Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite manoir de Beauvirie

Dossier IA19000211 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsManoir de Beauvirie
Parties constituantes non étudiéescour, jardin, hangar agricole, passage couvert
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonCollonges-la-Rouge - Meyssac
AdresseCommune : Collonges-la-Rouge
Adresse : rue
Noire
Cadastre : 1831 C1 148 ; 2007 AI 171

Ce manoir du 16e siècle est dit de Beauvirie du nom de la famille Ramade de Beauvirie à qui il appartenait. Au 18e siècle, cette famille est apparentée à celle des Ramade de la Serre (cf. IA19000209). Ce manoir a subi de nombreux remaniements au 18e siècle. En effet, d´après Paul Bial, l´écu, situé au-dessus de la porte d´entrée de la tour d´escalier, était, à l´origine, placé sur le linteau d´une cheminée du premier étage. Il aurait été mutilé pendant la Révolution. Par ailleurs, vers la fin du 18e siècle, une petite pièce contenant une bassière a été construite devant la tour d´escalier, de sorte que la porte d´entrée extérieure s´est retrouvée à l´intérieur. A la fin du 19e siècle, ce manoir appartenait à Marcel Lapetitié, maire de Collonges de 1893 à 1910. C´est à cette époque que la grange attenante au logis a été transformée en logement. Pour ce faire, le corps de bâtiment a été surélevé et agrandi vers l´est. Des lucarnes du 17e siècle à fronton-pignon, provenant soit de la partie démolie du manoir de Beauvirie, soit d´autres maisons de Collonges, ont été remployées pour éclairer l´étage de comble. Elles sont semblables à celles de la maison dite Castel Ramade de La Serre (cf. IA19000209). En 1929, date de l´inscription aux monuments historiques du logis du 16e siècle, la maison est la propriété de Gabriel Soulié, fondateur et administrateur de la société des Amis de Collonges et président de la Société Archéologique de Brive.

Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : limite 19e siècle 20e siècle
Secondaire : 20e siècle
Auteur(s)Personnalité : Lapetitié Marcel
Lapetitié Marcel

Maire de Collonges de 1893 à 1910


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre attribution par source

Ce manoir, de plan régulier, est composé de trois corps de bâtiment : deux logements séparés par un passage couvert, une extension à l´est et un hangar situé dans le jardin sud.

Le logis le plus ancien, à tour d´escalier en vis, dans-œuvre, présente un toit à longs pans couvert de lauzes, comme d´ailleurs le toit conique de la tour qui est couronné d´un épi de faîtage. Le comble est aéré par des outeaux plats.

Ce logis est constitué d´un appareil régulier de moellons de grès équarris. La tour a été arasée.

La partie supérieure nord du passage couvert est construite en pan de bois à grille recouvert d´un enduit, comme d´ailleurs la partie supérieure de la petite pièce construite devant la tour. Dans cette pièce se trouvent une bassière et une porte qui permet d´accéder à la tour d´escalier. Cette dernière, en accolade et à moulures croisées, a conservé son verrou d´origine. Au-dessus de cette porte, on remarque la présence d'un écu bûché portant des armoiries non identifiées.

L´escalier en vis, tournant à droite avec marches délardées portant noyau, distribue les pièces du premier étage. Une des portes des pièces du premier étage est en bois à deux vantaux, comprenant chacun deux panneaux rectangulaires. L´escalier se prolonge par un petit escalier en vis secondaire qui mène au sommet de la tour.

L´élévation est du logis est ajourée de fenêtres droites à feuillures avec contrevents en bois. L´élévation ouest est composée d´une porte charretière en plein-cintre, d´une porte piétonne chanfreinée et de deux fenêtres droites à feuillures avec contrevents en bois. On remarque également un fenestron chanfreiné et les traces d´une ancienne porte, aujourd'hui murée.

L´ancienne grange, transformée en logement, présente un plan rectangulaire régulier. Son toit à longs pans est couvert d´ardoises. Cinq lucarnes à fronton-pignon ornées d'acrotères sont positionnées sur le versant sud. Trois autres lucarnes : une à fronton-pignon ornées d'acrotères, une à fronton et une à croupe, sont installées sur le versant nord. On remarque deux souches de cheminées, l´une en brique positionnée sur le versant nord et l´autre en pierre et à mitre située sur le pignon ouest. Ce corps de bâtiment est construit en blocage de moellons de grès montés au mortier de pose rose. Des reprises de maçonnerie ont été faites en brique sur l´élévation nord. Elles étaient sans doute destinées à être enduites.

L´élévation sud est composée de cinq travées de fenêtres droites à feuillures et contrevents à lames. Au rez-de-chaussée, en position centrale, une porte-fenêtre à deux vantaux donnant sur un perron en pierre s´ouvre sur le jardin. On remarque au premier étage, la présence d´un cadran solaire en calcaire.

