Logo ={0} - Retour à l'accueil

Logis du Vivier Jusseau

Dossier IA17006152 réalisé en 2001

Fiche

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéeslogement, dépendance, cour
Dénominationslogis
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Matha
AdresseCommune : Chives
Lieu-dit : le Vivier Jusseau
Cadastre : 2001 AD 192 196 197 200 à 202 206 208 ; 2016 AD 192 196 197 200 à 202 206 208 ; 1835 C3 1482 à 1485 1490 à 1501

Les terres du Vivier Jusseau, où Jussaud selon certains ouvrages, sont mentionnées dans les textes dès le 14e siècle, lorsqu'un certain Pierre de Coudron en est propriétaire. Au tout début du 15e siècle, elles échoient aux Ponthieu, qui cèdent la seigneurie, en 1432, à Guy de La Rochefoucauld. À la fin du 15e siècle, le domaine passe aux mains des Volvire, lorsque la petite fille de La Rochefoucauld épouse Charles de Volvire, seigneur de Ruffec. Cette famille reste maître des lieux jusqu'en 1687 (elle fait construire les bâtiments tels qu'ils se présentent aujourd'hui), lorsque le logis est acquis par Jean de Mânes, seigneur des Coûts. Le logis est acheté en 1741 par Clément de Galard de Béarn, lequel fait repercer les ouvertures du corps d'habitation et fait aménager la porte d'entrée.

Aujourd'hui réduit à l'état de simple maison, ce logis avait une toute autre allure avant 1982. Un gros pavillon couvert d'ardoises, avec une échauguette d'angle montée sur des mâchicoulis, se situait à l'angle droit. Il a été détruit en 1982, probablement en même temps que le portail d'entrée qui était composé d'une porte cochère et d'une porte piétonne à encadrement mouluré, le tout couronné de trois curieuses consoles.

Le pavillon et le portail ne sont pas les seuls éléments a avoir été détruits. Sur le plan napoléonien, on constate que le logis possédait, en plus du corps principal, de nombreuses dépendances. Aujourd'hui, il ne subsiste que deux corps établis à droite du logement. Sur le pignon de l'un d'eux se situe une petite baie à linteau à accolade, qui proviendrait peut-être d'un château primitif. Dans un ouvrage il est dit que le logis aurait été construit avec les pierres d'un ancien château, situé dans les marais au nord, mais aucun autre document ne vient confirmer cette théorie.

Période(s)Principale : 17e siècle, 18e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

Du logis du Vivier Jusseau, il ne reste aujourd'hui qu'un corps d'habitation et des dépendances, le tout établi dans une cour ouverte. Le corps d'habitation, orienté au sud-est, présente quatre travées, une corniche, des ouvertures en arc segmentaire (trois au rez-de-chaussée ont des linteau droits) et une porte à encadrement mouluré surmonté d'une corniche. Au-dessus se situe une sculpture présentant une sorte de niche murée encadrée d'enroulements. Dans la partie droite de ce corps on peut voir une porte et une fenêtre murée à linteau en arc segmentaire, ainsi que deux ouvertures chanfreinées. Un premier corps de dépendances, établi à droite, est percée d'ouvertures en arc segmentaire à agrafes saillantes. Un deuxième corps se situe en bordure de rue, mais sa façade n'est pas visible : seule une petite baie à linteau à accolade se distingue sur son pignon droit.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
État de conservationbon état
Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Ivars Martine - Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.