Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison Grousset, puis Résidence Plein Soleil.

Dossier IA64002598 inclus dans Station thermale d'Eaux-Bonnes réalisé en 2018

Fiche

Précision dénominationpension de voyageurs
AppellationsMaison Grousset, Résidence Plein Soleil
Dénominationshôtel de voyageurs
Aire d'étude et cantonPyrénées-Atlantiques
AdresseCommune : Eaux-Bonnes
Adresse : 4 rue de la
Cascade
Cadastre : 2018 AN 104

Relevant de la troisième vague de construction de la station, cet édifice fut bâti pour Martin Grousset entre 1853 et juin 1854 dans la rue de la Cascade, nouvelle voie faisant suite à l'aménagement du chemin vicinal menant à Aas, où s'installèrent dans un premier temps de nombreux guides. La Maison Grousset se caractérise, comme la Villa Meunier voisine, par ses deux accès, l'un dans la rue de la Cascade, l'autre sur la place de l'Espérance, offrant à la construction une sorte de double identité architecturale.

A cet emplacement, un dénommé Cazassus avait préalablement engagé des démarches pour la construction d'une forge en 1853, une destination artisanale qui semble avoir perduré puisque Martin Grousset, qui en est toujours propriétaire en 1903, était forgeron. Classée parmi les "maisons garnies" dans le Guide Jam de 1869, sa demeure associait ainsi une double activité, artisanale et touristique. Appelée Résidence Plein Soleil, désormais résidence privée, elle a connu des modifications de structure au début des années 1980.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1853, daté par source

Découlant de sa localisation sur un relief naturel escarpé, la Maison Grousset se caractérise par deux facettes architecturales presque antinomiques. Sa façade dans la rue de la Cascade, se développant sur six niveaux, s'inscrit dans la dynamique des constructions haussmanniennes tandis que son élévation de la place de l'Espérance - actuelle rue Valéry-Meunier - adopte les allures d'une maison de maître rurale comportant deux étages. Le dernier étage de cette façade correspond d'ailleurs à l'étage de comble de la façade postérieure. Cette demeure constitue, avec la Villa Meunier, la construction la plus élevée de la rue de la Cascade, qui se démarque ostensiblement dans le panorama urbain observé depuis la Montagne Verte située en face.

Avec son enduit ocre et ses encadrements de baie composés d'une alternance de briques et de pierre de taille, cette élévation sur la rue Valéry-Meunier est relativement soignée et partage le style et la logique constructive de la façade sur rue de la Villa du Rocher, toute proche, et de la Source froide, entre inspirations académiques et rusticité.

L'élévation de la rue de la Cascade renvoie, quant à elle, à l'urbanisme parisien de l'époque, avec notamment ses trois travées ordonnancées. La modénature y est relativement soignée, en particulier au rez-de-chaussée où le portail d'entrée, en position centrale, est doté d'un encadrement sculpté et d'un linteau en pierre de taille d'Arudy. La baie située à droite de la porte bénéficie du même soin et adopte en outre des proportions plus généreuses que les autres fenêtres de l'édifice, sans doute parce qu'elle ouvrait sur l'atelier du forgeron. Les autres niveaux de cette élévation, recouverts d'enduit et agrémentés d'une discrète modénature en pierre, se distinguent par leur sobriété architecturale, qui fait écho aux débuts de l'urbanisme haussmannien.

Comme quelques autres demeures de ce côté de la rue de la Cascade donnant aussi sur la rue Valéry-Meunier, l'ancienne Maison Grousset fait l'objet d'une réflexion esthétique complète, car ces deux façades sont visibles depuis la voie publique, à la différence de la plupart des constructions d'Eaux-Bonnes où seule une élévation fait office d'apparat.

Mursmoellon enduit
pierre pierre de taille
Toitardoise
Plansplan carré régulier
Étages5 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Dossier maison Cazassus (Grousset), 1853.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes : Voirie V1
  • Augmentations et diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les matrices cadastrales, année 1863.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
  • Matrice cadastrale des propriétés bâties d'Eaux-Bonnes 1903-1904.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
Documents figurés
  • Plan cadastral d'Eaux-Bonnes dressé par J. Turon le 17 septembre 1863, vu et approuvé par le préfet le 27 avril 1866.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
Bibliographie
  • JAM (BOUILLÉ R. de). Guide de Pau aux Eaux-Bonnes : suite des excursions à pied. Pau, E. Vignancour, 1869.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane