Logo ={0} - Retour à l'accueil

Logements d'ouvriers de Loudenne

Dossier IA33006630 réalisé en 2013

Fiche

Dénominationslogement d'ouvriers
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde (rive gauche) - Lesparre
AdresseCommune : Saint-Yzans-de-Médoc
Lieu-dit : Loudenne
Cadastre : 1831 B1 118, 130-134, 145 ; 2014 B 118, 145, 152

Des logements d'ouvriers sont visibles sur le plan cadastral de 1831 (parcelles 130 à 134), à l’écart et à l'est du logis, le long de la passe du Taillanet. Ils sont organisés en un alignement de 5 unités d'habitation. Selon les augmentations et diminutions des matrices cadastrales, cet ensemble est détruit en 1878 et d'autres logements sont édifiés sur les parcelles 100 (au niveau de la ferme) et 145. Ils sont sans doute conçus par l'architecte Ernest Minvielle, qui répond à la commande des frères Gilbey à partir de 1876. Ils sont quasi identiques aux logements construits par l'architecte pour d'autres domaines viticoles, notamment à Saint-Julien-Beychevelle (voir IA33004923 et IA33004974).

Entre 1966 et 1973 (selon les vues aériennes de l'IGN), des maisons sont construites pour le personnel du domaine, au sud des dépendances viticoles, à l'emplacement d'un bois.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Minvielle Ernest architecte attribution par analyse stylistique

Les logements du personnel sont organisés en deux ensembles.

-Deux ailes regroupant plusieurs unités d'habitation ont été construites au 19e siècle, prolongeant, avec un léger décalage, les ailes de la maison de maître. L'aile nord, en ruine, est construite sur un soubassement maçonné permettant de rattraper la dénivellation naturelle du terrain. La bâtiment est en pierre de taille et en moellon enduit. La toiture débordante forme un auvent soutenu par des poteaux en bois reposant sur des dés de pierre. L'aile sud est organisée sur le même modèle. La dénivellation plus marquée du terrain est visible dans le décrochement des toitures des différentes unités d'habitation.

-14 maisons individuelles sont construites dans la 2e moitié du 20e siècle, au sud des chais du domaine, dans l'ancien bois. Elles sont organisées selon un plan concerté de part et d'autre d'une allée et autour d'une place. Chacune disposait de son jardin potager à l'ouest de l'allée. En rez-de-chaussée, elles sont couvertes d’un toit à deux pans et percées en façade d'une porte et d'une fenêtre.

Murscalcaire pierre de taille
moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans
État de conservationmauvais état
Statut de la propriétépropriété privée
(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer