Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Deux-Sèvres - Saint-Loup-Lamairé
  • Commune Saint-Loup-Lamairé
  • Lieu-dit la Maison-Neuve
  • Adresse R.D. 29
  • Cadastre 2000 A3 2584, 2585
  • Dénominations
    laiterie industrielle, fromagerie industrielle
  • Appellations
    laiterie industrielle du Gâteau
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de fabrication, bureau, logement d'ouvriers, cheminée d'usine, porcherie

De la fondation de cette laiterie coopérative en 1894, il ne reste aucun bâtiment. Les plus anciens actuellement visibles sur le site datent des années 1910 ; il s'agit d'une caséinerie, appelée la Mutuelle caséine du Gâteau, d'un logement et d'une porcherie (sur les trois construites). En 1924 débute la fabrication de fromage dans un atelier construit à cet effet. De nouveaux bâtiments sont édifiés en 1931, sur lesquels une plaque rappelle le souvenir d'Eugène Pérault, fondateur-directeur de la laiterie, à qui a succédé son fils, Stéphane. La caséinerie est agrandie vers 1935 par un bâtiment exactement semblable qui lui est accolé. Un corps de bâtiment comprenant un nouveau quai de réception du lait, des bureaux et un grand laboratoire est édifié dans les années 1950. Un atelier destiné à la fabrication de poudre de lait selon le procédé Spray est construit en 1962 ; il est remplacé plus tard par un atelier plus grand. La production de poudre de lait cesse vers 1972, lorsque toute la production de l'Union laitière des Deux-Sèvres est regroupée à Champdeniers. La société Capribeur, qui regroupe les laiteries de Saint-Loup et de Lezay, se forme en 1977. Peu à peu, l'usine se spécialise dans la fabrication de fromages au lait de chèvre. La production de beurre cesse en 1992, alors qu'est édifiée une immense fromagerie sur l'emplacement de l'ancienne et de l'atelier de poudre de lait. En 1932, 47 personnes y travaillent. En 2002, 140 personnes sont rattachées à ce site, dont environ 115 pour la production même.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 20e siècle
    • Principale : 2e quart 20e siècle
    • Principale : 3e quart 20e siècle
    • Principale : 4e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1931, porte la date
    • 1962, daté par source
    • 1992, daté par tradition orale

La caséinerie et son agrandissement, ainsi que le logement des années 1910 sont en moellon enduit avec alternance de pierres et de briques pour les chaînages d'angle et les encadrements des baies. Des aisseliers en bois supportent le débord de leurs toits d'ardoise dotés de demi-croupes. Un cordon de briques court à la hauteur des impostes des fenêtres du premier étage et du rez-de-chaussée. Des motifs de briques formant losanges ornent les façades principales. Des chaînages alliant la brique et la pierre et un cordon en brique à hauteur des impostes des fenêtres sont également présents sur la porcherie couverte en tuile mécanique. Le bâtiment construit en 1931 est couvert d'un toit en ardoise présentant deux demi-croupes du côté ouest : au centre de sa façade principale, un cartouche prend place sur le mur formant un parapet. Le bâtiment des années 1950 en béton armé possède un étage de soubassement et un étage carré. Les élévations sont couronnées par une corniche moulurée largement saillante au-dessus de laquelle règne un mur formant parapet, qui masque le toit couvert en ciment amiante. Le quai est couvert d'une charpente métallique et d'ardoise. Les bâtiments de 1992 sont tous en béton et essentage métallique avec toit en terrasse en béton.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
    • béton béton armé
    • métal essentage
  • Toits
    ardoise, tuile mécanique, ciment amiante en couverture, béton en couverture
  • Étages
    étage de soubassement, 1 étage carré
  • Couvrements
    • charpente en bois apparente
    • charpente métallique apparente
  • Couvertures
    • terrasse toit à longs pans inversés demi-croupe
    • lanterneau
    • pignon couvert
  • Énergies
    • énergie thermique produite sur place
    • énergie électrique achetée
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • guirlande
    • fruit
    • fleur
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Éléments remarquables
    machine de production
  • Protections
    édifice non protégé MH

Documents d'archives

  • AD Deux-Sèvres, 12 M 10/1. Laiteries et beurreries coopératives, 1918.

  • AM Saint-Loup-Lamairé, matrices cadastrales de 1910.

Bibliographie

  • LOEZ, Alexandre. Les Deux-Sèvres : Monographie économique : agriculture - commerce industrie. - Niort : Imprimerie Saint-Denis, 1926.

    p. 42, 77, 79
  • PERCHEY, Daniel. La merveilleuse histoire des laiteries des Deux-Sèvres, s. d. [vers 1990}. Document manuscrit.

    p. 169
  • Pinard, Jacques. Les industries du Poitou et des Charentes : Étude de l'industrialisation d'un milieu rural et de ses villes. Poitiers : S. F. I. L., 1972.

    p. 169, 348
  • ROZERAY, A. Etude sur les beurreries coopératives et l'industrie laitière dans le département des Deux-Sèvres, Niort : Th. Mercier, 1900.

    p. 176-178
  • « Une visite à la laiterie coopérative de Saint-Loup-sur-Thouet », dans : La France laitière et avicole, 1ère année, n° 1, juin 1932.

    p. 1-9

Documents figurés

  • Photographies, vers 1930, dans : La France laitière et avicole, 1ère année, n° 1, juin 1932. (doc 1 à 17).

    p. 1-9
Date d'enquête 2002 ; Dernière mise à jour en 2015
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
(c) Direction régionale des affaires culturelles, Poitiers
Moisdon-Pouvreau Pascale
Moisdon-Pouvreau Pascale

Chercheur Service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.