• inventaire topographique, Vals de Saintonge Communauté
Logis de Poursay, puis ferme, exploitation agricole
Copyright

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vals de Saintonge Communauté - Saint-Jean-d'Angély
  • Commune Torxé
  • Lieu-dit Poursay
  • Adresse 7, 9 impasse du Chèvrefeuille
  • Cadastre 1830 A2 104  ; 2017 AC 7 160 161 165 189
  • Dénominations
    logis, ferme
  • Précision dénomination
    exploitation agricole
  • Destinations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    logement, four, puits, étable, écurie, chai, hangar agricole, cour, mur de clôture, portail

La seigneurie de Poursay est mentionnée à partir du 14e siècle. Vendue à de multiples reprises, elle échoue dans les mains de nombreuses familles entre le 16e et le 18e siècle, Maumont, Montlaur, Baudouin, La Roche, Abillon, Mallat, Horric, Gellé. La carte de Cassini du 18e siècle mentionne «Porcé». Au début du 19e siècle, le domaine appartient aux Lemercier de Jauvelle, qui vendent en 1842 à deux cultivateurs, Bévin et Durand, qui en font une exploitation agricole.

Sur le cadastre napoléonien de 1835, le logis de Poursay s’organise autour d’une cour carrée, entièrement close de bâtiments, excepté un passage ménagé du côté de la cour de la ferme. Celle-ci comprend un long corps de bâtiments à l’extrémité duquel est visible un bâtiment circulaire, tour ou pigeonnier. Aujourd’hui, cette tour et une partie des bâtis autour de la cour principale ont disparu.

La demeure conserve des ouvertures du 17e siècle, notamment la porte à pilastres et à fronton interrompu côté cour et les fenêtres à encadrement décoré. Les multiples ouvertures en anse de panier pourraient dater du 17e ou du 18e siècle. Toutefois, les bâtiments ont été très remaniés dans la 2e moitié du 19e siècle, suite à la transformation du logis en ferme. La façade côté jardin, notamment, a été entièrement refaite, tandis qu’une tour carrée a été construite contre la façade côté cour, et les communs ont été également remaniés. D’autres transformations ont été réalisées, principalement sur les dépendances, au cours de la 2e moitié du 20e siècle.

  • Période(s)
    • Principale : 17e siècle, 18e siècle, 2e moitié 19e siècle
    • Secondaire : 2e moitié 20e siècle

La cour principale, autrefois close de bâtiments, est aujourd’hui ouverte côté nord. Elle est bordée par deux ailes de dépendances, tandis qu’au fond se déploie une vaste habitation, scindée au 19e siècle en plusieurs maisons. La façade sur cour, orientée au nord-est, est perturbée par l’ajout tardif d’une tour carrée à fronton et fenêtre en anse de panier. A gauche est visible une porte à pilastres et fronton interrompu. Deux fenêtres possèdent des appuis moulurés à denticules, des pilastres et des corniches. On note également la présence d’un oculus et de plusieurs portes en anse de panier, certaines avec des agrafes en pointe de diamant. La large façade sur le jardin en terrasses, au sud-ouest, se déploie sur dix travées et est partiellement ornée d’un bandeau. Les ailes de dépendances, bien que remaniées, possèdent encore des ouvertures en anse de panier.

La demeure compte plusieurs cheminées dont deux sont de plâtre et décorées de moulures, une autre possède un manteau de marbre ainsi que des piédroits en plâtre peints aspect marbre. On note également la présence d'un potager d'angle recouvert dont les carreaux proviendraient de Beauvais-sur-Matha et sont datés de 1820. Un escalier en pierre et un autre en bois desservent l'étage.

Les bâtiments au nord, correspondant à l’ancienne ferme du logis, sont orientés au sud. Ils comprennent un logement à toit à longs pans et à une croupe et des dépendances remaniées. La maison compte trois travées, un bandeau et une corniche à modillons se prolongeant sur les autres faces. Une pierre d’évier est visible à gauche de la porte.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    sous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à plusieurs pans croupe
  • État de conservation
    bon état, remanié
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • ornement géométrique, pointe de diamant
  • Précision représentations

    Portes ornées d'agrafes en pointe de diamant.

  • Statut de la propriété
    propriété privée

Bibliographie

  • Association Promotion Patrimoine. Châteaux manoirs et logis. La Charente-Maritime. Patrimoine et Médias, 1993.

    p. 126
  • Braud, Michel. Torxé, une petite commune ordinaire de Saintonge. Saint-Jean-d’Angély : Bordessoules, 2005.

    p. 31-32
  • Chasseboeuf, Frédéric. Châteaux, manoirs et logis : la Charente-Maritime. Prahecq : éditions Patrimoines et médias, 2008.

    p. 717
  • Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime. Paris : Flohic, 2002.

    p. 1115
  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély. "Canton de Tonnay Boutonne", t.11. Saint-Jean d'Angély, 1982.

    P; 34-35

Documents figurés

  • 1830 : plan cadastral napoléonien de la commune de Torxé.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5199
Date d'enquête 1999 ; Date(s) de rédaction 1999, 2017
Articulation des dossiers