Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lycée Jean-d'Arcet

Dossier IA40002107 réalisé en 2019

Fiche

Précision dénominationLycée professionnel Jean d'Arcet
AppellationsEcole professionnelle Indsutrielle et Commerciale puis Lycée d'Enseignement Général et Technique de Garçons puis Lycée professionnel Jean d'Arcet
Dénominationslycée
Aire d'étude et cantonNouvelle-Aquitaine
AdresseCommune : Aire-sur-l'Adour
Adresse : 1 place
Sainte-Quitterie
Cadastre : 2019 CK 352 ; 1824 P 191

Le lycée Jean-d'Arcet occupe l'ancien couvent dépendant de l'église Sainte-Quitterie (chevet fin 11e ou début 12e siècle, église 13e et 14e siècles, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO). Le couvent devient un établissement à vocation scolaire au cours des 16e et 17e siècles : le Collège ecclésiastique d'Aire. Jean d'Arcet y a été élève vers 1734. Au début du 20e siècle, l'établissement scolaire a été une école Professionnelle Industrielle et Commerciale. Il est devenu Lycée d'Enseignement Général et Technique de Garçons vers 1930. Les locaux ont été ensuite affectés au Collège d'Enseignement Technique.

Aire possède au Mas un véritable "Quartier Latin" où se trouvent groupés le Lycée technique de garçons, le Lycée moderne et classique de jeunes filles, le Petit Séminaire. Les deux nouveaux Lycées en construction feront un ensemble qui vise 1585 garçons et 1200 filles. Il aura un caractère polyvalent à l'égard de l'orientation scolaire et a été dénommé par le Ministère de l’Éducation Nationale "Type Aire-sur-Adour". [D. Chabas, 1967]

Le cadastre établi en 1824 montre les parcelles (bleues) des bâtiments publics, religieux ici, notamment un long bâtiment partant de l'église Sainte-Quitterie et longeant la rue. L'examen des prises de vues aériennes depuis 1947 présente les modifications successives de l'actuel lycée. Le long bâtiment longeant la rue est partiellement démoli vers 1977. En 1979, le reste de cette aile est démoli, la cour d'honneur est ouverte vers la rue. Au tout début des années 1980, elle est fermée par le bâtiment formant l'entrée actuelle du lycée. Une photographie aérienne de l'année 1982 montre l'aile sud-est (abritant aujourd'hui les cuisines du réfectoire) avec un rez-de-chaussée en galerie (colonnes engagées visibles aujourd'hui).

Les anciens ateliers industriels sont démolis en 1985 et remplacés par un bâtiment devant abriter les locaux d'enseignement professionnels des sections cuisine. Des internats ont été construits, ainsi qu'une infirmerie, des bâtiments administratifs, un restaurant d'application. Le CDI a été réaménagé. Les anciens locaux ont été rénovés.

Ces nouveaux bâtiments du lycée ont été construits de 1995 à 1998 par l'agence AADI des architectes Philippe Valero et Joël Duggary associés à Michel Blanquet. Le chantier s'est inscrit dans le cadre du Programme Prévisionnel d’Investissement numéro 2 de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Le programme comportait le respect des proportions des anciens bâtiments, avec en particulier l'articulation des constructions autour de cours en U.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1998, daté par source
Auteur(s)Auteur : Dugarry Joël
Dugarry Joël

Joël Dugarry est associé à Philippe Valero dans l'agence AADI.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Valero Philippe
Valero Philippe

Agence AADI avec Joël Dugarry.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

Le lycée est situé au sud du bourg de la ville d'Aire-sur-l'Adour, rive gauche de l'Adour, dans le quartier du Mas, installé sur une colline dominant la ville. L'établissement est mitoyen de l'église Sainte-Quitterie. Il comprend différents bâtiments fermant une cour d'entrée ("cour d'honneur") et une autre vers le sud.

Les bâtiments anciens (salles de classes, réfectoire) sont en pierre de taille (R+2) percés de baies en arc segmentaire ou rectangulaire, élévation ordonnancée à travées. Les toits à longs pans et croupes sont couverts de tuiles creuses. Une génoise double court sous les toitures. Un escalier suspendu à retours (entrée, aile ancienne), présente un garde corps en bois (barreaux en bois tourné).

Les bâtiments modernes (internats, restaurant d'application) sont en béton enduit d'un crépis, partie supérieure en brique, génoise double, toitures à longs pans, tuiles creuses.

Murscalcaire pierre de taille crépi
béton crépi
Toittuile creuse
Étages2 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées, élévation ordonnancée
Couvertures
toit à longs pans croupe
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour

Décembre 2020.

Statut de la propriétépropriété de la région

Références documentaires

Bibliographie
  • CHAIGNE Yann. L'Architecture des lycées en Aquitaine de 1986 à 2006 : Les étapes d'une quête identitaire post-décentralisation. Thèse d'histoire de la l'art sous la direction de Marc Saboya, Université Bordeaux 3, 2009.

  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Charneau Bertrand