Dossier d’œuvre architecture IA17045478 | Réalisé par
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Estuaire de la Gironde
Maison
Auteur
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde - Agglomération Royan Atlantique
  • Commune Arces
  • Lieu-dit le Bourg
  • Adresse 2 côte de la Volette , 1 rue des Basses coutures
  • Cadastre 1833 C 128, 129 et 130  ; 2009 C 254

La maison semble remonter en grande partie à la seconde moitié du 18e siècle. Elle figure sur le plan cadastral de 1833, de même que le puits, intégré dans le mur d'une dépendance (cette dépendance a été reconstruite depuis : en 1833, elle était séparée de la maison par une ruelle). Au 18e siècle, la propriété devait englober les bâtiments situés le long de la rue des Basses coutures, dont l'un porte encore la date 1782, gravée sur un linteau.

En 1833, la maison apparaît divisée en deux parties : l'aile sud, située rue de la côte de la Volette, appartient à Amédée Brassier, et l'aile nord, rue des Basses coutures, à sa sœur, Thérèse Brassier. Tous deux en ont hérité en 1809 de leur tante, Catherine Brassier (mariée en 1767, au temple protestant de Cozes, à Jean Faure), et de leur père, Étienne Brassier, époux d'Elisabeth Auroir ; eux-mêmes avaient dû en hériter de leurs parents, Daniel Vivien Brassier et Catherine Pelletrau. Amédée Brassier, créole, marié en 1806 à Arces avec Rosalie Collardeau, est né au Cap-Français, sur l'île de Saint-Domingue, où ses parents étaient colons, mais lui-même a vécu à Arces dès son enfance. Sa famille a dû fuir Saint-Domingue au moment de la Révolution et du soulèvement de l'île, devenue indépendante en 1804. Le père d'Amédée Brassier, Etienne, est toutefois supposé se trouver encore au Cap-Français, "au pouvoir des insurgés ou fugitif", au moment du mariage de son fils en 1806. Vers la fin de sa vie, Amédée Brassier retourne à l'ancienne île de Saint-Domingue, à Port-au-Prince, capitale d'Haïti. Il y meurt vers 1855 (selon l'acte de vente à la municipalité, en 1869, d'une de ses propriétés située à l'emplacement de l'actuelle mairie-salle des fêtes).

A l'arrière de la maison, dans un jardin situé au sud de la rue des Basses coutures, un ancien cimetière privé, protestant, est mentionné par l'acte de partage Brassier de 1809 puis par un autre acte notarié de 1823, et enfin sur le plan cadastral de 1833 (parcelle C 139). A cette date, il est la copropriété de plusieurs personnes liées à la famille Demonconseil, une famille protestante qui demeurait à Arces au milieu du 18e siècle (voir en annexe), soit : Saül Boutet, demeurant à Meschers, fils de Pierre Boutet et de Judith Demonconseil, tanneur à Arces en 1814 avec son père et son frère, Pierre-Nathanael (la tannerie se trouvait semble-t-il à la place de l'actuelle mairie) ; son beau-frère, Daniel Demonconseil, propriétaire au Breuil, marié à Judith Boutet ; et leur probable cousin, Charles Coicaud, cordonnier au bourg d'Arces, fils de Marie Demonconseil.

En 1866, la partie sud de la maison est vendue par les héritiers d'Amédée Brassier à Jean Mazeau, forgeron à Saujon. Elle passe ensuite en 1899 à Gabriel Seubé qui vient d'acheter par ailleurs l'autre partie de la maison, autrefois propriété de Thérèse Brassier. Ainsi réunifiée, la maison passe en 1904, en indivision, à Nathanael Filleteau et Alexis Hérard, puis en 1908 à Ulysse Tissereau, et en 1954 à son fils, Albert Tissereau. Pendant ce temsp, la maison abrite, en location, une salle de bal et, jusqu'en 1951-1952, une épicerie tenue par Mme Pallan, ensuite par Mme Belluteau, veuve de guerre, puis par son fils, André Duret. Le commerce est ensuite transféré au 2 rue de la Citadelle.

  • Période(s)
    • Principale : 2e moitié 18e siècle

La maison est constituée de deux ailes perpendiculaires. L'aile sud est placée en retrait par rapport à la voie, derrière une petite cour. Sa façade, orientée à l'est, est couronnée par une génoise double. Elle présente quatre travées d'ouvertures. A droite, une fenêtre à l'étage surmonte une pierre d'évier et un oculus. Toutes ces ouvertures ont un linteau en arc segmentaire. L'aile nord est couverte d'un toit à croupe. Elle aussi présente de grandes ouvertures en arc segmentaire (la baie en plein cintre sur la rue des Basses coutures est une création récente). A l'intérieur se trouve une cheminée à décor mouluré, du 18e siècle.

  • Murs
    • calcaire
    • enduit
    • moellon
    • pierre de taille
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    1 étage carré
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • croupe
  • Typologies
    maison attenante
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Archives Nationales. F12 2770. 19e siècle : secours aux réfugiés et colons spoliés dans les anciennes colonies d'Amérique, dossier de Rose Collardeau, veuve Brassier (non consulté).

  • Archives départementales de Charente-Maritime. 3E128/322. 1809, 11 juillet : acte passé devant Me Pillet, notaire à Arces, portant partage des biens de feue Catherine Brassier et de feu Etienne Brassier.

  • Archives départementales de Charente-Maritime. 3E128/366. 1823, 2 juillet : acte de vente passé devant Me Pillet, notaire à Arces, par Thérèse Brassier à Sophie Denise Angélique Martin, veuve de Louis François Nazereau.

  • Archives départementales de Charente-Maritime. 2O 71. 1846-1939 : construction et aménagements de la mairie et des écoles primaires d'Arces (actes notariés, décomptes de travaux, rapports, plans).

  • 1835-1960 : cadastre d'Arces-sur-Gironde, état de section, matrices des propriétés foncières.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3P 105 à 110
  • Archives départementales de Charente-Maritime. Registres pastoraux de Cozes, registres paroissiaux et d'état civil d'Arces.

Documents figurés

  • Plan cadastral d'Arces-sur-Gironde, 1833.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3P 5213

Annexes

  • Annexe n°1
  • Annexe n°2
Date d'enquête 2013 ; Date(s) de rédaction 2013
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.