Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, régie et bureau de tabac

Dossier IA17043798 inclus dans Bourg de Saint-Dizant-du-Gua réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour
Dénominationsmaison, magasin de commerce
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde - Communauté de communes de Haute-Saintonge
AdresseCommune : Saint-Dizant-du-Gua
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : 22 rue
Saint-Vincent
Cadastre : 1834 A 669 ; 2009 AT 38

La maison actuelle conserve des éléments antérieurs à la Révolution : probablement certaines des ouvertures en arc segmentaire, et surtout le sous-sol avec la descente de cave et l'ancienne porte murée entre deux pièces. Cette maison a pu appartenir à la famille Paillet qui a donné des procureurs fiscaux de la seigneurie de Beaulon aux 17e et 18e siècle. Son descendant, Pierre Cothereau, chirurgien, la possède au début du 19e siècle, comme le rappelle l'inscription au-dessus de la porte. Né à Saint-Dizant en 1746, fils d'un marchand, il finit sa vie à Lorignac le 30 décembre 1829. Sa veuve, Marie-Rose Gerry, est propriétaire de la maison selon le cadastre de 1832-1834. Elle la transmet ensuite à ses petits-fils, Eugène, Ferdinand et Lucien Cothereau. En 1847, ces derniers vendent la maison à Jacques-Frédéric Gaboriaud, qui vient de céder à la commune sa demeure pour en faire l'école de garçons (place de l'Ancien couvent). Vétérinaire, Jacques-Frédéric Gaboriaud est le père du peintre Alcide Gaboriaud, auteur de plusieurs oeuvres, notamment pour les églises de la région, et qui a laissé son nom à une des rues du bourg de Saint-Dizant-du-Gua. D'après le cadastre, son père fait reconstruire la maison en 1861, puis la fait agrandir en 1864. De l'ancienne bâtisse, on conserve le sous-sol et l'inscription au-dessus de la porte. A la mort de son père en 1890, Alcide Gaboriaud hérite de la maison où il a passé sa jeunesse. Célibataire, il demeure à Royan où il décède le 17 juin 1895. Vers le milieu du 20e siècle, le bâtiment appartient à Ferdinand Chantreau et à son épouse qui tiennent, au rez-de-chaussée à droite, un bureau de tabac et magasin de fil, coton, bonneterie, etc.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1861, daté par source
1864, daté par source

Particulièrement élevée, la maison est couverte d'un toit avec une croupe sur la droite uniquement. Placée en alignement sur la voie, elle dispose d'une petite cour également sur la droite. Elle comprend un sous-sol, deux étages et un comble. La façade, orientée à l'ouest et couronnée par une corniche, présente sept travées d'ouvertures. La plupart des ouvertures sont en arc segmentaire. La porte principale présente un encadrement mouluré. Le comble est éclairé par des oculi. Au rez-de-chaussée à droite, on observe encore la devanture de l'ancien bureau de tabac. La porte à encadrement mouluré donne à l'intérieur sur un corridor. Là, un escalier tournant à rampe en ferronnerie, monte aux étages. Une pièce se trouve de chaque côté du corridor. Celle de gauche donne sur la rue par deux fenêtres. Celle de droite constitue l'ancien magasin. Les deux pièces possèdent chacune une cheminée à décor mouluré. Celle de la pièce de droite est peinte en rouge et, pour la hotte, en jaune. Accessible par une descente de cave dont la porte se trouve à l'extérieur, à la base de la façade, le sous-sol est constitué de deux petites pièces, dont l'une est voûtée. Elles communiquaient entre elles par une porte désormais murée.

Murscalcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toittuile creuse
Étagessous-sol, 2 étages carrés, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
croupe
Typologiesmaison attenante
Techniquessculpture
Représentationsarmoiries feuillage
Précision représentations

Le décor sculpté qui surmonte la porte comprend un disque inscrit dans un cuir découpé sur lequel repose une banderole. A l'image d'un blason, le disque porte trois pots à médicaments, en référence à la profession médicale du propriétaire d'alors, Pierre Cothereau, chirurgien. Un décor feuillagé orne la cheminée de l'ancien bureau de tabac.

Sur la banderole sculptée au-dessus de la porte, on lit : "COTHEREAU CHIRURGIEN ET ACCOUCHEUR".

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Vente d'une maison dans le bourg de Saint-Dizant-du-Gua par les héritiers Cothereau à Frédéric Gaboriau, 30 juillet 1847 (Archives départementales de Charente-Maritime, 3E 70/890) :

    Eugène Cothereau, propriétaire, Ferdinand Cothereau, médecin, et Lucien Cothereau, propriétaire, demeurant tous les trois à Lorignanc, vendent à Frédéric Gaboriau, artiste-vétérinaire à Saint-Dizant-du-Gua, une maison située au bourg de Saint-Diaant, composée de trois pièces au rez-de-chaussée, deux caves, deux cours, des lieux d´aisance, une écurie et un chai, trois chambres au premier étage et des greniers au-dessus. La maison confronte du couchant au chemin de Lorignac à Saint-Thomas-de-Cônac, du midi à un sentier qui conduit à la maison des héritiers Cornilier et à l´église. Les trois vendeurs en ont hérité de leur grand-père paterrnel, Pierre Cothereau, par représentation de leur père Baptiste Cothereau époux Faure, décédé il y a vingt sept ans. La vente est consentie pour 2000 francs.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Charente-Maritime. 3E70/890. 1847, 30 juillet : vente d'une maison dans le bourg de Saint-Dizant-du-Gua par les héritiers Cothereau à Frédéric Gaboriau.

  • A. D. Charente-Maritime. 3P 3326 à 3339. 1834-1970 : état de section et matrices cadastrales. A. D. Charente-Maritime. 3P 4916. 1832 : plan cadastral de Saint-Dizant-du-Gua.

Documents figurés
  • 1832 : plan cadastral de Saint-Dizant-du-Gua.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3P 4916
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur du patrimoine, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.