Dossier collectif IA33006659 | Réalisé par
  • inventaire topographique
Les maisons de Saint-Seurin-de-Cadourne
Copyright
  • (c) Conseil départemental de la Gironde
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

  • Dénominations
    maison
  • Aires d'études
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
  • Adresse
    • Commune : Saint-Seurin-de-Cadourne

Sur les 83 maisons repérées, 7 conservent des maçonneries pouvant dater du 18e siècle. Quatre maisons portent une date du 1er quart du 19e siècle : 1815 (porte), 1816 (rampe d'escalier à l'intérieur du logis), 1817 (porte), 1821 (porte)

Le plan cadastral de 1831 montre un habitat regroupé dans le bourg et plusieurs hameaux, disposé le long des voies de communication ou perpendiculaire à celles-ci.

La majorité de maisons ont été construites, transformées ou démolies dans la seconde moitié du 19e siècle, période de prospérité économique. Les registres des augmentations/diminutions des matrices cadastrales indiquent : 255 constructions nouvelles entre 1850 et 1884, 106 augmentations de constructions entre 1860 et 1887 et 79 démolitions entre 1849 et 1883. Le nombre de constructions nouvelles augmente à partir de 1855 et atteint un pic entre 1876 et 1880.

Parmi ces maisons, plusieurs constituent le siège d'un domaine viticole et sont alors appelées "château". Elles bénéficient parfois d'un décor de façade plus soigné.

Des maisons sont également bâties ou remaniées dans la première moitié du 20e siècle (date portée 1910 au-dessus de la porte).

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 18e siècle
    • Principale : 19e siècle
    • Principale : 20e siècle

83 maisons ont été repérées ; 7 étudiées.

Les maisons sont regroupées dans le bourg de Saint-Seurin et dans les nombreux hameaux de la commune.

Elles sont en majorité à étage (51) ; 38 maisons sont en rez-de-chaussée ; 18 présentent un comble à surcroît. Elles sont pour la plupart construites en moellon ; 28 sont en pierre de taille, tout au moins la façade principale, les élévations latérales et postérieures étant souvent en moellon.

Les toitures sont généralement en tuile creuse ; seules 2 maisons présentent une toiture en ardoise. On note souvent une asymétrie des pans de toiture ménageant à l'arrière de l'habitation un espace utilisé comme chai. Ces habitations sont effectivement souvent accompagnées de bâtiments de dépendance à vocation viticole ou agricole.

  • Toits
  • Décompte des œuvres
    • repéré 83
    • étudié 7
Date d'enquête 2014 ; Date(s) de rédaction 2015
(c) Conseil départemental de la Gironde
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel