Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison actuellement restaurant et magasin de commerce

Dossier IA19000261 réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsRestaurant Le Cantou
Destinationsrestaurant
Parties constituantes non étudiéescour, passage couvert
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonCollonges-la-Rouge - Meyssac
AdresseCommune : Collonges-la-Rouge
Adresse : rue de la
Barrière
Cadastre : 1831 C1 104 ; 2007 AI 192

Cette maison a été reconstruite au 15e siècle sur les ruines de deux maisons médiévales. Elle a ensuite subi des remaniements au cours du 17e siècle (porte de cave) et du 19e siècle (percement d´ouvertures sur le pignon nord). Elle a été restaurée à la fin du 20e siècle. Située, le long de la rue de la Barrière, cette maison est positionnée, comme la maison voisine (n°193) sur les ruines de l'ancien prieuré. Il est probable qu´elle faisait également partie de l´appareil défensif de l´enclos prieural comme les autres maisons à étages que l´on retrouve le long de la rue de la Barrière entre la porte Plate et la porte du prieuré (n° 187, 188, 189). Cette maison, qui est positionnée à l´angle de la rue de la Barrière et de la cour, constitue l´angle nord-ouest du tracé supposé de l´enceinte prieurale telle qu´elle a été proposée par Gilles Séraphin, entre la porte du prieuré et la porte nord (cf. dossier collectif Portes de ville IA19000259).

Période(s)Principale : Moyen Age
Principale : 15e siècle
Principale : 17e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle

Cette maison de plan régulier en L est située en fond d´îlot et occupe la moitié sud de la parcelle. Elle est mitoyenne à l´est et au sud. Le toit à deux pans est couvert d´ardoises et de tuiles mécaniques. Le pignon couvert nord a conservé une partie de ses lauzes. Les souches de cheminées à mitre sont positionnées sur les pignons sud et nord. Les parties les plus anciennes sont édifiées en pierre de taille. Les autres parties reconstruites sont bâties en blocage de moellons de grès rouge et beige jointoyés au mortier de pose rose.

Des deux maisons d´origine, il ne reste que peu de traces. En effet, les témoins de cette ancienne implantation se limitent à une partie de la venelle qui séparait ces deux maisons et à la maçonnerie, en pierre de taille, située aux angles nord-est et nord-ouest du mur-pignon nord. Cependant, outre les reprises de maçonnerie en blocage de moellons très visibles, ce mur-pignon offre une bonne lecture des différentes étapes de reconstruction de cette maison. En effet, il garde l´empreinte de la réunion des deux maisons préexistantes et du remaniement de l´ensemble qui a été l´occasion de surélever le pignon nord - ce qui a nécessité de transformer la charpente en masquant le rampant est du pignon couvert.

Ce mur-pignon présente une fenêtre droite surmontée d´un linteau en bois, qui a été percée tardivement au premier étage, et deux portes au rez-de-chaussée. L´une d´elles est surmontée d´un arc brisé et d´un écu portant les armes de la famille Robert de Ligneyrac. Elle donne accès au magasin de commerce qui occupe le rez-de-chaussée et le premier étage. Entre ces deux portes, on remarque un appentis couvert d´ardoises sous lequel un escalier droit, en maçonnerie, donne accès à l´ancienne cave voûtée. Cette dernière, orientée nord-sud, a été transformée en salle de restaurant et ne conserve qu´une partie de sa voûte, au sud. La porte de cette cave est surmontée d´un arc segmentaire.

L´élévation nord donne sur une cour dallée aujourd'hui transformée en terrasse de restaurant. Elle est agrémentée d´une treille en bois sur laquelle pousse toujours de la vigne. Cette cour est fermée par un petit muret de clôture en pierre à l´ouest, et par un mur de clôture en pierre à l´est. L´élévation ouest donne sur la rue de la Barrière. On y distingue, au rez-de-chaussée, deux arcades de boutique en arc brisé qui se sont substituées à des ouvertures plus anciennes du même type. Le premier étage est éclairé par deux anciennes croisées moulurées et une fenêtre droite à feuillures. L´élévation est intègre le passage couvert dit, porte du prieuré, au-dessus duquel on remarque la présence d´une porte-fenêtre donnant sur un balcon en pierre avec garde-corps en fer forgé. Cette élévation est ajourée d´une porte droite à étal, surmontée d´une grille d´imposte, à laquelle on accède par un emmarchement.

Mursgrès moellon
grès pierre de taille
Toitgrès en couverture, ardoise, tuile mécanique
Plansplan régulier en L
Étagessous-sol, 1 étage carré
Couvrementsvoûte en berceau
Couverturestoit à longs pans
appentis
Typologiesmaison à un étage
État de conservationremanié, restauré
Techniquessculpture
Représentationsarmoiries
Précision représentations

Ecu portant les armes de la famille Robert de Ligneyrac : trois pals.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • COLLE-MADIES, Karine. Collonges-la-Rouge, clocher de l'église Saint-Martin. In CONGRES ARCHEOLOGIQUE DE FRANCE (163 ; 2005 ; Paris). Monuments de Corrèze. Paris : Société Française d'Archéologie, 2007.

    p. 50 Centre de documentation du patrimoine, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel, Limoges : (19) 72 SOC
  • SERAPHIN, G., MELISSINOS, A., SIRYES, H. Plan de gestion du site classé Collonges-la-Rouge. Fichier immeubles. Etude réalisée sous la maîtrise d´ouvrage de la DIREN et de la commune de Collonges-la-Rouge, 2005.

    fiche n°126 Centre de documentation du patrimoine, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel, Limoges : non coté
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Ville de Collonges-la-Rouge (c) Ville de Collonges-la-Rouge - Brahim-Giry Agnès
Brahim-Giry Agnès

Chercheur SRI Limousin (2007-2016) - Responsable de l'Unité Études et Ressources documentaires, site de Limoges (2016-2017 ) - Responsable de l'Unité Recherche-Photographie, Limoges-Poitiers (2017-


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.