Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lycée La Morlette

Dossier IA33009607 réalisé en 2018

Fiche

Précision dénominationLycée des métiers La Morlette
AppellationsCollède d'enseignement technique féminin de La Morlette puis Lycée d'enseignement professionnel de La Morlette ou lLycée des métiers des services et des soins à la personne
Dénominationslycée
Aire d'étude et cantonNouvelle-Aquitaine
AdresseCommune : Cenon
Adresse : 62 rue
Camille-Pelletan
Cadastre : 2018 AD 242

"La Mourlette, située aux extrémités Nord-Est de la commune, est une belle villa moderne, bâtie en 1820, avec perrons, parterres, arbustes, grands arbres et belle allée d'ormeaux. Elle a été à Brumerel, elle est à M. Dupuy ; il s'y récolte 40 à 50 tonneaux de vin : en 1850 il s'y est récolté le double." (Édouard Guillon, t. III, p.73).

Le domaine de 10 hectare (ferme et maison de maître) a été acquis par l’État en 1948. La demeure située près de la rue Camille Pelletan, a été la résidence de la direction du collège technique féminin créé et dirigé par Micheline Hibrant de 1948 à 1976 (apprentissage de la coiffure, section sanitaire et social, esthéticienne, couture industrielle).

Au milieu du parc, le "château" dont les pignons, baies à meneaux et traverses empruntent au vocabulaire de l'architecture médiévale, a été édifié vers 1851 (voir carte postale). L’État achète la propriété en 1947. Le premier bâtiment "moderne", au sud du domaine (barre, R+3, voir carte postale) a été édifié dans les années 1950. Une photographie aérienne de juin 1957 montre ce bâtiment.

Vers le nord du parc, le groupe de bâtiments est édifié en 1971-1972. Le plan en tripode adopté ici, est particulièrement remarquable. Une restructuration, sur ce groupe de bâtiments en particulier, est effectuée en 2004 par l'architecte Jean-Louis Lafaye sous la maîtrise d'ouvrage de la Région aquitaine dans le cadre du plan pluriannuel d'investissements n°3.

Œuvre du 1% artistique :

L'installation d'une œuvre du sculpteur Ervin Patkai a reçu un avis favorable de la commission de la Délégation aux Arts plastiques le 7 juin 1972. Cette œuvre était située dans la cour polygonale. Elle a disparue avec le réaménagement du lycée.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle , daté par source
Dates1950, daté par source
1970, daté par source
2004, daté par source
Auteur(s)Auteur : Faye Jean-Louis
Faye Jean-Louis (1957 - )

Jean-Louis Faye

Né le 04.02.1957 Diplôme d'architecte d.p.l.g en mai 1983. Associé de 1984 à 1991. Création de l'EURL J.L FAYE en 1992. Marié à Nathalie depuis 1980. 3 enfants : Cédrik 32 ans (Ingénieur ESTP... Travail chez SUEZ à la Réunion), Florian 30 ans (Architecte et a intégré le cabinet), Stéphanie 24 ans (Etudes en cours en psychologie).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Patkai Ervin sculpteur attribution par source

Le lycée a été construit sur le plateau de Lormont, dans le vaste domaine (6000 m²) d'une demeure de plaisance. La maison de maître est en pierre (moellon enduit), 1 étage de soubassement, 1 étage en rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, la travée centrale, sur les 4 façades, présente un pignon découvert (moulures néogothiques au dessus des baies). Les Toits à longs pans sont couverts de tuile mécanique.

Au nord du parc, une cour pentagonale (la restructuration de 2004 a modifié cette disposition) entourée d'un préau recevait les corps de bâtiments disposés en tripode : barres en éléments de béton préfabriqués, couloir central, R+3, baies en bandeaux sur chaque niveau, parement couvert de carreaux de terre cuite (voir le lycée Fernand-Daguin à Mérignac).

Le bâtiment de l'internat, vers le sud, ancienne barre R+3, brique, toit à longs pans, tuile creuse) a reçu (élévation antérieure) une structure métallique formant galeries sur chaque niveau, toiture débordante en casquette (idem pour le bâtiment en retour en R+2).

Une autre maison de maître (pierre de taille, toit de tuile creuse), à l'ouest, ayant son entrée par la rue Camille Pelletan, possède une élévation sur la parc avec porte cintrée, 2 colonnes, balcon, fronton triangulaire, accès par un escalier de quelques degrés à 2 volées. Cette maison sert de logements de fonction.

Mursbéton béton armé
brique creuse
Toittuile creuse
Étages3 étages carrés
Couverturesterrasse

Escaliers
Typologiessystème constructif industriel de préfabrication
Statut de la propriétépropriété de la région

Références documentaires

Bibliographie
  • CHAIGNE Yann. L'Architecture des lycées en Aquitaine de 1986 à 2006 : Les étapes d'une quête identitaire post-décentralisation. Thèse d'histoire de la l'art sous la direction de Marc Saboya, Université Bordeaux 3, 2009.

  • GUILLON Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, tomes 1 à 4.

  • PERREZ Gilbert. À la découverte de Cenon : son histoire, son patrimoine ; [publié par l'Association des Amis de Saint Romain et du patrimoine Cenonnais]. - [Cenon] : [G. Perrez], [2010] (33-Artigues-près-Bordeaux : Impr. de la Roque). - 1 vol. (223 p.) : ill. en noir et en coul., fac-sim., couv. ill. en coul. ; 24 cm.En appendice, choix de poèmes. - Bibliogr. p. 208-209.

    p.181

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Charneau Bertrand