Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA33009247 réalisé en 2011

Fiche

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde (rive droite)
AdresseCommune : Blaye
Adresse : 10 cours du, Port, 14 rue
Premayac
Cadastre : 1832 B3 1626 ; 2017 AM 70

Selon la matrice du cadastre de 1832, la parcelle avec "maison et cour" appartient à Jean Isaac Chardavoine, notamment propriétaire à la même époque d'un bâtiment rural dans la rue Saint-Simon, d'une maison rue Premayac et d'un moulin à vent au Monteil. Fils d'une famille de marchands installés plus au nord, dans les communes estuariennes de Cozes et Barzan en Saintonge, il est dit "négociant, commissionnaire de roulage, demeurant à Blaye, époux de Marie-Anne-Suzanne Laurand" dans un partage de 1824.

Le registre des augmentations et diminutions enregistre une démolition partielle de la maison en 1858-1860 au nom de Pierre Neveu. La partie sur le cours est reconstruite à la même époque pour Théodore Michaud, de même que l'immeuble adjacent, semble-t-il sur un nouvel alignement, ainsi que le suggère la reprise de maçonnerie visible dans les parties hautes de l'élévation latérale. L'ensemble est vendu en 1863 à la suite d'une saisie immobilière. Une augmentation de construction signalée en 1865 pour Jean Marcadier correspond peut-être à l'achèvement du chantier par ce dernier, par ailleurs propriétaire de la maison voisine. Cette maison est décrite parmi d'autres biens lors de sa vente par les héritiers Marcadier en 1889, avec boutique au rez-de-chaussée et logements locatifs aux étages.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle

Maison construite sur une parcelle étroite. Façade sur le cours du Port : 2 travées en pierre de taille, arcade de boutique, balcon sur consoles au 1er étage, balconnets pour les niveaux supérieurs (gardes-corps en fonte), ouvertures en arc déprimé, décor sculpté abondant, corniche.

Élévation latérale en moellon enduit.

Façade rue Premayac : 3 travées, fenêtres à chambranle, bandeaux, cordons, corniche à denticules. Inscription peinte : PHARMACIE.

La cage d'escalier éclairée par une verrière de puits de jour est située à la jonction du corps avant et du corps arrière.

Murscalcaire pierre de taille
Toittuile creuse
Étages3 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier dans-oeuvre
Techniquessculpture
Représentationspilastre, guirlande, acanthe, perle, pirouette, palmette, volute, laurier
Précision représentations

Décor sculpté en façade sur le cours du Port : pilastre central et deux latéraux, chapiteaux à palmettes. Balcon sur consoles à volutes. Dessus des ouvertures des étages ornés d'une guirlande végétale. Allèges galbées et décorées de perles et de palmettes. Feuillage de laurier sur les dessus de fenêtre du 3e étage. Corniche : perles et pirouettes, frise de glyphes et de feuilles d'acanthe en alternance.

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Vente des biens de Théodore Michaud, 1862-1863

    L'Espérance, 28 décembre 1862, p. 2-4 : Annonce de la vente sur saisie le 22 janvier 1863 en 21 lots de divers immeubles appartenant à Pierre Théodore Michaud, ancien banquier.

    [...] Immeubles sis dans la ville de Blaye.

    Article premier

    Un vaste emplacement composé d'une cour, d'un jardin et de diverses bâtisses importantes, ayant sa façade principale sur la rue Saint-Aulaire et des sorties sur la rue du Rat [Abbé-Bellemer], la rue Neuve et la rue Premayac. Il existe sur cet emplacement notamment :

    Premièrement, une grande et belle maison qui a son entrée et sa façade sur la rue Saint-Aulaire, habitée par le receveur des douanes ; elle est bâtie en pierres de tailles, moellons, et couverte en tuiles creuses ; elle se compose d'un rez-de-chaussée, d'un premier étage et d'un second étage ou grenier ; indépendamment de la porte d'entrée, il y a, au rez-de-chaussée, quatre fenêtres garnies de châssis vitrés et contrevents à deux ventaux ; au premier étage se trouvent sept fenêtres garnies de la même manière ; au second ou grenier se trouvent pareillement sept ouvertures garnies de châssis vitrés ;

    Deuxièmement, un vaste magasin bâti sur caves, au levant de la maison précédemment décrite, s'étendant sur la rue Saint-Aulaire et paraissant faire ensuite retour vers le nord sur la cour dont il va être parlé ; ce magasin est bâti en pierres de tailles et moellons, et couvert en tuiles creuses ;

    Troisièmement, une cour et un jardin au nord et au couchant des bâtisses qui viennent d'être décrites ; on y arrive par un large arceau ouvert entre la maison et le magasin dont il vient d'être parlé. Cet arceau est clôturé sur la rue Saint-Aulaire par un beau portail en fer à claire-voie ; à travers cet arceau on aperçoit ladite cour et le dit jardin et diverses constructions en pierres et couvertes en tuiles creuses ;

