Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les Eduts : présentation de la commune

Dossier IA17035033 réalisé en 2000

Fiche

Œuvres contenues

Voir

Aires d'étudesVals de Saintonge Communauté
AdresseCommune : Les Éduts

Une histoire à retrouver

On ignore hélas tout de l'histoire ancienne de cette petite paroisse des confins de la Saintonge et du Poitou (elle appartenait autrefois à cette dernière province et à la châtellenie de Néré). Le nom Les Eduts dériverait peut-être du terme "esduit", c'est-à-dire refuge en ancien français.

L'église Saint-Révérend, pour partie du 12e siècle, atteste de la présence d'une communauté villageoise au moins depuis cette période, mais aucun élément ne permet d'en dire plus. Les Eduts fut probablement de tout temps une modeste paroisse. Elle s'étendait toutefois jusqu'à la Révolution aux villages du Paradis et Chez Naudin, depuis rattachés à Néré. Aucune demeure d'importance n'est signalée, excepté peut-être quelques gentilhommières, à Bois Rond et au Plan, hameau aujourd'hui disparu qui se trouvait près de la limite communale avec Romazières.

L'histoire ne relate aucun événement marquant aux Eduts. En 1745, on signale la mort, à l'issue d'un duel, du sieur Gaudin du Plan. Sa demeure aurait ensuite été vendue et démolie. Autre famille de notables, les Pineau des Eduts étaient de père en fils, au 18e siècle, fermiers généraux de l'abbaye de Saint-Jean d'Angély. On ignore toutefois où ils résidaient. On compte à la veille de la Révolution un peu plus de 200 habitants (en comptant ceux de Chez Naudin et du Paradis).

Au 18e siècle, l'activité économique est entièrement tournée vers l'agriculture. Un état de l'élection de Niort de 1715 indique que les terres y sont ingrates et produisent très peu de blé, un peu de vin, mais sont surtout dévolues à l'élevage des moutons. La carte de Cassini mentionne un moulin à vent au nord-est, près du bourg de Saleignes. Le nom du lieu-dit "sur le Moulin" en est l'unique vestige.

Avec le détachement des villages de Chez Naudin et du Paradis à la Révolution, il apparait que la petite commune des Eduts, pourtant proche du gros bourg de Néré, s'en trouve isolée du fait du mauvais état des chemins ("tant est difficile l'abord dudit Néré"). Ainsi, les habitants des deux villages se seraient opposés à ce détachement, en vain. La paroisse est alors également supprimée et le culte transféré à Néré, laissant la petite église à l'abandon.

Les Eduts aux 19e et 20e siècles

Les premières années du 19e siècle auraient été marquées par une apparition miraculeuse en 1806 : selon plusieurs auteurs, un ange serait apparu dans l'église et se serait adressé au sacristain venu sonner la cloche. Les habitants de la commune venus à la rescousse n'auraient trouvé que le flambeau surnaturel de l'ange déposé sur l'autel... Sans doute jugée douteuse, cette apparition semble n'avoir jamais été reconnue officiellement.

Pas de rupture semble-t-il au cours du 19e siècle pour la commune des Eduts. D'après Gautier, on y cultive le froment, l'avoine, la baillarge, la pomme de terre et le maïs ; de plus, le sol y est assez propice à la vigne. Il semble toutefois que la commune reste en marge de l'essor économique lié à la production des eaux-de-vie, si l'on en juge par la modestie des maisons et des dépendances. Aucune ancienne grande propriété viticole n'est à signaler.

L'évolution démographique se caractérise par un déclin continu tout au long du 19e siècle, passant de 150 habitants environ vers 1800, à une centaine vers 1900. L'impact de la crise du phylloxéra, si il a existé aux Eduts, ce qui resterait à démontrer, n'est pas visible.

La commune ne disposant que de peu de moyens, elle se consacre presque entièrement à l'entretien des routes et chemins. Il faut attendre 1883 pour voir la construction d'une école communale (aujourd'hui fermée) et d'une mairie, 1906 pour la translation du cimetière hors du bourg. Dans les années 1920, l'ancien cimetière est réaménagé en place publique. Le château d'eau est construit dans les années 1950.

