Logo ={0} - Retour à l'accueil

Logis du Tabarit

Dossier IA17002227 réalisé en 1998

Fiche

Appellationsle Tabarit
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesdépendance, cour, mur de clôture, portail
Dénominationslogis
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Matha
AdresseCommune : Coivert
Lieu-dit : le Tabarit
Adresse : 3, 5 allée du
Tabarit
Cadastre : 2016 B 1108, 1147 ; 1839 B1 3, 4

Cet ancien fief relevait autrefois de la terre de Ribemont-Mornay puis, à partir de 1769, du château de Dampierre-sur-Boutonne. En 1505, le Tabarit appartenait à Pierre Allard et en 1531 à Jeanne Allard, épouse de Jacques Duret. Sous Louis XIII (au début du 17e siècle), il est aux mains des Massougnes, qui le conservent jusqu’en 1723, lorsque Louise Massougnes cède le domaine à Gabriel de Fleury, seigneur de Villenouvelle. Acquis en 1740 par Pierre Fromy, notaire et procureur fiscal de Villeneuve-la-Comtesse, c’est probablement à lui que l’on doit la construction de l’ensemble actuel. En effet, au sommet du portail on peut lire la date 1753 ainsi que l’inscription : « Mes enfants vous aimeres Dieu de tout votre coeur, votre prochain comme vous-même ». Au 19e siècle le logis échoit à la famille Fradin de Bélabre, suite au mariage d’Amédée Fradin de Bélabre et de Louise Le Long de La Croizardière, fille d’Olivier et de Marguerite-Julie Fromy.

Décrit en 1723 comme une maison basse "réfugiée dans la vallée de la Boutonne" et possédant un droit de garenne et de fuie, le logis se présente encore comme une demeure de plain-pied réaménagée au 18e siècle et implantée sur le côté d’une cour où l’on pénètre par un portail couvert. À proximité se dressent les autres bâtiments de l’ancien logis, mais ces derniers n’ont pas été vus et il est impossible de dire s’ils ont été remaniés ou non.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle
Dates1753, porte la date

L’ancien logis du Tabarit, aujourd’hui divisé en deux propriétés, est situé à proximité de la rivière la Boutonne, non loin du château de la commune voisine de Dampierre-sur-Boutonne. Il se présente sous la forme de trois corps de bâtiment parallèles, dont seulement un a été vu. Établi en retrait de la rue, il est érigé sur deux niveaux et il est percé d’ouvertures en arc segmentaire délardé. Sa toiture à longs pans en tuiles creuses est dotée de quatre conduits de cheminées, dont au moins un doit être d’origine. Cette partie est fermée par un mur de clôture en moellon et par un portail couvert à portes charretière et piétonne en arc segmentaire.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, comble à surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
État de conservationbon état
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • Chasseboeuf, Frédéric. Châteaux, manoirs et logis : la Charente-Maritime. Prahecq : éditions Patrimoines et médias, 2008.

    p. 283
  • Le Patrimoine des communes de la Charente-Maritime, Poitou-Charentes. Tome 1. Paris : Flohic, 2002. p. 339.

  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l’arrondissement de Saint-Jean d’Angély. 6e fascicule, Canton de Loulay. Saint-Jean d'Angély, imprimerie Brisson, 1972. p 8.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Rahmoun Amar - Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.