Logo ={0} - Retour à l'accueil

Mairie, école, halle, tribunal de justice de paix, aujourd'hui hôtel de ville

Dossier IA86013568 réalisé en 2018

Fiche

Genrede filles
Dénominationsmairie, halle, école primaire, tribunal
Aire d'étude et cantonLencloître
AdresseCommune : Lencloître
Adresse : place, Général Pierre, place
de la République
Cadastre : 2016 AL 19

L'actuel hôtel de ville est bâti le long de la Grand-Rue, à proximité de l'Envigne et non loin de l'église Notre-Dame.

Le bâtiment abritant la mairie, la justice de paix, l'école de filles et les halles est édifié entre 1864 et 1869 par l'architecte châtelleraudais Auguste Lubac, les travaux sont suivis par l'entrepreneur Torsay-Corchand.

La pose de la première pierre a lieu en mai 1864.

En 1882, une horloge est installée au centre du fronton des halles, à la place d'un écusson, par Gourdin fabricant d'horloges publiques à Mayet, et une cloche, fondue par les ateliers Bollée, prend place sur le toit de l'école de filles. Un baromètre offert par le maire Simonneau est installé sur la porte de la mairie en 1888 pour être consulté par les cultivateurs.

La justice de paix est supprimée vers 1958 et l'école de filles est déplacée dans l'école nouvellement construite au nord du bourg, en 1975.

L'ensemble accueille aujourd'hui différents services de la mairie.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1869, daté par source
Auteur(s)Auteur : Lubac Auguste
Auteur : Yvonnet Pierre-Joseph
Yvonnet Pierre-Joseph (09/06/1832 - )

Né à Poitiers. Jardinier paysagiste comme son père.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
jardinier attribution par source
Auteur : Torsay-Corchand entrepreneur attribution par source

L'édifice se compose de deux corps de bâtiments à un étage carré et un étage de comble encadrant la halle en rez-de-chaussée. La construction est en pierre calcaire taillée avec une toiture à longs pans et croupes en ardoise.

Mairie :

Un escalier en pierre en vis avec jour (rampe en fer forgé avec main courante en bois) de 32 marches dessert le premier étage de la mairie. Un fronton en plein cintre se situe au-dessus de la porte d'entrée. L'accès au comble de la mairie se fait par un escalier en bois tournant situé au premier étage dans le renfoncement de la cage d'escalier en vis. Des balcons en pierre, au premier étage de la mairie, donnent sur les façades est et nord. Ils reposent sur de massives consoles à décor de feuillages, fruits et têtes d'animaux. Au premier étage, le sol est couvert d'un parquet en chêne.

Ancienne halle :

Construite en rez-de-chaussée, sa charpente était autrefois supportée par des colonnes en fonte supprimée vers 1960. Sur chaque façade, les deux portes sont entourées de deux grandes fenêtres à trois travées en arc segmentaire. Le toit est à longs pans en zinc. L'accès depuis l'intérieur de la mairie se fait par une descente de trois marches en pierre. L'unique espace intérieur reçoit la lumière des fenêtres des façades bien que des ouvertures intérieures (quatre fenêtres) existaient autrefois.

Ancienne école de filles :

Elle comprend un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage de comble. L'ensemble est desservi par un escalier rampe sur rampe avec jour.

Décor de la façade :

La façade présente une élévation à travées : les fenêtre du rez-de-chaussée sont surmontées d'un arc segmentaire, un bandeau de niveau sépare le rez-de-chaussée du premier étage, les fenêtres du premier étage sont surmontées d'un fronton triangulaire et entourées d'agrafes supportant un second bandeau de niveau. Sous le toit se trouve une corniche denticulée avec des agrafes à motif de feuillages et de fruits aux angles du bâtiment.

Murscalcaire pierre de taille
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble
Couvrements
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
toit à deux pans
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier en vis avec jour en maçonnerie
escalier intérieur
Énergies
Techniquessculpture

Représentationstête, ornement animal ornement végétal, fruit, feuille agrafe
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Annexe 1

    Arrêté du maire : construction d'une mairie 13 juin 1863

    Vu le décret impérial en date du 20 mai dernier qui déclare d'utilité publique, dans la commune de Lencloître, la construction d'une mairie, d'une justice de Paix, d'une Halle et d'une salle d'asile et autorise en conséquence ladite commune à acquérir soit à l'amiable soit au prix qui sera fixé d'après une expertise contradictoire, soit par expropriation s'il y a lieu, conformément à la loi du trois mai 1841,une propriété bâtie et non bâtie appartenant aux époux Blet-Touillet, telle au surplus que cette propriété est désignée au plan qui a servi de base à l'enquête et qui a été visé audit décret ;

    Cette propriété, d'une superficie de vingt ares soixante dix centiares figure au plan cadastral sous portion des numéros 1805, 1808,1833 et 1834 section F et comprend toute la portion des bâtiments et terrain existant entre le cours d'eau, la route départementale de Poitiers à Richelieu, la place du marché, les bâtiments où l'on fait actuellement la mairie et une ligne droite tirée du coin du portail du sieur Déchargé à aller rendre au cours d'eau parallèlement à un mur et des servitudes nouvellement construites par les époux Blet.

    Source : Archives municipales, Lencloître. Registre des arrêtés du maire, 1860-1914.

  • Annexe 2

    Séance du 29 novembre 1881 :

    Acquisition d'une horloge. Le Conseil municipal vu les délibérations en date des 12 septembre 1880, 6 mars et 22 mai 1881 autorise le Maire à traiter directement avec M. Gourdin fils, horloger, ingénieur mécanicien à Mayet (Sarthe), pour l'achat d'une horloge n°6 de son prospectus suivant les prix dont le détail suit :

    cadran 0.80 mètre de diamètre : 150 francs

    cloche de 80 kg à 5 francs le kg : 400 francs

    horloge : 800 francs

    en plus pour la répétition : 75 francs

    accessoires : 225 francs

    mise en place, voyage et séjour compris : 125 francs

    armature pour soutenir la cloche : 50 francs

    poids en fonte : 55 francs

    Le prix de cette acquisition s'élevant à 1880 francs devra être payé dans le délai de six années à partir du jour où les travaux seront exécutés avec faculté de se libérer par paiements partiels. Les intérêts de cette somme déduction faite des versements qui pourront être faits seront payés à partir de la même époque à raison de cinq pour cent l'an.

    Le Conseil municipal décide que la cloche sera placée sur le bâtiment occupé par l'école des filles, l'horloge au dessus du cellier actuel de l'institutrice et le cadran au dessus de la porte des halles à la place de l'écusson. Le Conseil autorise le Maire à faire les dépenses nécessaires pour l'installation de l'horloge. Ces dépenses seront prises sur les fonds libres de la commune. Le Conseil décide que l'horloge et le cadran qui sont disponibles seront placés à la Maison d'école des garçons.

    Source : Archives municipales, Lencloître. Registre des délibérations du conseil municipal, 1879-1903.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Biens communaux bâtis, mairie, 1822-1828.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 2O 155 6
  • Arrêtés du maire de Lencloître, 1860-1914.

    Archives municipales, Lencloître : non coté
  • Registre des délibérations du conseil municipal de Lencloître : installation d'un baromètre, 1886.

    Archives municipales, Lencloître : non coté
(c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Lorieux Clarisse
Lorieux Clarisse (1980 - )

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.