    Quatrièmement, sur le côté couchant dudit emplacement, une maison qui ne peut être aperçue depuis la rue Saint-Aulaire, mais qui se prolonge jusques sur la rue Prémayac où elle a une autre sortie à l'aide d'un corridor ou passage à la suite duquel est un escalier en pierre descendant à ladite rue Prémayac ; cette maison est habitée par monsieur Lafargue, conservateur des hypothèques, qui en est locataire pour la majeure partie, et l'autre partie par le sieur Lacroix, maître de chai, à Blaye, aussi locataire. La partie de cette maison, apparente depuis la rue Prémayac, est percée en outre de la porte ouvrant sur ledit corridor, d'une fenêtre garnie de châssis vitrés et de contrevents à deux vantaux, ouvrant sur une petite cour au midi dudit escalier. Cette cour ouvre sur la rue Prémayac, à l'aide d'une porte cochère et donne accès à l'intérieur à des chais ou caves, qui paraissent exister sous la dite maison ; sur le côté midi de ladite cour existe une construction de planches. De l'autre côté de l'escalier et au nord de ladite cour se trouve une écurie ouvrant sur la rue Prémayac par une porte cochère et éclairée sur cette même rue par une fenêtre garnie de son volet. Au-dessus de cette écurie il existe un premier étage surmonté lui-même d'un grenier qui s'étend jusques au-dessus du passage dont il a été question, occupé [...] par le sieur Lacroix, maître de chai, à Blaye, à titre de locataire ; le tout est éclairé par diverses ouvertures, soit sur la rue, sur l'escalier et le corridor, soit enfin sur la cour ; on parvient à ce premier étage à l'aide de l'escalier en pierre ci-dessus décrit, qui conduit aussi au bureau de monsieur le conservateur des hypothèques. [...]

    Il existe sur la rue Prémayac, indépendamment des sorties dont il vient d'être fait mention, une autre sortie ou andronne sise entre les bâtisses de madame Binaud Lafond qui sont au nord, et les bâtisses de Faure et autres, qui sont au midi ; la dite andronne, fermée d'une porte sur la rue, paraît dépendre de la propriété saisie et destinée à faciliter la sortie des chais et caves existant au-dessous des bâtisses précédemment décrites ;

    La sortie des dits immeubles sur la rue du Rat est fermée par une porte cochère au-dessus de laquelle existe une construction éclairée par une fenêtre ouvrant sur la rue ; La sortie de ces mêmes immeubles sur la rue Neuve a été convertie en un petit magasin occupé par madame Tuffreau, fleuriste. Au-dessus de ce magasin il existe un premier étage surmonté d'un grenier éclairés, l'un et l'autre par une fenêtre ouvrant sur ladite rue Neuve ; [...]

    Ces divers immeubles, y compris le sol des bâtisses, occupent une superficie approximative de vingt-trois ares quatre-vingt-dix centiares ; ils figurent sous les numéros 1594 et 1601, section B du plan cadastral [...] ; ils sont habités, comme il est déjà dit : pour la maison rue Saint-Aulaire, par l'administration des douanes ; pour les magasins par messieurs Eymery et Courtois, négociants à Blaye, et pour la maison numéro 4 par monsieur Lafargue, conservateur des hypothèques, et Lacroix, maître de chai, à Blaye, et les autres parties des objets saisis sont jouis et occupés par ledit Michaud, partie saisie.

    Art. 2

    Une grande et belle maison de construction récente, ayant sa façade principale sur la place du Port et une seconde façade sur la rue Prémayac ; elle est édifiée en pierres de taille et moellons et couverte en tuiles creuses ; sur le côté couchant où est la façade principale, elle est richement décorée de sculptures et d'entablements ; elle se compose d'un rez-de-chaussée, d'un entresol et de deux étages. Au centre de cette façade, il existe au rez-de-chaussée une porte à deux battants ouvrant sur un vaste corridor ou vestibule qui paraît s'étendre jusqu'à la rue Prémayac et divise la maison en deux corps de logis principaux ; de chaque côté de ce corridor se trouvent deux magasins garnis de châssis vitrés et devantures ; cette maison est éclairée sur la même façade du port, à l'entresol et à chacun des étages, par sept fenêtres garnies de châssis vitrés et de persiennes peintes en vert ; il règne, à la hauteur du premier étage, sur toute l'étendue de la façade, un magnifique balcon qui domine la place du Port et le cours du fleuve ; les fenêtres du deuxième étage sont garnies de banquettes en fer à hauteur d'appui ; sur le côté nord il existe, au rez-de-chaussée, un corridor ouvert à ses deux extrémités, faisant communiquer la place du Port avec la rue Prémayac ;

    Cette maison, sur la rue Prémayac, se compose d'un rez-de-chaussée et de trois étages ; la façade, sur cette rue, est percée au rez-de-chaussée, de deux portes et de quatre fenêtres garnies de châssis vitrés et de contrevents à deux ventaux, le tout ouvrant sur le rue ; on remarque, au rez-de-chaussée, le tuyau d'une pompe qui paraît placée à l'intérieur ; ladite maison est éclairée sur la dite rue Prémayac, à chacun des trois étages, par sept fenêtres garnies de châssis vitrés et de contrevents à deux vantaux ;

