Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite la Grenardière, puis école ménagère agricole, puis collège féminin agricole, puis lycée professionnel agricole de Grand-Pont

Dossier IA86002964 réalisé en 2007

Fiche

Appellationsde Grand-Pont
Parties constituantes non étudiéescour, clôture, portail, logis, dépendance, parc, hangar
Dénominationsmaison, école, collège, lycée
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de Poitiers
AdresseCommune : Chasseneuil-du-Poitou
Lieu-dit : Grand-Pont
Adresse : 10 rue de la
Grenardière
Cadastre : 1810 B11 200 ; 2007 AZ 75

Le logis de la Grenardière ne figure pas sur le plan cadastral de 1810. Selon les matrices cadastrales, la parcelle a reçu une nouvelle construction en 1833 quoi doit correspondre à une partie du logis (fig. 2, 3 et 29 à 34). Celui-ci semble avoir été agrandi peu après car la façade présente un chaînage et une reprise de maçonnerie, ainsi qu'une baie murée. En vis à vis se trouvait un bâtiment de communs (fig. 5 et 35) et, entre les deux, le mur de clôture était percé d'un portail couvert en plein-cintre, aujourd'hui disparu (fig. 4 et 27). En 1943, la propriété est occupée par une école ménagère agricole. Les salles du logis sont réaffectées en classe, bureau, réfectoire, cuisine et chambres pour les professeurs et les élèves. De 1949 à 1952, un premier bâtiment (fig. 6, 7, 37 à 40) est bâti au nord des anciennes constructions pour permettre d'accueillir 40 jeunes filles et les communs sont réaménagés pour servir de logements pour la directrice et le jardinier et abriter vacherie et porcherie. En 1959, deux pavillons de deux logements sont bâtis pour les professeurs, en bordure de l'actuelle route D. 87 (fig. 15 et 53). De 1959 à 1961, le bâtiment de 1949 est agrandi vers le nord, formant un U, pour abriter deux classes supplémentaires, un dortoir et une salle de jeu (fig. 8 à 14 et 41 à 45). La capacité d'accueil de l'établissement passe de 40 à 100 élèves. En 1964, l'école ménagère devient collège agricole féminin. En 1965 un grand bâtiment de quatre niveaux (fig. 23, 49, 50), pour classes et internat, ainsi qu'un gymnase et un amphithéâtre (fig. 50 à 52) sont bâtis à l'ouest des précédents. En 1966, un nouveau logement double et un logement pour la directrice sont ajoutés. En 1970 l'établissement s'ouvre à la mixité puis il devient lycée. L'internat est rénové en 1999 et un préau (fig. 44) est bâti en 2008.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Dates1833, daté par source
1952, daté par source
1959, daté par source
1965, daté par source
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Edifice implanté non loin de l'Auxance, dont il est séparé par un parc avec portail (fig. 28) et une rue, et s'étendant au nord sur un terrain en pente, jusqu'à la route D. 87. Le lycée rassemble plusieurs bâtiments, dont un ancien logis, implanté perpendiculairement à la voie, qui réunit un bâtiment central, couvert en tuile, et deux ailes symétriques couvert d'un toit en ardoise avec croupes. La façade en gouttereau, couronnée d'une corniche sur les ailes, est à quatre travées. La porte est latérale. Le toit est orné d'épis de faîtage. Sur le bâtiment central, le comble est percé de lucarnes. Des trous de boulin, faisant office de pigeonnier, sont percés sur la façade. Sur l'élévation postérieure des baies ont un linteau en arc segmentaire et une baie de comble a un encadrement chanfreiné. La façade des ailes est ornée d'une bandeau saillant. L'intérieur a été remanié. En vis-à-vis de ce logis, qui sert de foyer pour les jeunes, se trouve une ancienne dépendance. En contre-haut sont implantés les bâtiments scolaires : une vaste construction de plan en U, à deux niveaux, avec un avant-corps au sud et un autre au nord-est ; un grand corps de bâtiment rectangulaire à quatre niveaux et couvert en terrasse, relié à un autre plus bas, de plan en L ; quatre pavillons de deux logements ; des dépendances.

Murscalcaire
badigeon
moellon
Toitardoise, tuile creuse
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe
Typologiesmaison de campagne
Statut de la propriétépropriété de la région

Annexes

  • Extraits du discours prononcé par mademoiselle Marthe Côme, directrice du lycée, à l'occasion du Cinquantenaire de l´établissement. Samedi 5 juin 1993.

    Monsieur Christian Houdayer adjoint de monsieur Louis Riffault, directeur des Services Agricoles en 1939 à Poitiers, désirait créer un établissement agricole féminin. Vers 1941, l'Union des Coopératives Agricoles permet la réalisation de ce projet en faisant l´acquisition du domaine de la Grenadière à Grand-Pont. Monsieur Xavier Bernard, dont la Fondation contribue, encore aujourd'hui dans la Vienne à la modernisation de l'équipement des établissements agricoles, en est alors le Président.

    L'école comporte un jardin, un pré, un parc et "la petite maison" très délabrée. Arrive alors mademoiselle France Delaville, directrice de l'École Ménagère Agricole de Clermont, fermée pour cause d'occupation Allemande. Avec un professeur, une monitrice et l'aide d'un ménage de jardiniers, elle commence par déblayer les gravats avant d'accueillir en 1943 la première dizaine d'élèves.

    Après les aléas de la guerre - l'école a été occupée par les allemands et a dû fermer ses portes - l'établissement reprend ses activités, élargit son audience. Une trentaine d'élèves le fréquente. Filles d´agriculteurs, elles viennent perfectionner leur savoir dans tous les domaines traditionnellement confiés aux femmes : petits élevages, laiterie, entretien de la maison, des vêtements, du jardin, cuisine etc.

    1948 voit arriver une nouvelle directrice mademoiselle Dauvergne qui ne cessera, de 1948 à 1971, d'animer et de développer "son établissement", entourée d'une équipe fort dévouée. Entre temps, en 1951, l'État et l'Union des Coopératives signent une convention. L'association 1901 qui gère l'établissement jouit dorénavant de l'ensemble des biens mobiliers et immobiliers. Son Conseil d'administration fut longtemps, de 1964 et jusqu'à sa dissolution en 1971, présidé par monsieur Jean Raffarin, grande figure du département de la Vienne, très longtemps président de nombreuses organisations agricoles, un moment Secrétaire d'État à l'Agriculture, actuellement encore Président de la Fondation Xavier Bernard.

    L'essor de l'établissement exige son agrandissement

    * 1949, salles de classe et premier internat de 40 places.

    * 1959, de nouvelles salles de classe (couture, cuisine, laboratoire), salle de jeu, nouveau dortoir, l´internat grandit à 100 places.

    * 1965, autres agrandissements : bloc internat, salles de classes à 4 niveaux. 230 élèves pourront fréquenter l'établissement.

  • École Ménagère "à 2 ans" depuis 1952 avec des programmes comportant certes de l'enseignement général, mais surtout des disciplines très concrètes touchant à l'enseignement ménager, familial et agricole (basse-cour, laiterie, jardin, animaux de la ferme, lois sociales en agriculture).

    En 1959, selon le témoignage d'une enseignante retraitée madame Coirault : "L'établissement était petit mais sa renommée était grande. Il y régnait une grande effervescence culturelle et la commune de Chasseneuil participait activement à la vie de l'établissement. Chasseneuil bourg était isolé de Grand-Pont, la rue du Gué-Sourdeau était bordée de champs, la nationale 10 avait un autre tracé et sa vie propre avec commerces, épicerie, école primaire. Un baraquement en bois situé derrière l'école faisant office de salle de spectacles.

    Mademoiselle Dauvergne a si souvent fait irruption dans les bureaux du Ministère qu'elle a fini par obtenir les constructions indispensables exigées par l'évolution des formations qui, a Grand-Pont, se sont mises en place d'abord clandestinement dans les pièces des appartements et dans une maison forestière en planche installée dans la cour. "

    Avec la loi du 2 août 1960 qui organise l´enseignement agricole, Grand-Pont va devenir collège agricole et dispenser un enseignement plus technique basé sur les sciences biologiques et les sciences économiques avec pour ambition d'élargir les connaissances de base et faciliter l'insertion des filles dans la vie active, hors du cadre familial.

    La loi de 1984 sur l'enseignement agricole, donne pour missions aux établissements non seulement celle de la formation initiale, mais encore celles de la formation continue, du développement et de l'animation du milieu rural. Les projets ne sont pas exténués ...Les BTA vont se transformer en Baccalauréat technologique ou en Baccalauréat professionnel pour mieux préparer les jeunes aux exigences de la vie économique.

    (//grand-pont.kyoto.over-blog.fr/pages/Quelques_pages_pour_raconter_lhistoire_de_Grand_Pont-286411.html).

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Vienne 4P 2067 à 2073, 3793 à 3798. [19e siècle, après 1810] : plans cadastraux et matrices des propriétés bâties et non bâties de la commnue de Chasseneuil-du-Poitou.

Bibliographie
  • De Grand-Pont à Kyoto, 70 ans d'histoire. Document réalisé en avril 2008 au moment du transfert du lycée.

  • Site Internet : http://www.grand-pont.kyoto.over-blog.fr/pages/Quelques_pages_pour_raconter_lhistoire_de_Grand_Pont-286411.html.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Poitiers - Bunoz Céline - Renaud Geneviève - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur du patrimoine, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.