Logo ={0} - Retour à l'accueil

Mairie, salle des fêtes

Dossier IA17045476 réalisé en 2013

Fiche

Dénominationsmairie, salle des fêtes
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde - Agglomération Royan Atlantique
AdresseCommune : Arces
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : 1 côte de la
Volette
Cadastre : 1833 C 381 et 382 ; 2009 C 267

Une bâtiment, propriété d'Amédée Brassier, figure à cet endroit sur le plan cadastral de 1833. Perpendiculaire à la côte de la Volette, ce bâtiment se situait sur le côté droit du parking actuel, à la limite de la parcelle (adossé à la bâtisse voisine). Il disposait d'une petite cour, avec un puits, et d'un jardin, là où s'étend désormais le parking. Selon un acte de 1809, ce bâtiment comprenait des dépendances liées à la maison située en face (2 rue de la côté de la Volette), dont un moulin à tannerie. Ce moulin devait être tenu par Pierre Boutet, protestant, marié à Judith Demonconseil, tanneur installé à Arces en 1775, puis par ses fils, Pierre-Nathanael et Saül Boutet, tanneurs comme lui. La famille Boutet faisait partie des propriétaires du cimetière privé protestant, situé rue des Basses coutures et mentionné par le plan cadastral de 1833.

A la place de cet ancien moulin, Amédée Brassier fait construire une nouvelle maison qui, le 8 septembre 1869, est achetée par la municipalité d'Arces pour y installer une école primaire de filles (depuis 1844, l'école de garçons et la mairie se trouvent au 6 rue des Amandiers ; jusqu'alors, l'école de filles se tenait dans une maison du bourg louée à M. Bertrand). Cette maison comprend trois pièces et un corridor au rez-de-chaussée, une cuisine au fond du corridor, des greniers, un hangar à l'est, le tout ouvrant au nord sur un jardin dans lequel se trouve un puits et ses trois abreuvoirs ou timbres.

Entre mai 1872 et janvier 1873, la maison fait l'objet de travaux afin d'y installer l'école de filles. Confiés à l'entrepreneur Martin, ils sont réalisés sur les plan et devis établis dès 1868 par M. Jazeiras, de Cozes. Le hangar situé dans le prolongement est de la maison est détruit et remplacé par une salle de classe, séparée du logement par un préau fermé ; dans la partie ouest, la maison est réaménagée en logement d'enseignant ; enfin, des latrines sont créées dans le jardin. En 1880, un projet de construction d'un nouveau logement pour l'institutrice est présenté par l'architecte Eustase Rullier, sans suites.

Dès 1893, la nouvelle école de filles apparaît en très mauvais état. Un plan des lieux et un rapport de visite établis en 1893 et 1894 par l'architecte Eustase Rullier, de Saintes, font apparaître un logement dans un état tel qu'il ne permet plus de loger l´institutrice. Cette partie menace ruine et n´est plus habitée depuis longtemps. Des tirants de fer maintiennent les mur du premier étage. Les planchers sont vermoulus. Rullier préconise alors d'araser la partie logement pour l'abaisser à la hauteur de la salle de classe. Le nouveau logement "comprendra une cuisine éclairée sur la cour par une porte vitrée, deux petites chambres éclairées sur le chemin, une grande chambre sur la cour et un chai assez vaste. La chambre attenant à la classe conservera sa destination de préau mais à la place des deux fenêtres qui ne donnent pas assez de jour, on percera une grande baie". Adjugés le 14 octobre 1894 à M. Cartron, de Cozes, les travaux sont achevés durant l'été 1896.

A partir de 1933, la municipalité d'Arces entreprend de réunir la mairie, l'école de filles et l'école de garçons dans un groupe scolaire. En 1935, la vétusté de l'école de filles mais aussi de la mairie-école de garçons (rue des Amandiers) est constatée. A l'école de filles, les parquets sont vermoulus, les eaux du bourg se déversent dans le jardin et inondent l'école, et le logement d'enseignant est placé dans une soupente à l'étage. En 1935 puis 1939, le projet de mairie et groupe scolaire, réalisé par Georges Haud, architecte à Saintes, est présenté : il doit s'ériger sur la route entre la Croix et la Grosse Pierre, près du cimetière (son architecture est proche de celle de la mairie-groupe scolaire de Saint-Dizant-du-Gua). Mais la guerre vient mettre un terme à ce projet ambitieux.

Le sujet revient à l'ordre du jour après la Libération, les bâtiments des deux écoles et de la mairie ne cessant de se détériorer et ayant été fortement dégradés pendant l'Occupation. De nouveau réclamé en 1947, le projet de groupe scolaire est relancé en 1954 et est finalement réalisé à la Croix en 1959-1960. L'école de garçons quitte alors la rue des Amandiers et l'école de filles la côte de la Volette.

En mars 1966, après avoir visité les lieux, l'architecte Alex Raisin, de Royan, confirme au maire qu'il est impossible de conserver l'ancienne école de filles pour en faire une mairie et une salle des fêtes convenables. L´état du bâtiment est trop mauvais, les travaux seraient trop importants et trop coûteux, la disposition du bâtiment, perpendiculaire à la route, ne s´y prêterait pas. Le 23 avril, le conseil municipal décide alors de désaffecter le bâtiment.

Le 26 juillet 1966 puis le 5 décembre 1967, Alex Raisin présente les plans et devis pour la construction d'une nouvelle mairie et salle des fêtes. Les fondations et la charpente du bâtiment seront en béton armé, les murs en blocs isothermes "Novocéram", et la couverture en tuiles creuses vieillies. Le bâtiment comprendra deux ailes perpendiculaires, l'une pour la salle des fêtes et ses annexes, l´autre pour la mairie et un local de télécommunications. Les lots de construction sont adjugés le 6 mai 1968, pour un total de 140435 francs. Les travaux commencent aussitôt. Ils sont achevés pour l'essentiel en mai 1969, et sont réceptionnés le 11 juin. La nouvelle mairie et salle des fêtes est inaugurée le 28 septembre 1969.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1969, daté par source
Auteur(s)Auteur : Raisin Alex architecte attribution par source

Le bâtiment est constitué de deux ailes perpendiculaires : l'aile nord abrite la mairie, l'aile sud la salle des fêtes. Les deux ailes sont chacune couverte d'un toit à croupes, souligné par une corniche. Les murs sont percés de portes-fenêtres en plein cintre.

Mursbéton
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans
croupe
Statut de la propriétépropriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Charente-Maritime, archives de la commune d'Arces-sur-Gironde. E dépôt 93/14, 1M 1. 1965-1970 : construction de la mairie et salle des fêtes.

  • Archives départementales de Charente-Maritime. 3E128/322. 1809, 11 juillet : acte passé devant Me Pillet, notaire à Arces, portant partage des biens de feue Catherine Brassier et de feu Etienne Brassier.

  • Archives départementales de Charente-Maritime. 2O 71. 1846-1939 : construction et aménagements de la mairie et des écoles primaires d'Arces (actes notariés, décomptes de travaux, rapports, plans).

  • 1835-1960 : cadastre d'Arces-sur-Gironde, état de section, matrices des propriétés foncières.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3P 105 à 110
Documents figurés
  • Plan cadastral d'Arces-sur-Gironde, 1833.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3P 5213
  • Collection de cartes postales de Mme Bourgeois, Arces.

    Collection particulière : Collection Mme Bourgeois, Arces
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur du patrimoine, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.