Copyright

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vals de Saintonge Communauté - Saint-Jean-d'Angély
  • Commune Torxé
  • Lieu-dit le Péré
  • Adresse 34 chemin du Péré
  • Cadastre 1830 B5 1517 1520  ; 2017 B 206 305 à 311
  • Dénominations
    logis, ferme
  • Précision dénomination
    exploitation agricole
  • Destinations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    logement, chai, hangar agricole, four, puits, cour, portail, mur de clôture

La seigneurie de Péré est mentionnée à partir du 17e siècle. En 1839, avant sa destruction, Gautier cite le « château » dans sa Statistique de Charente-Inférieure et avance la date 1553 pour sa construction, sans indiquer la source de cette information. Pourrait-il s’agir d’une date vue sur le bâtiment ? Il subsiste dans une grange une porte en arc brisé peut-être du 16e siècle, seul vestige de la première demeure. Charles de Barbezières, seigneur du Péré, aurait pu être le commanditaire de la construction.

La seigneurie passe, aux 17e et 18e siècles, dans les mains de diverses familles, des d’Authon aux Guillouet d’Orvilliers. A la Révolution, François Marie Guillouet d’Orvilliers émigre et le domaine, s’étendant sur Torxé et Chantemerle sur la Soie, est saisi comme bien national. Divisé en quinze lots, il est revendu en 1793. L’acte de vente décrit le logis comme tel : «la maison de Péré, telle quelle est composée et se comporte ensemble une cour renfermée par toutes les servitudes et les commodités propres à une grande exploitation ; des chais dans lesquels sont des pressoirs, des tonneaux et des chaudières qui sont exceptés de la vente ; à droite, des bâtiments et une petite cour avec plusieurs servitudes ; à côté un jardin renfermé de murs d’un côté et de fossés de l’autre, dans lequel se trouve plantée une allée de charmilles, un bosquet d’arbres de haute futaie ; hors la cour une superbe fuie, une maison de métayer et toutes ses servitudes ; une allée double plantée de gros ormes ; le tout situé près la Boutonne, à laquelle communique un canal propre à favoriser toute espèce de commerce».

Le cadastre napoléonien de 1830 montre que le logis était déjà divisé en deux parties. La plupart des bâtiments actuels y figurent déjà, seules quelques dépendances ont été ajoutées dans la 2e moitié du 19e siècle. En revanche, le «superbe» pigeonnier circulaire posté à l’entrée de la propriété a malheureusement disparu. On peut se demander pourquoi le Péré est cité par Gautier en 1839 et non les logis de Poursay ou du Petit Champagné, pourtant plus imposants. La propriété, assez modeste, a été en grande partie remaniée au cours du 19e siècle, mais il pourrait subsister quelques fenêtres à appuis et les portails à piliers (?) du 18e siècle. Quelques ouvertures et dépendances ont été remaniées ou percées dans la 2e moitié du 20e siècle.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 16e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 2e moitié 19e siècle , (incertitude)
    • Secondaire : 2e moitié 20e siècle
  • Dates
    • 1553, daté par source

Les bâtiments sont dispersés autour d’une allée privée, accessible au nord et au sud par deux portails à piliers surmontés de sphères. Celui au nord marque l’entrée du logis par la route et celui au sud l’arrivée par le canal, depuis la Boutonne. Un premier logement est orienté à l’est vers la cour et compte trois travées, deux portes murées et des appuis de fenêtres moulurés. Une grange et une ancienne étable sont réparties de part et d’autre : la grange abrite une porte en arc brisé chanfreinée. En retour sont disposés des hangars. La seconde demeure, orientée au sud vers un jardin et la Boutonne, compte quatre travées et est couverte d’une croupe. Des dépendances y sont adossées et placées au centre de la cour, parmi lesquelles un four.

  • Murs
    • calcaire moellon crépi
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    rez-de-chaussée, 1 étage carré
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • État de conservation
    bon état, remanié
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • ornement géométrique, sphère
  • Précision représentations

    Piliers des portails surmontés de sphères.

  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • 1793, 13 octobre : adjudication des lots du domaine de Péré, communes de Torxé et de Chantemerle sur la Soie.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : Q 156

Bibliographie

  • Association Promotion Patrimoine. Châteaux manoirs et logis. La Charente-Maritime. Patrimoine et Médias, 1993.

    p. 384
  • Braud, Michel. Torxé, une petite commune ordinaire de Saintonge. Saint-Jean-d’Angély : Bordessoules, 2005.

    p. 33
  • Chasseboeuf, Frédéric. Châteaux, manoirs et logis : la Charente-Maritime. Prahecq : éditions Patrimoines et médias, 2008.

    p. 717
  • GAUTIER, M.-A., Statistique du département de la Charente-Inférieure. La Rochelle, 1839.

    p. 165
  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély. "Canton de Tonnay Boutonne", t.11. Saint-Jean d'Angély, 1982.

    p. 35

Documents figurés

  • 1830 : plan cadastral napoléonien de la commune de Torxé.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5199
Date d'enquête 1999 ; Dernière mise à jour en 2017
Articulation des dossiers