L´élévation nord est percée de cinq fenêtres droites à feuillures et contrevents à lames et d´une porte cochère qui donne sur le passage couvert. Le linteau de la porte est mouluré d´un décor de volute. L´association du calcaire de la clé passante et du grès rouge du linteau crée un effet de polychromie. Cette porte est surmontée d´une plaque commémorative en calcaire portant l´inscription : la commune de Collonges-la-Rouge reconnaissante à son maire Marcel Lapetitié, 1823-1910.

Le troisième corps de bâtiment de plan rectangulaire régulier correspond à l´extension est. Son toit à longs pans à égouts retroussés est couvert de tuiles plates. Un petit escalier en maçonnerie avec garde-corps en fer forgé est accolé à la façade sud. La partie supérieure du mur-pignon est, est construite en pan de bois recouvert d´un crépi blanc. Sur le versant nord du toit une lucarne à croupe débordante éclaire le comble.

Mursgrès moellon
grès moellon enduit partiel
brique crue
bois pan de bois crépi
Toitgrès en couverture, ardoise, tuile plate
Plansplan rectangulaire régulier, plan carré régulier
Étages1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
toit conique
Escaliersescalier intérieur : en maçonnerie
Typologiesmanoir avec tour d'escalier en vis
État de conservationremanié, restauré
Techniquessculpture
Représentationsarmoiries
Précision représentations

Écu bûché, armes non identifiées : d'argent à deux arbres et une flèche brochant sur le tout ; accompagnée en chef de trois étoiles (ou molettes).

Plaque commémorative située au dessus de la porte piétonne située sur l'élévation nord. On peut y lire l'inscription suivante "la commune de Collonges reconnaissante à son maire Marcel Lapetitié, 1823-1910".

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvremaison d'homme célèbre
Protectionsinscrit MH partiellement, 1929/10/03
Précisions sur la protection

L'inscription concerne le logis 16e siècle avec sa tour d'escalier.

Annexes

  • Les armoiries de la famille de Beauvirie
    Dans sa monographie sur Collonges, Paul Bial suggère que l´écu placé au-dessus de la porte de la tour d´escalier portait les armes de la famille de Beauvirie : (d´argent) à la bande de (sable) chargée d´un cœur (d´argent) et accompagnée d´une étoile (d´azur) en chef et d´un cœur (d´azur) en pointe. Il étaye cette hypothèse en partant du fait que ces armoiries sont celles de la famille de Beauvirie parce qu´elles sont présentes sur la vaisselle de la maison.

    Cependant, lorsque l´on examine de près cet écu, il semble qu´il porte plutôt des armes (d'argent) à deux arbres et une flèche brochant sur le tout ; accompagnée en chef de trois étoiles (ou molettes).

Références documentaires

Documents d'archives
  • AMH Limoges. Arrêté d'inscription partielle du manoir de Beauvirie à Collonges-la-Rouge (Corrèze). 3 octobre 1929.

    Archives des Monuments Historiques, Limoges : non coté
Documents figurés
  • AD Corrèze. Série Fi : 5 Fi : Collonges. Cartes postales de petit format en noir et blanc et couleur. Paysages, monuments et scènes folkloriques. 1900-1959. [Fig. 57 et 12, 49 et 53 : Le castel de Maussac et la porte Renaissance (1930) ; Fig. 57/3 : Manoir de Beauvirie. Cour intérieure ; Fig. 57/4 et 57/6 (1-2) : Maison de la sirène].

    Archives départementales de la Corrèze, Tulle : 5 Fi
Bibliographie
  • SERAPHIN, G., MELISSINOS, A., SIRYES, H. Plan de gestion du site classé Collonges-la-Rouge. Fichier immeubles. Etude réalisée sous la maîtrise d´ouvrage de la DIREN et de la commune de Collonges-la-Rouge, 2005.

    fiches 24 et 25 Centre de documentation du patrimoine, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel, Limoges : non coté
Périodiques
  • BIAL, Paul. Leodunum ou le Puy de Vézy. Monographie de Collonges (Corrèze). Bulletin de la société scientifique historique et archéologique de la Corrèze, 1896.

    p. 31 Archives départementales de la Corrèze, Tulle : br 4719
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Ville de Collonges-la-Rouge (c) Ville de Collonges-la-Rouge ; (c) Monuments historiques (c) Monuments historiques - Brahim-Giry Agnès
Brahim-Giry Agnès

Chercheur SRI Limousin (2007-2016) - Responsable de l'Unité Études et Ressources documentaires, site de Limoges (2016-2017 ) - Responsable de l'Unité Recherche-Photographie, Limoges-Poitiers (2017-


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.