Entre 1896 et 1950, le chemin de fer promet un second souffle à la région, et Les Eduts a la chance de se trouver sur le tracé de la ligne de Saint-Jean d'Angély à Civray. Une gare est construite à Néré puis un arrêt est aménagé au Paradis, à peu de distance du bourg des Eduts. Ceci pourrait expliquer un léger regain de population pour la commune au début du 20e siècle, mais qui ne dure pas. L'exode rural se poursuit jusqu'à nos jours. La commune des Eduts offre aujourd'hui ses vastes panoramas à une soixantaine d'habitants, appelés les Edutois, et figure parmi les communes les moins peuplées de Charente-Maritime. Le bourg et l'église ont récemment fait l'objet d'importants travaux d'embellissement.

Située à l´extrémité nord-est du département de la Charente-Maritime, près de la limite avec les Deux-Sèvres, la commune des Eduts appartient à l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély. Elle se situe à environ 15 km d´Aulnay de Saintonge et 30 km de Saint-Jean d'Angély. Les communes limitrophes sont Néré à l'ouest et au sud, Romazières et Saleignes à l'est, Vinax au nord.

Les Eduts possède une superficie de 805 hectares sur lesquels se répartissent le bourg et un unique hameau, Bois Rond. Le territoire communal possède un relief assez vallonné, dont la partie centrale, la vallée du Pouzat, est enserrée entre deux hauteurs boisées. L'altitude varie de 115m d'altitude en fond de vallée à la limite de Romazières à l'est, jusqu'à plus de 150m entre le bourg et Bois Rond au sud, et dans le bois du Chêne Rond au nord.

Si la commune ne possède pas le point le plus élevé du département (qui se situe sur le territoire de Contré), son bourg est bien le plus haut de Charente-Maritime. Il offre de vastes panoramas tant du côté de Néré qu'en direction de la vallée du Pouzat. De plus, Les Eduts est en moyenne la deuxième commune la plus haute du département, juste après Vinax.

La frange nord du territoire des Eduts borde la forêt d'Aulnay. Cette forêt, inscrite au pré-inventaire des richesses naturelles de la Charente-Maritime, ainsi que l´ensemble du massif forestier Aulnay-Chizé sont des reliques de l'ancienne "sylve d'Argenson", une immense forêt séparant le Poitou et la Saintonge progressivement défrichée au cours des siècles. En grande partie dévastée par la tempête de 1999, la forêt d'Aulnay panse toujours aujourd'hui ses plaies. Les deux principales essences représentées sont le chêne et le hêtre.

La commune n'est traversée par aucun axe de communication important, mais elle se trouve sur les routes reliant Matha et Néré d'un côté à Chef Boutonne et Couture d'Argenson de l'autre. Le gros bourg le plus proche est celui de Néré, mais la commune reste éloignée des petites et des grandes villes.

Références documentaires

Documents figurés
  • 1835 : plan cadastral napoléonien de la commune des Eduts.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5135
Bibliographie
  • Cassagne, Jean-Marie. Seguin, Stéphane. Origine des noms de villes et villages de Charente-Maritime. Saint-Jean d'Angély : Ed. Bordessoules, 2002.

    p. 79
  • Chapacou, Denis. Aulnay, un voyage dans l'histoire du canton, 1995.

    p. 27-28
  • Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime. Paris : Flohic, 2002.

    p. 122-123
  • GAUTIER, M.-A., Statistique du département de la Charente-Inférieure. La Rochelle, 1839.

    p. 135
  • Mouclier, Joseph. La Font-Brisson, Romazières et leurs environs, souvenirs d'un médecin de campagne. Ruffec, 1911.

    p. 102-108
  • Mouclier, Joseph. Notice historique sur les communes de Villiers Couture, Romazières, Les Eduts, Seigné, Chives, Vinax et Fontaine Chalendray. Ruffec, 1899.

    p. 9-18
Multimedia
  • Site internet : http : //cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/ [Des villages de Cassini aux communes d'autrefois].

  • Site internet : http : //www.insee.fr.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Deschamps Barbara - Barreau Pierrick