Logo ={0} - Retour à l'accueil

Logis de la Matassière

Dossier IA17006394 réalisé en 2001

Fiche

Appellationslogis de la Matassière
Parties constituantes non étudiéeslogement, dépendance, cour, mur de clôture, portail
Dénominationslogis
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Saint-Savinien
AdresseCommune : Les Nouillers
Lieu-dit : la Matassière
Adresse : 5, 7 rue
de la Matassière
Cadastre : 1995 C 175 407 ; 2016 C 175 407 ; 1828 D1 5105

La terre de la Matassière est mentionnée dès le 15e siècle, lorsque la famille Isle en est propriétaire, et ce jusqu’à la révocation de l’Édit de Nantes, en 1685, qui met fin à l’existence légale du protestantisme en France. Attribuée à la fin du 17e siècle à la famille Laval, elle passe au 18e siècle aux mains des Siorac, à la suite du mariage, en 1715, de Béatrix de Laval avec François de Siorac. À la fin du 18e siècle, le domaine est acquis par Pierre Audouy de Laprade, avant d’échoir à sa fille, Jeanne. Celle-ci épouse, en 1791, Matthieu Fonteneau qui, par la suite, cède la Matassière à Jeanne-Élise Fonteneau, qui se marie en 1820 avec Ferdinand-Pierre Perraudeau de Beaufief (Mazeray). À la fin du 19e siècle, c’est la famille Rochignevoisin de Guron qui aurait été propriétaire du logis.

Le seul vestige du logis de la Matassière serait le portail d’entrée, probablement du 18e siècle, constitué de deux gros piliers qu’encadrent une grille en fer forgé surmonté d’un fronton en ferronnerie décoré de volutes et d’initiales (peut-être P.L entrelacées), le tout surmonté d’une couronne. Les deux ailes établies de part et d’autre, bien que mentionnées comme vestiges du logis primitif, sont plutôt datables du début du 19e siècle, avec l’aménagement d’une maison de simple facture dans celle de droite.

D’après un écrit de Claude Masse, le logis était constitué, en 1719, d’un édifice flanqué de quatre tours rondes couvertes d’ardoises, mais un procès-verbal de 1708 indique que l’ensemble comprenait un corps de logis à étage, implanté entre cour et jardin, flanqué d’une tour plus élevée et peut-être d’une seconde. Cet état des lieux mentionne aussi la présence de deux autres tours parmi les dépendances ainsi qu’un pigeonnier. Les ruines de ce dernier ont servies, dans les années 1968, à reconstruire le pigeonnier du château de Bois Charmant.

Période(s)Principale : 18e siècle, 19e siècle , (?)

L’ensemble se compose aujourd’hui de deux grandes ailes de bâtiments parallèles et placées dans un parc. Celle de droite accueille une maison simple et celle de gauche des dépendances ; cette dernière présente une très grande ouverture en arc segmentaire côté rue. Le portail se compose de piliers carrés en pierre de taille qui encadrent une gille surmontée d’un fronton ouvragé.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans croupe
État de conservationbon état, remanié
Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Ménard Sandrine - Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.