Logo ={0} - Retour à l'accueil

Logis du Breuil

Dossier IA17006184 réalisé en 2001

Fiche

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéeslogement, dépendance, pigeonnier, cour, mur de clôture, portail
Dénominationslogis
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Matha
AdresseCommune : Chives
Lieu-dit : le Breuil
Cadastre : 2001 AH 23 25 ; 2016 AH 23 25 ; 1835 G1 313 314 317

Selon des ouvrages, le Breuil de Chives était détenue, au 13e siècle, en 1295, par Robert de Matha. Au début du 15e siècle, le domaine passe aux mains des Ponthieu. La dernière représentante de la famille meurt en 1747, laissant ainsi des héritiers collatéraux, dont Charles-Louis de Ponthieu, alors seigneur de Forgette, qui s'attache à reconstituer cette seigneurie en rachetant les parts de ses cohéritiers. Avec ce rachat, la seigneurie reste aux mains de cette famille jusqu'au début du 19e siècle, lorsque le domaine est racheté par un certain Antoine Sébilleau.

D'après une description de 1781, la demeure était dotée d'un pavillon et était pourvue d'une cour bordée de dépendances, à laquelle on accédait par une porte cochère. De l'ensemble primitif il ne subsiste plus qu'un pigeonnier carré dérasé, qui doit correspondre à celui signalé en 1781. À l'intérieur de l'habitation actuelle, construite vraisemblablement dans la 1ère moitié du 19e siècle, aurait été rapporté une cheminée à moulures qui daterait du 15e ou 16e siècle.

Sur le plan cadastral napoléonien de 1835, on distingue nettement l'organisation originelle du logis : le corps principal abritant le demeure, les dépendances établies autour de deux cours et l'entrée de la propriété, toujours située au même endroit aujourd'hui. Ce plan a été totalement modifié avec la destruction d'une partie de dépendances (au sud du corps principal) et l'ajout de bâtiments agricoles au centre de la cour, probablement dans la 2e moitié du 20e siècle.

Période(s)Principale : 17e siècle, 1ère moitié 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

De l'ancien logis du Breuil, il ne subsiste qu'un pigeonnier carré, situé à l'ouest de l'ensemble, qui a perdu sa toiture d'origine et qui est aujourd'hui couvert d'un toit à longs pans en tuiles creuses. Le corps principal, orienté au sud-ouest, abrite deux logements et des dépendances établies dans la partie gauche. Le premier logement dispose de trois travées, d'une corniche se prolongeant sur les faces latérales, de chaînages d'angles et d'encadrements d'ouvertures harpés. Son toit à longs pans à croupes en tuiles creuses est surmonté de deux épis de faîtage en zinc. Le deuxième logement, accolé au précédent, présente deux travées et une corniche moulurée. Les dépendances sur la gauche comprennent, entre autre, un grand hangar à trois murs porteurs et à piles maçonnées carrées en pierre de taille. Les autres dépendances n'ont pas été vues. La propriété est close par un mur en moellon et par un portail à piliers carrés.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
État de conservationbon état
Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Gaillard Maryvonne - Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.