Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de maître, dite Château Descazeaux, actuellement Puy-Descazeau

Dossier IA33010493 réalisé en 2020

Fiche

Á rapprocher de

Genrede maître
Précision dénominationChâteau viticole
AppellationsChâteau Escazeaux, Château Descazeaux, Château Puy Descazeau
Parties constituantes non étudiéeschai, pigeonnier, poulailler, grange, remise agricole, logement, puits, resserre, portail, mur de clôture, jardin, cuvage, four à pain
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde (rive droite) - Bourg
AdresseCommune : Gauriac
Lieu-dit : Descazeaux
Adresse : 23 route des
Vignobles
Cadastre : 1820 Au 603, 604, 831 ; 2020 AH 196-212

Le plan cadastral de 1820 représente plusieurs bâtiments au lieu-dit Descazeau. D'après l'état de sections, ils appartiennent à deux propriétaires distincts : Pierre Landar, forgeron (parcelles 599 à 603) et M. Baril (parcelles 604 à 608 ainsi que la parcelle A 831 plantée en vigne).

Selon les augmentations et diminutions du cadastre, l'ensemble paraît réuni entre les mains de la famille Baril (Pierre et Eusèbe) vers 1859. Ils y apportent plusieurs modifications : démolition et reconstruction d'une maison en 1859 (parcelle A 604), augmentation de construction d'une maison entre 1857-1860 (parcelle A 605), réduction de maison en 1859 (parcelle A 603) et construction nouvelle d'une maison en 1862.

Les éditions successives de l'ouvrage Bordeaux et ses vins apportent quelques précisions : en 1868, le cru Escazeaux appartient à Baril frères et produit 50 à 60 tonneaux. Il s'agit d'Olinde, maire de Gauriac de 1860 à 1872, et d'Eusèbe Baril. En 1874, ils sont encore mentionnés comme propriétaires.

Dans l'édition de 1893, deux crus sont distingués : le Domaine Descazeaux appartient à Juhel-Renoy avec une production de 60 tonneaux, tandis que le cru A Descazeaux appartient à Olinde Baril et produit 30 tonneaux. C'est par son mariage avec Thérèze Baril que Pierre-Fernand Juhel-Renoy, avocat, devient propriétaire du domaine.

L'édition de 1898 propose une illustration de la demeure du Domaine Descazeaux, en précisant que le vignoble a été replanté par F. Juhel-Renoy en malbec et cabernet sauvignon.

En 1920, le Domaine de Descazeaux est entre les mains de Pierre Roux : il l'a acquis lors d'une vente au tribunal de première instance de Bordeaux le 6 juin 1901. La propriété est alors composée de "maison de maître, bâtiments de servitudes, jardins potager et d'agrément, vignes et autres natures de fonds, d'une contenance de 2 hectares 40 ares et 40 centiares" ainsi que des vignes et prairies aux lieux-dits la Plaine, le Bois, Moulin de Papier, Fleuret, Caillou-Pourri et Boursaud. Le Château Descazeaux appartient quant à lui à Mlle Baril et à Léon Baril.

La propriété appelée Château Descazeaux sur des cartes postales du début du 20e siècle, et de nos jours Puy-Descazeau, réunit plusieurs éléments :

-les parties les plus anciennes correspondent à la parcelle 603 du plan cadastral de 1820 appartenant au forgeron Pierre Landar : les actuels chai et grange conservent ainsi des éléments datant probablement du 15e ou du 16e siècle (motifs d'accolade, baies à chanfrein, évier, vestiges de cheminée) ; un ancien logis du 18e siècle est également conservé présentant une porte cintrée avec ferronneries.

-la demeure, probablement construite en 1862 par Eusèbe Baril avant d'être reprise par F. Juhel-Renoy puis Pierre Roux. A cette époque, le long bâtiment de dépendance abritant chai et grange est également remanié avec l'ajout de balustrades sur le pignon sud des bâtiments et est utilisé au début du 20e siècle comme '"Annexe du château pour la mise en bouteille des vins". L'orangerie également traitée avec une balustrade d'attique est probablement aménagée à cette époque. L'adjonction de la loggia sur la façade postérieure de la demeure est sans doute due à Pierre Roux dans la 1ère moitié du 20e siècle.

La resserre abritant le puits porte la date 1903.

