Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite "la Pépinière"

Dossier IA86004674 réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsLa Pépinère
Parties constituantes non étudiéesparc, logement, dépendance, garage
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de Poitiers
AdresseCommune : Mignaloux-Beauvoir
Adresse : 238 route des
Sachères
Cadastre : 1819 C2 282 ; 2004 H4 348, 1079, 1330 et 1331

Il existe deux lieux-dits "La Pépinière" à Mignaloux-Beauvoir, l'un au Breuil l'Abbesse, l'autre dont il s'agit ici, situé entre les domaines de la Cigogne et du Deffend. Cette maison se situe sur un ancien ensemble de champs appelés la Fosse Giroire sur le cadastre de 1819. D'après les archives cadastrales, elle a été construite en 1853 par Hippolyte Bain de la Coquerie, propriétaire de la Cigogne depuis 1846. Il s'agissait peut-être d'un rendez-vous de chasse. Pourtant l'architecture de la maison telle qu'on la voit aujourd'hui fait davantage penser à des constructions de la fin du siècle : un premier édifice construit au milieu du 19e siècle a pu être agrandi ou transformé ensuite. Depuis lors, la propriété est restée aux mains des descendants de M. Bain de la Coquerie, les Parent de Curzon. La maison et l'ensemble des bâtiments conservent un aspect proche de celui d'origine. La maison a perdu sa toiture originelle, probablement en ardoise. Parmi les deux principaux bâtiments de dépendances, celui contenant l'ancien logement du gardien a fait l'objet de travaux récents, afin d'en améliorer l'habitabilité. Le four qui se trouvait dans son prolongement a été détruit. Le bâtiment contenant l'ancienne grange a été pour partie reconverti en garage, mais son organisation ancienne reste lisible.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates1853, daté par source
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Les bâtiments de la Pépinière sont au coeur d'un terrain arboré. Au bout du chemin d'accès se dresse la maison, dont les traits architecturaux (jeux de volumes, lambrequins) évoquent l'architecture des villas balnéaires. Sa façade orientée au sud-ouest présente trois travées et trois niveaux, séparés par des bandeaux d'étage. L'accent est mis sur la travée centrale, en léger avant-corps et comportant un niveau de plus que les travées latérales. Toutes les baies de cette façade sont en plein cintre, à encadrements saillants. La fenêtre centrale du premier étage est la seule dotée d'un appui mouluré et d'un garde-corps métallique. Les toits, à longs pans et croupe au niveau des travées latérales, et à longs pans et demi-croupe sur la travée centrale, sont débordants. En partie centrale, la couverture est soutenue par des aisseliers sculptés et ornée d'un lambrequin en bois. L'élévation postérieure, ouvrant au nord-est, est différente : l'accent est mis sur la travée latérale nord, à laquelle est accolée une tour de plan carré, à trois niveaux et couverte d'un toit en pavillon. Au rez-de-chaussée de cette tour se trouve une porte en haut d'un petit perron. L'autre élément marquant la façade est une véranda, accolée aux deux autres travées de l'élévation. Les baies sont rectangulaires, et il n'y a pas de bandeau d'étage. En revanche, le toit à demi-croupe de la travée centrale est également orné d'un lambrequin. La maison est construite en moellon de calcaire enduit, sauf la tour et le troisième niveau de son élévation, qui sont en brique enduite. La toiture est en matériau synthétique. Au nord-ouest de la maison se trouvent trois autres bâtiments. Le premier est un cabinet d'aisance construit en bois. Le deuxième abrite un ancien logement de gardien, une ancienne remise à voiture et les vestiges d'un four à pain. Il est couvert de tuiles creuses. Le troisième contenait une grange surmontée d'un grenier. Ces deux bâtiments ont été construits en moellons enduits.

Murscalcaire
brique
enduit
moellon
Toitmatériau synthétique en couverture
Étages1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
Typologiesmaison de campagne
Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Poitiers - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur du patrimoine, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Royer Amandine