Rouge (c) Ville de Collonges-la-Rouge - Brahim-Giry Agnès
Brahim-Giry Agnès

Chercheur SRI Limousin (2007-2016) - Responsable de l'Unité Études et Ressources documentaires, site de Limoges (2016-2017 ) - Responsable de l'Unité Recherche-Photographie, Limoges-Poitiers (2017-


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.