Logo ={0} - Retour à l'accueil

Logis dit La Pommeraie

Dossier IA17012151 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

AppellationsLa Pommeraie
Parties constituantes non étudiéesdépendance, portail, mur de clôture, parc, allée
Dénominationslogis
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de La Rochelle
AdresseCommune : Périgny
Lieu-dit : Périgny
Adresse : rue du, Péré , rue du
Château
Cadastre : 2003 AL 2, 3, 4

"Ce lieu a été dénommé entre 1472, où il n´est pas mentionné sur les actes, et 1550, où l´on trouve mention d´un lieu dénommé « La Pommeraie » avec deux maisons et un verger appartenant à André Guillemeton, marchand. En 1585, la propriété était aux mains de Jacques Perlé, écuyer, maire de La Rochelle. Bientôt naît un village avec plusieurs maisons, en 1598, et « une grande maison appelée La Pommeraie », en 1627. En 1681, la grande maison, devenue « Hôtel de La Pommeraie » appartient à Anne Bernon. La propriété resta entre les mains de la famille Bernon jusqu en 1743. Le 24 Août de cette année, Jacques Bernon, maître en la monnaie royale de La Rochelle, négociant, demeurant à La Rochelle et à son épouse, Marie-Suzanne Bernon, le fief et seigneurie appelé « l´Hôtel de La Pommeraye, situé au bourg de Périgny », relevant à foi et hommage lige de la châtellenie de La Grémenaudière, au devoir d´une paire d´éperons dorés à muance de seigneur et de vassal, avec une maison à feu (c´est-à-dire ayant des cheminées) couverte de tuiles, composée de chambres basses et hautes, avec ses dépendances de treuil, cellier, écurie et autres bâtiments, cour, jardin, bois et autres dépendances, le tout renfermé de murailles, faisant face à l´occident au jardin, prés, bois et vignes du domaine de La Coudray, le chemin par lequel on va au château de Périgny entre les deux, et jouxtant, au nord le chemin qui va de La Rochelle à Saint-Rogatien et enfin, au sud, au jardin du château de Périgny. A leur décès, la propriété revint à leurs enfants, François, Marie-Suzanne et Sarra Liège, cette dernière morte en 1766. En 1789, le logis appartenait à Aimé-Benjamin Fleuriau, du chef de son épouse, Marie-Suzanne Liège."Extrait de : Association Promotion du Patrimoine ; Châteaux, manoirs et logis « La Charente-Maritime » ; APP. ; Niort ; 1993 ; p58.

Période(s)Principale : 18e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Cet ensemble d'édifices se compose d'un logis et d'un corps de bâti composé de deux constructions se faisant face et formant une cour commune. La propriété est entourée d'un mur de clôture en moellons. L'entrée principale se trouve rue du Péré. Elle est signalée par un grand portail et deux grilles latérales. Les piliers du portail en pierre de taille sont coiffés de vasques sculptées. Au bout de l'allée bordée de très beaux arbres, se trouve le logis. Un deuxième portail situé rue du Château marque l'entrée dans la cour. Dans le jardin boisé, se trouve un pavillon avec une toiture en ardoises. Extrait de : Association Promotion du Patrimoine ; Châteaux, manoirs et logis « La Charente-Maritime » ; APP ; Niort ; 1993 ; p. 58."Le logis de La Pommeraie est une longue construction du XVIIIe siècle, assez austère côté jardin. Sa façade d´arrivée a été habilement divisée en deux parties. L´une, qui a conservé ses caractères du XVIIIe siècle, donne sur une cour avec dépendances ; l´autre, remaniée avant 1812, sur une belle avenue à laquelle on accède par une élégante grille de fer forgé supportée par deux gros pilastres à refend portant deux vases de style néo-classique. Cette partie de la façade, régulièrement percée, possède une porte encadrée par deux colonnes doriques portant un élégant balcon à balustres de pierre. La toiture basse est dissimulée par des balustres régulièrement cantonnées par des vases formant amortissement. Tel qu´il se présente aujourd´hui, le logis de La Pommeraie est sans doute l´une des plus intéressantes maisons de campagne des environs de La Rochelle." ; enduit ; tuile creuse ; ensemble sur cour.

Mursenduit
Toittuile creuse
Typologiesensemble sur cour
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • DOMAINE DE LA POMMERAIE

    Rue du Péré

    Propriété nommée ainsi vraisemblablement en raison des vergers qui l´entouraient. Selon les cartes de 1472 et 1550, elle comptait des maisons d´habitations et une ferme.

    Voici quelques-uns de ses propriétaires successifs :

    1550 - André GUILLEMOTON, marchand à La Rochelle

    1558 - Jacques PERLE, écuyer du Roi et maire de La Rochelle

    1681 - Anne et André BERNON

    1743 - François de LIEGE et son épouse Marie Suzanne BERNON

    1789 - Aimé-Benjamin FLEURIAU, seigneur de TOUCHELONGUE

    Louis-Benjamin FLEURIAU DE BELLEVUE, fils d´Aimé-Benjamin, deviendra le naturaliste rochelais dont le buste orne le jardin public de La Rochelle. Il se retire dans sa propriété de Périgny pour y mourir en 1852.

    En 1940, la propriété est réquisitionnée par les autorités allemandes qui y construisent un blockhaus équipé d´un système autonome d´aération.

    Commune de PERIGNY - ROMPSAY, Commission historique de Périgny ; Classeur N°1 : Périgny ; Classeur N°2 : Rompsay .

    Source : Médiathèque de La Rochelle, Service Patrimoine.

Références documentaires

Bibliographie
  • Commune de PERIGNY - ROMPSAY, Commission historique de Périgny ; Classeur N°1 : Périgny ; Classeur N°2 : Rompsay. Source : Médiathèque de La Rochelle, Service Patrimoine.

  • Association Promotion du Patrimoine ; Châteaux, manoirs et logis « La Charente-Maritime » ; APP. ; Niort ; 1993 ; p58.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de La Rochelle (c) Communauté d'Agglomération de La Rochelle - Peyron Claire