Période(s)Principale : 1ère moitié 16e siècle
Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1903, porte la date

La demeure se compose d'un étage de soubassement semi-enterré et d'un rez-de-chaussée surélevé et présente une façade organisée selon 7 travées. Un cordon à hauteur d'appuis des fenêtres délimite le premier niveau du soubassement. Un escalier droit en pierre donne accès à un perron à balustrade et à la porte principale, inscrite dans un léger avant-corps souligné de tables décoratives et surmonté d'une balustrade d'attique à volutes. Les baies possèdent un chambranle et chacune d'elles est couronnée d'une frise de motifs végétaux et d'une corniche soutenue par deux consoles à volutes rentrante et sortante. Une corniche sur deux est surmontée d'un bas-relief représentant une couronne de lauriers à volutes fleuronnée, une vasque avec fleurs et un cartouche orné de palmettes. Une corniche à denticules règne sur l'ensemble de la façade. La façade postérieure est dotée d'une loggia en bois. A l'intérieur, un couloir central dessert les pièces ; les cuisines sont situées en soubassement ; un four à pain de marque P. Guirons et L. Dugay y est conservé.

Une orangerie se trouve sur la façade latérale sud-ouest, surmontée d'une balustrade d'attique. Elle fait jonction entre la demeure principale et le logis du 18e siècle. Ce dernier, à étage, présente une façade de deux travées. La porte cintrée est dotée de ferronneries en imposte.

Les dépendances sont organisées dans un long bâtiment abritant chais, grange et remise ainsi que les vestiges d'un ancien logis du 16e siècle : sont notamment conservées une porte à accolade et une ancienne fenêtre, également à accolade, agrandie en porte. Un évier en pierre ainsi que des niches et le jambage d'une cheminée évoquent l'organisation intérieure d'un ancien logis. Les pierres rubéfiées attestent d'un incendie. La façade sur rue du bâtiment de dépendance est traitée en pierre de taille avec jambes harpées, couronnée d'une corniche et d'une balustrade d'attique portant un cartouche avec le nom du domaine.

Au sud du logis du 18e siècle, une resserre abrite un puits équipé d'un mécanisme à engrenage et roue. La date 1903 est gravée sur le maçonnerie extérieure.

Le jardin est délimité au sud, côté route, par un muret en pierre de taille avec grille métallique et piliers maçonnés et sculptés. Au nord, un portail donne sur les vignes.

Murscalcaire pierre de taille
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée surélevé
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
TypologiesIA4
Techniquessculpture
Représentationsdenticule, fleur, cercle, balustre, volute, palmette, couronne de laurier

Estuaire

TRAVEE7
FORBAIEchambranle mouluré (porte) ; chambranle mouluré (fenêtre) ; corniche (porte) ; corniche (fenêtre)
POSRUEen alignement
POSPARCen retrait
POSTOPOplateau
ORIENTsud-est
VUEvue bornée
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Documentation sur la famille Barril

    Archives municipales de Gauriac, acte notarié de l'Etude Me Pierron, notaire à Gauriac. Vente par Melle Barril Léonie, demeurant en son domaine de Descazeau, à la commune de Gauriac d'une parcelle de terrain de 29 ares 50 appelée Malette, située au village de Francicot, B 973. Terrain acquis pour construire la poste pour 4500 frcs. 16 novembre 1912.

    Mention du testament (14 décembre 1894) de Jean Baptiste Barril en famille Olinde, son père, mort le 14 janvier 1898 ; marié à Louise Boutin ; voir partage chez Me Cousteau du 5 décembre 1899 ; rente à assurer à leur mère, d'où hypothèque du domaine Descazeau avec maison ancienne, maison neuve, maison de bordier, chais, cuvier, remise, écurie, fournière, cour, jardin, puits, autres jardins, garenne, vignes, terres, vigne dite la Charlotte et une pièce de fonds en vigne et prairie appelée la Plaine : contenance totale : 5ha 58a 6ca ; provenance : acte de partage devant Me Girard, notaire à Berson, le 17 septembre 1858 entre Olinde et son frère Jean Baptiste Eusèbe Barril ; partage en date du 18 décembre 1856 chez Me Girard entre eux et leur frère François Firmin Barril.

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

    p. 320-322
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

    p. 404
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1893 (6e édition).

    p. 544-545
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    p. 591
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1922 (9e édition).

    p. 820
Périodiques
  • L´ESPERANCE. Journal de l´arrondissement de Blaye, littérature, beaux-arts, commerce, agriculture et annonces, 1836-1904.

    [collection numérisée en ligne sur le site Gallica.fr : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32768861f]

    18 mai 1902
(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Roux Tom-Loup - Steimer Claire