Les maisons et les fermes du Verdon-sur-Mer
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Conseil départemental de la Gironde

Dossier non géolocalisé

  • Dénominations
    maison, ferme
  • Aires d'études
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Adresse
    • Commune : Le Verdon-sur-Mer

L'étude menée par Pierre Caillosse sur l'ancienne paroisse de Soulac recense les mentions de maisons dans les archives : elles sont regroupées aux 17e et 18e siècles dans les hameaux du Verdon, du Logit, des Grandes Maisons et du Royannais. Des maisons de sauniers se trouvent également isolées dans les zones de marais salants.

Les constructions se multiplient au 19e siècle avec la prise d'autonomie de la commune et le développement du port ostréicole. En 1882, les registres du cadastre dénombrent 187 maisons, un moulin à vent et une tuilerie dans la commune du Verdon. Il s'agit probablement de la tuilerie démolie en 1885 (parcelle A 487, appartenant à Rigolier dans les marais du Logit). Par ailleurs, une briquèterie était installée à la frontière avec la commune de Soulac au lieu-dit Beauchamp.

De nombreuses constructions nouvelles sont indiquées entre 1920 et 1940, correspondant au développement de la station climatique et à l'afflux de population lié au chantier du môle d'escale.

Les reconstructions d'après-guerre sont également nombreuses.

Sur les 115 maisons repérées, seules deux ensembles datent peut-être du 18e siècle (maisons de sauniers au hameau du Logit) ; 35 sont datables du 19e siècle ; 83 sont des constructions du 20e siècle ou présentent des ajouts ou modifications de cette époque.

Une seule ferme a été repérée ; toutefois, plusieurs maisons sont accompagnées de bâtiments de dépendance.

  • Période(s)
    • Principale : 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle

110 maisons ont été repérées. 5 ont été sélectionnées pour leur ancienneté, pour leur architecture de villégiature ou pour leur volume à étage et leur construction en pierre de taille. Une seule ferme a été étudiée.

On recense une majorité de maisons en rez-de-chaussée (79) ; seules 19 présentent un étage carré. 56 maisons ont été classées selon une typologie spécifique : il s'agit de maisons de villégiature, s'inspirant de la station balnéaire voisine de Soulac, pour lesquelles certaines formes et certains plans sont réutilisés :

-travée centrale formant pignon : 33

-plan en L : 14 maisons

-toiture débordante formant galerie : 4

-travée centrale formant avant-corps : 2

Les maisons présentent un gros-oeuvre majoritairement en brique (54 maisons) ; 24 maisons sont construites en calcaire, principalement en pierre de taille utilisée pour la façade. Dans de nombreux cas, les enduits ne permettent pas de repérer la nature des matériaux.

Les toitures sont en tuile mécanique (74), tuile creuse (29) et seulement 2 maisons présentent des toitures en ardoise.

50 maisons portent un nom inscrit sur la façade, souvent traité dans une table décorative et individualisant chacune de ces maisons.

  • Toits
    ardoise, tuile mécanique, tuile creuse
  • Murs
    • calcaire
    • brique
  • Décompte des œuvres
    • repérées 110
    • étudiées 6

Bibliographie

  • CAILLOSSE Pierre. La paroisse de Soulac de la fin du XVIe au milieu du XIXe siècle : les transformations d'un territoire littoral entre la Gironde et l'Atlantique. Thèse d'histoire, Université de La Rochelle, 2015.

  • DELORME Franck. Soulac-sur-Mer, 5 itinéraires de découvertes, Guides de l'Aquitaine. Bordeaux : Le Festin, 2014.

Annexes

  • Noms des maisons relevés
Date d'enquête 2013 ; Dernière mise à jour en 2013
(c) Conseil départemental de la Gironde
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel