Dossier d’œuvre architecture IA24001247 | Réalisé par ;
Provost Marion (Contributeur)
Provost Marion

Mission temporaire de reprise des données de l'étude du canton de Montpon-Ménestérol en 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
  • inventaire topographique
Maison de maître, dite château de Ménesplet
Copyright
  • (c) Conseil départemental de la Dordogne
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Montpon-Ménestérol - Montpon-Ménestérol
  • Commune Ménesplet
  • Lieu-dit chemin du Moulin
  • Cadastre 1844 B3 451 à 453  ; 1989 B3 248
  • Dénominations
    maison
  • Genre
    de maître
  • Appellations
    château de Ménesplet
  • Parties constituantes non étudiées
    moulin, logement

Le lieu-dit "Moulin de Ménesplet" est représenté sur la carte de Belleyme, levée dans la seconde moitié du 18e siècle en Périgord. La demeure du 18e siècle a été agrandie dans les années 1860 : une nouvelle façade en pierre de taille habille le logis originel du côté méridional, complété par deux pavillons. Face à la maison de maître, les anciennes écuries datent de la deuxième moitié du 19e siècle. La propriété comptait également une orangerie, aujourd'hui détruite. Le plan cadastral napoléonien figure deux bâtiments situés au sud du logis, l'un en retour d'équerre, l'autre face à ce dernier et fermant la cour, de plan allongé, qui ont disparu. Au début du 20e siècle, le domaine appartient à la famille de Casteras-Seignan. Il était constitué de six métairies, dont les activités étaient liées à l'élevage, au tabac et à la viticulture, et d'un moulin situé au nord de l'habitation. Le domaine appartient actuellement à la famille de la Serve. Les écuries ont récemment été transformées en logement pour le gardien.

A l'extrême fin du 18e siècle, le propriétaire Gabriel Lautrette de Lasserve entreprend l'agrandissement du moulin existant, construisant un "moulin neuf" entre la maison et le "moulin vieux". Le plan cadastral napoléonien de 1843 montre le développement d'une nouvelle minoterie en retour d'équerre, ainsi que sa jonction avec le logis. A partir des années 1850, cette minoterie figure parmi les établissements d'importance de la région. On y trouve dix meules à farine, un appareil à cribler le blé et une huilerie. Entre les années 1870 et 1890, l'entreprise emploie de 6 à 10 personnes. Après un incendie qui détruisit l'ensemble en 1910, il ne subsiste au nord qu'une travée accolée à la maison de maître, portant la date du 2 février 1910. En 1915, l'activité de meunerie est abandonnée : MM. Chavaud et Joquel y installent une usine hydro-électrique qui permet l'éclairage du bourg de Ménesplet. Son fonctionnement sera rentable jusqu'en 1923.

  • Période(s)
    • Principale : 1ère moitié 18e siècle
    • Secondaire : 3e quart 19e siècle
    • Secondaire : 1ère moitié 20e siècle
    • Principale : 4e quart 18e siècle
  • Dates
    • 1910, porte la date

Le domaine du château de Ménesplet se situe sur la rive gauche de l'Isle et borde l'un de ses méandres. Cette grande maison de maître est construite en pierre de taille, la structure intérieure est en pan de bois. Les toits à longs pans et croupes pour le corps central et en pavillon pour les ailes, sont couverts en tuile plate. Un corps central de plan rectangulaire, qui comprend un étage carré - les combles n'étant pas habitables - est flanqué de deux pavillons rectangulaires au même alignement. L'ensemble, très sobre, est uniquement rythmé au sud par huit travées de fenêtres rectangulaires : quatre travées pour le corps central et deux pour chaque aile. L'ancienne habitation du moulin, orientée au nord et située face au bief, flanque l'arrière du logis. Elle est en partie bâtie en pierre de taille et couverte d'un toit en appentis.

A l'ouest, une extension avec une dépendance pourvue d'un grenier à grains à l'étage, a perdu une grande serre avec sa verrière semi-circulaire. La travée accolée à l'ancien logis, vestige de la minoterie, est dotée d'une fenêtre sculptée avec une certaine finesse. Son linteau est orné de formes géométriques et de rosettes surmontées par un larmier dont le décor de denticules se retrouve sous la corniche.

  • Murs
    • calcaire pierre de taille
    • pan de bois
  • Toits
    tuile plate, tuile creuse
  • Étages
    1 étage carré
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe
    • toit en pavillon
    • appentis
  • État de conservation
    remanié
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Barrages et usines (1813-1923).

    Archives départementales de la Dordogne, Périgueux : 3 S 199
  • Archives diverses.

    Archives départementales de la Dordogne : 3 S 608

Bibliographie

  • MARACHE Corinne. Les métamorphoses du rural : l'exemple de la Double en Périgord (1830-1939). Paris : éditions du CTHS, 2006.

    p. 140, 164, 165, 168, 175.
  • PENAUD Guy. Dictionnaire des châteaux du Périgord. Bordeaux : Sud Ouest, 1996.

    p. 175.

Documents figurés

  • Carte de Belleyme, planche n°21, 1762-1783.

  • Plan cadastral napoléonien de Ménesplet, 1843. Section Ménesplet, feuille B3.

    Archives départementales de la Dordogne : 3 P 3 2908
  • IGN. Carte topographique de la France à 1/50 000 : Montpon-Ménestérol. Série orange, feuille 1735. 2e éd., Paris, IGN, cop. 1981.

Date d'enquête 2009 ; Date(s) de rédaction 2018
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Conseil départemental de la Dordogne
Provost Marion
Provost Marion

Mission temporaire de reprise des données de l'étude du canton de Montpon-Ménestérol en 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.