Dossier IA17004963 | Réalisé par ;
Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Mairie, École, actuellement Mairie
Auteur
Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vals de Saintonge Communauté - Saint-Jean-d'Angély
  • Commune La Jarrie-Audouin
  • Adresse 4 route de Loulay
  • Cadastre 2016 ZD 114
  • Dénominations
    mairie, école
  • Destinations
    mairie
  • Parties constituantes non étudiées
    logement, préau, cour

La commune, qui, au milieu du 19e siècle, ne comptait qu’une seule classe, s’en est vue dotée d’une deuxième en 1861. Ces classes étaient établies dans des maisons de particuliers. En 1888, les élèves de la Chapelle-Bâton (commune d’Antezant-la-Chapelle) étaient scolarisés à La Jarrie-Audouin, moyennant une participation.

En août 1888, le sous-préfet autorise la construction de la mairie et de l’école qui comprendra, outre les classes de filles et de garçons, les logements des instituteurs. Dans les années 1980, il ne reste qu’une classe d’une vingtaine d’élèves, et aujourd’hui l’école est définitivement fermée, l’ensemble étant dédié à la mairie.

Depuis des décennies, le rythme des habitants est cadencé par l’horloge de la mairie, dont le mécanisme a été restauré à l’initiative de certains résidents de la commune. En 1882, le maire de l’époque, Alexandre Jousseaume, fait part au conseil municipal de la volonté du don d’une horloge à la commune par Louis Gouineau, décédé la même année. L’horloge, qui est fabriquée dès 1878, est installée dans la nouvelle école-mairie dès sa construction en 1888, comme le prouve un courrier de l’architecte. Plus tard, elle est électrifiée et le mécanisme laissé au grenier.

Elle a été fabriquée par l’entreprise Gourdin à Mayet, dans la Sarthe. Cette entreprise fabriqua de nombreuses horloges dans toute la France à destination des châteaux, des églises, puis des mairies.

La famille Gouineau, originaire de Saint-Pierre-de-l’Isle, vint à La Jarrie-Audouin en 1730. Louis Gouineau, fils de Louis et Marie Lécuillé, y naquit en 1813. Marié à Clarisse Marchand, il était propriétaire et faisait partie des plus imposés de la commune. Il fut conseiller municipal de 1862 à 1872.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1888, daté par source

La mairie de La Jarrie-Audoin, établie en retrait de la rue et orientée au sud-ouest, dispose d’une façade à quatre travées, elle-même dotée d’un solin, d’un bandeau, d’une corniche à modillons et d’ouvertures en arc segmentaire au niveau de l’étage. Sur son toit à longs pans en ardoises se situe une lucarne aveugle, à fronton triangulaire, qui accueille une horloge. Les anciennes salles de classes adossées sont couvertes d’ardoises, comme le préau et les sanitaires situés à l’arrière. À l’avant, dans une cour en partie close par un muret en pierre de taille, se situe le monument aux morts.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
  • Toits
    ardoise
  • Étages
    rez-de-chaussée, 1 étage carré
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • État de conservation
    bon état
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents multimédia

  • Site internet de la commune de la Jarrie Audouin [Consult. Septembre 2019].

Date d'enquête 2001 ; Dernière mise à jour en 2019
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Vals de Saintonge Communauté
Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers