Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison et hôtel de voyageurs

Dossier IA19000245 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsmaison Jeanne
Destinationshôtel de voyageurs
Parties constituantes non étudiéesjardin
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonCollonges-la-Rouge - Meyssac
AdresseCommune : Collonges-la-Rouge
Adresse : la
Veyrie
Cadastre : 1831 C1 264 ; 2007 AI 146

La date de construction de cette maison se situe à la limite des 15e et 16e siècles. La maison a été remaniée au cours du 17e siècle, comme nous l´indique le percement des baies à appui mouluré situées sur l´élévation nord. A la fin du 18e siècle, un portail sur lequel est inscrite la date An VII, a été créé côté est.

Sur le plan cadastral de 1831, on constate que cette maison, qui occupait la parcelle n°264, se composait de deux corps de bâtiment accolés l´un à l´autre. Le premier, aligné le long de la rue, présentait un plan en L flanqué d´une tour d´escalier dans-œuvre. Le second, accolé au mur gouttereau sud du premier logement, était de plan régulier. Il occupait une large partie du jardin actuel. On ne sait pas à quelle date ce second corps de bâtiment a été démoli de sorte à dégager entièrement la tour d´escalier qui est, désormais, hors-œuvre. Cependant, on sait qu´en 1951, lorsque les façades, la toiture et l´escalier sont inscrits aux monuments historiques, cette maison présentait un plan rectangulaire régulier avec une tour hors-œuvre tel qu´il se présente aujourd'hui. Par ailleurs, à cette époque, la maison était divisée en deux logements que partageaient Monsieur Salvat et Monsieur Vallat. Tous ces indices nous indiquent donc que cette maison a été en partie détruite et reconstruite entre la première moitié du 19e siècle et la première moitié du 20e siècle. C´est sans doute à cette époque que la terrasse en rez-de-chaussée surélevé a été réalisée côté sud-est.

Les deux logements ont, finalement, été réunis au cours de la seconde moitié du 20e siècle au moment de sa restauration.

Remploi provenant deCommune : Collonges-la-Rouge
Période(s)Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Secondaire : 17e siècle
Secondaire : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Dates1798, porte la date
1799, porte la date

Cette maison est située dans le quartier de la Veyrie, à l´est du centre-bourg. De plan rectangulaire régulier, elle est alignée le long de la rue. Le toit, à solives débordantes, présente un pignon couvert à l´est et une croupe à l´ouest. Il est couvert de tuiles plates, tout comme le toit conique de la tour d´escalier qui est couronné d´un épi de faîtage.

Le comble à surcroît est éclairé par une lucarne à fronton-pignon positionnée sur le versant sud de la partie ouest de la maison et par deux lucarnes rampantes situées sur le versant sud de la partie est, de la maison. Par ailleurs, on note la présence de deux souches de cheminées à mitre, l´une en pierre de taille sur le pignon couvert ouest et l´autre en pierre et en brique sur la croupe est.

Cette maison est construite sur une cave voûtée en berceau en anse-de-panier, orientée est-ouest. A l´origine, l´escalier en vis distribuait la cette cave. Aujourd'hui, on y accède par une trappe située dans la buanderie de la maison.

L´ensemble est édifié en blocage de moellons de grès rouge hourdé au mortier de pose beige. Dans la maçonnerie du pignon est, subsistent quelques pierres de taille, vestiges de la maison d´origine. La partie supérieure de la tour d´escalier est bâtie avec une maçonnerie à joints vifs. Des traces de badigeon sont encore largement visibles sur le pignon est, tout comme sur la partie inférieure de la tour d´escalier.

L´élévation nord, très composite, a conservé les traces des ouvertures et des éléments architecturaux de la maison d´origine. En effet, on distingue encore les bases d´une porte chanfreinée, les traces d´un ouvrage saillant mouluré qui pourrait être le vestige d´une tourelle et le piédroit d´une porte chanfreinée. Cette élévation nord est ajourée de fenêtres à appui mouluré qui pourraient être des remplois.

L´élévation sud, sur jardin, est également très composite. En effet, elle garde encore la trace de la division de la maison en deux logements, notamment avec ses deux entrées indépendantes l´une à l´ouest et l´autre à l´est.

La partie ouest présente une travée d'ouvertures composée d´une fenêtre à appui saillant et contrevents en bois au deuxième étage, d´une fenêtre à meneau au premier étage et d´une fenêtre droite au rez-de-chaussée. L´accès à cette partie de la maison se fait par la tour d´escalier en vis qui distribue les deux étages. Dans cette tour d´escalier, on remarque une ancienne porte murée qui permettait de communiquer avec un autre corps de bâtiment, aujourd'hui détruit. L´empreinte de cette porte est également visible à l´extérieur, du côté est de la tour.

La partie est de la maison est percée d´une fenêtre chanfreinée à appui mouluré, d´une petite fenêtre décentrée vers la gauche et d´une porte-fenêtre. On accède à cette partie de la maison par un rez-de-chaussée surélevé donnant sur une terrasse elle-même surmontée d´une treille.

A l´intérieur, une cheminée incorporée surmontée d'un linteau en bois occupe la quasi-totalité du mur gouttereau est.

Les vestiges d´un caisson de latrines en encorbellement sont encore visibles sur le pignon est. Ce dernier semble être la partie la plus ancienne de cette maison.

L´ensemble est clôturé par un mur en pierre à chaperon plat. Ce mur est percé d´une porte charretière à l´est et d´une porte piétonne à l´ouest. Sur l´un des claveaux de la porte charretière est portée la date AN VII.

Mursgrès moellon
brique
grès pierre de taille badigeon partiel
Toittuile plate
Plansplan rectangulaire régulier
Étagessous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, comble à surcroît
Couvrementsvoûte en berceau en anse-de-panier
Couverturestoit à longs pans
toit conique
pignon couvert
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
Typologiesmaison à étages, à tour d'escalier en vis ; rez-de-chaussée surélevé
État de conservationrestauré, vestiges
Techniquessculpture
Représentationschronogramme
Précision représentations

An VII.

Statut de la propriétépropriété privée
Protectionsinscrit MH partiellement, 1951/01/04
Précisions sur la protection

L'arrêté d'inscription porte sur les façades, la toiture et l'escalier en vis.

(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Ville de Collonges-la-Rouge (c) Ville de Collonges-la-Rouge ; (c) Monuments historiques (c) Monuments historiques - Brahim-Giry Agnès
Brahim-Giry Agnès

Chercheur SRI Limousin (2007-2016) - Responsable de l'Unité Études et Ressources documentaires, site de Limoges (2016-2017 ) - Responsable de l'Unité Recherche-Photographie, Limoges-Poitiers (2017-


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.