    Cette maison qui, par ses dimensions, paraît susceptible de loger plusieurs familles, occupe une superficie approximative de 240 mètres carrés, elle figure sous le numéro 1625, section B du plan cadastral [...]. Elle est habitée en partie par le saisi et sa famille, qui occupent toute la partie midi, à partir du premier, et le surplus par plusieurs locataires, qui sont : pour les magasins et rez-de-chaussée, Doré, coiffeur, Combes, chapelier, Normand, marchand de vins, et Laffargue, plâtrier ; pour l'entresol, monsieur Teulié et le comptoir d'escompte, et pour le second, monsieur Saige, receveur de l'enregistrement.

    Art. 3

    Une autre maison, aussi de construction récente, sise sur la place du Port et rue Prémayac, au midi de celle qui vient d'être désignée, à laquelle elle est contiguë ; elle est édifiée en pierres de taille et moellons et couverte de tuiles creuses, et se compose d'un rez-de-chaussée surmonté de trois étages ; la façade principale, sur le Port, est richement décorée de sculptures et d'entablements ; sur ce même côté, il existe, au rez-de-chaussée, un magasin garni de châssis vitrés et devantures, et une porte donnant accès au corridor qui conduit dans l'intérieur de la maison ; chacun des trois étages et éclairé par deux fenêtres garnies de châssis vitrés ; la deuxième façade, sur la rue Prémayac, est percée au rez-de-chaussée et à chacun des trois étages, de trois fenêtres garnies de châssis vitrés et de contrevents à deux ventaux ;

    Entre cette maison et celle du sieur Mercadier, sise au midi, se trouve une andronne fermée par une porte à chacune de ses extrémités, qui s'étend de la place du Port à la rue Prémayac et paraît commune aux deux maisons ; la maison présentement décrite paraît avoir plusieurs ouvertures sur la partie de ladite cour ou andronne la plus rapprochée de la rue Prémayac ; il existe au-dessus de la seconde partie de la dite andronne une construction élevée de deux étages, appartenant un étage à la maison Mercadier et l'autre à la maison actuellement désignée ; [...] son emplacement figure sous le numéro 1626, section B du plan cadastral [...]. Elle est vide à l'exception du magasin qui est occupé par mademoiselle Dupas, libraire. [...]

    Composition des lots : [...]

    Troisième lot

    La maison occupée par monsieur Lafargue, conservateur des hypothèques, composée de la maison d'habitation proprement dite, les caves occupées par monsieur Teulié, le colombier, la volière, les lieux d'aisances, l'écurie, la remise, la sellerie, la petite cour donnant sur la rue Prémayac, ensemble quatre refermés en bois, établis sur partie de la dite cour [...]. La communauté de toute la cour et du puits qui y existe, avec passage commun sous l'arceau qui débouche dans la rue Saint-Aulaire. [...] Avec explication qu'à l'expiration du bail de monsieur Lafargue, conservateur, la porte donnant sur l'escalier de la rue Prémayac sera murée aux frais de l'adjuducataire du présent lot.

    Quatrième lot

    La maison occupée par monsieur Parabère, receveur des douanes, avec cave au-dessous, le chai occupé par monsieur Lafargue ; les dits chais contigus et situés au fond de la cour ; la communauté de toute la cour et du puits, la moitié levant du jardin, tel qu'il est divisé actuellement et le passage commun sous l'arceau qui débouche dans la rue Saint-Aulaire.

    Cinquième lot

    Le hangar, la cave au-dessous, le passage qui de la cour conduit à la rue Prémayac, le chai neuf adjacent au hangar. [...].

    Sixième lot

    La maison occupée par le sieur Lacroix, avec l'écurie au-dessous, jusqu'à la clôture en planches qui la sépare au fond de la cave attribuée au troisième lot et dans l'étendue du reste qu'en jouissent les époux Jèze, locataires de la dite écurie ; l'escalier en pierres en entier avec le dessous. [...]

    Septième lot

    La maison occupée par le sieur Néaume, ayant façade sur la rue Neuve, avec ses appartenances et dépendances, toute communication avec la grande cour interceptée par la suppression aux frais de l'adjudicataire de ce lot de la porte qui y donne accès. [...]

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrice cadastrale et états de sections, 1834-1973.

    Archives départementales de la Gironde, Bordeaux : 3 P 58/8-18
  • Matrice cadastrale, registre des augmentations et diminutions, 1836-fin du 19e siècle.

    Archives municipales, Blaye : non coté.
Périodiques
  • L´ESPERANCE. Journal de l´arrondissement de Blaye, littérature, beaux-arts, commerce, agriculture et annonces, 1836-1904.

    [collection numérisée en ligne sur le site Gallica.fr : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32768861f]

    28 décembre 1868, p. 3 ; 21 juillet 1889, p. 4.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Beschi Alain