Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
  • (c) Archives privées

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Charente-Maritime - Loulay
  • Commune Migré
  • Adresse 15 route de la Laiterie
  • Cadastre 2017 OB 106
  • Dénominations
    laiterie industrielle
  • Précision dénomination
    caséinerie
  • Appellations
    laiterie coopérative de Migré
  • Destinations
    logement
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de fabrication, bureau, logement

La coopérative laitière de Migré, créée en 1892, fait construire cette usine en 1908. Une trentaine d’employés travaillent dans la laiterie à cette époque, puis ils ne sont plus que 8 dans les années 1960 : deux à la caséinerie, trois à la laiterie, un beurrier, un contrôleur et un directeur.

 

L’électricité remplace l’énergie thermique dans les années 1930. En 1954, 7 000 litres de lait sont transformés en beurre et en caséine par jour.

 

La laiterie industrielle et caséinerie cesse son activité en 1966 et les bâtiments, laissés à l’abandon, sont rachetés par un particulier. Les bâtiments, qui accueillent depuis ce jour une maison, ont subi quelques transformations, notamment une construction sur l’emplacement de l’ancien quai de réception du lait.

 

Les propriétaires actuels refusent toute visite.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 20e siècle
  • Dates
    • 1908, daté par source, daté par travaux historiques

L’ancienne laiterie de Migré se situe au nord du bourg dans une cour fermée. Elle se compose de plusieurs bâtiments dédiés auparavant aux logements, à la beurrerie, au bureau, au garage-atelier, à la caséinerie et au quai de réception.

 

Le corps principal au sud de la cour comprenait, d’ouest en est, le logement du directeur, le quai de réception du lait et le bureau. Le logement et le bureau, à un étage carré et couverts de toits en pavillon en ardoise, sont disposés de part et d’autre du quai de déchargement couvert d’un toit en appentis. Les façades, orientées au sud, du logement et du bureau sont similaires et comprennent trois ouvertures chacune. Des pilastres flanquent les façades et un bandeau d’appuis mouluré est disposé sous la fenêtre de l’étage, surmontée d’un tympan. Adossée au nord de cet ensemble se trouvait la beurrerie couverte d’un toit à croupes en tuile mécanique surmontée de deux épis de faîtage en terre cuite. Sa façade orientée au nord a été largement remaniée depuis le début du 20e siècle. La tour, accolée à cette façade, renfermant le transformateur est toujours visible.

 

Le bâtiment situé à l’ouest de la cour, perpendiculaire aux autres et couvert d’un toit à longs pans en tuile mécanique, renfermait un autre logement et la caséinerie.

 

Enfin le garage-atelier d’entretien, situé au nord-est de la cour, est couvert d’un toit à longs pans en tuile mécanique et sa façade orientée au sud comprend une porte en bois à double ventaux et deux porte en bois coulissantes.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
  • Toits
    tuile creuse mécanique, ardoise
  • Étages
    1 étage carré
  • Couvertures
    • toit en pavillon pignon couvert
    • toit à longs pans pignon couvert
  • Énergies
    • énergie thermique produite sur place
    • énergie électrique achetée
  • État de conservation
    établissement industriel désaffecté
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • 1887-1935 : sociétés coopératives.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 13 M 3/4

Bibliographie

  • Encyclopédie laitière française. Angoulême : Ed. R. Cheminade, 1954.

    p. 128
  • Julien-Labruyere, François. Paysans charentais : histoire des campagnes d'Aunis, Saintonge et Bas-Angoumois. La Rochelle : Rupella, 1982.

    p. 427

Documents figurés

  • " Vues prises au début du siècle ", cartes postales. Archives privées.

    Archives privées
  • " Vue générale ", in : Encyclopédie laitière française. Angoulême : Ed. R. Cheminade, 1954.

    p. 128
Date d'enquête 1997 ; Dernière mise à jour en 2021
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel