Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
  • Commune Eaux-Bonnes
  • Adresse 8 rue de la Cascade
  • Cadastre 2018 AN 102
  • Dénominations
    hôtel de voyageurs
  • Précision dénomination
    pension de voyageurs
  • Appellations
    Maison Orteig, Maison Sens-Hourcade

Relevant de la troisième vague de construction de la station, cet édifice fut bâti pour le dénommé Sens-Hourcade et le célèbre guide Jacques Orteig entre 1867 et 1871 dans la rue de la Cascade, nouvelle voie faisant suite à l'aménagement du chemin vicinal menant à Aas, où s'installèrent dans un premier temps de nombreux guides. Cette maison construite sur le terrain Orteig se caractérise, comme la Villa Meunier toute proche, par ses deux accès, l'un sur la rue de la Cascade, l'autre sur la place de l'Espérance, offrant à la construction une sorte de double identité architecturale. Elle abrite de nos jours une résidence privée.

Découlant de sa localisation sur un relief naturel escarpé, la Maison Orteig se caractérise par deux facettes architecturales presque antinomiques. Sa façade sur la rue de la Cascade, se développant sur trois niveaux en soubassement, s'inscrit dans la dynamique des constructions haussmanniennes tandis que son élévation de la place de l'Espérance - actuelle rue Valéry-Meunier - adopte les allures d'une maison rurale de plain-pied et sans comble. Le niveau de cette façade correspond d'ailleurs à l'étage de comble de la façade postérieure, dotée de trois fenêtres en chien-assis spécifiques à l'architecture vernaculaire ossaloise.

L'élévation de la rue de la Cascade renvoie cependant davantage à l'urbanisme parisien de l'époque, avec notamment ses trois travées ordonnancées et l'austérité de sa composition qui se réfère aux débuts de l'haussmannisation. Les encadrements de baie et les corniches de ses étages, sobrement sculptés en pierre de taille, laissent présager du soin apporté au rez-de-chaussée originel, remplacé par un portail de garage moderne. De ce niveau, subsistent le portail d'entrée sculpté, en position latérale, ainsi qu'un reste de linteau et d'encadrement de baie en pierre de taille d'Arudy.

Comme quelques autres demeures de ce côté de la rue de la Cascade donnant aussi sur la rue Valéry-Meunier, l'ancienne Maison Orteig fait l'objet d'une réflexion esthétique complète, quoique de nature modeste, car ces deux façades sont visibles depuis la voie publique, à la différence de la plupart des constructions d'Eaux-Bonnes où seule une élévation fait office d'apparat.

  • Murs
    • moellon enduit
    • pierre pierre de taille
  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan carré régulier
  • Étages
    3 étages de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Représentations
  • Statut de la propriété
    propriété d'une personne privée

Documents d'archives

  • Augmentations et diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les matrices cadastrales, année 1863.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
  • Dossier Sens-Hourcade (Orteig), 1867.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes : Voirie V1

Bibliographie

  • JAM (BOUILLÉ R. de). Guide de Pau aux Eaux-Bonnes : suite des excursions à pied. Pau, E. Vignancour, 1869.

Documents figurés

  • Plan cadastral d'Eaux-Bonnes dressé par J. Turon le 17 septembre 1863, vu et approuvé par le préfet le 27 avril 1866.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
Date d'enquête 2018 ; Dernière mise à jour en 2018
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Université de Pau et des Pays de l'Adour