La Rochelle Faubourgs : présentation du quartier de La Pallice-Laleu
Copyright

Dossier non géolocalisé

  • Aires d'études
    Rochelle faubourgs (La)
  • Adresse
    • Commune : La Rochelle
      Lieu-dit : la Pallice Laleu

Jusqu´à la fin du XIXème siècle, ce secteur situé à l´ouest de La Rochelle est resté un territoire rural couvert de champs, de vignes, de bois et de zone marécageuses. L´habitat s´y concentrait dans le village de Laleu, dont l´existence est attestée dès le XIème siècle. En matière d´étymologie, le nom de Laleu semble dériver du terme « aleu » qui désignait au Moyen Age un bien héréditaire. Cette dénomination découle sans doute des règles ayant régies la transmission des terres de ce secteur dans le cadre du système féodal. Au XIème siècle, Laleu appartenait aux seigneurs de Châtelaillon qui, en 1077, y établirent les moines de Cluny. On sait relativement peu de choses de l´histoire de ce village avant qu´il ne soit associé à la commune de La Rochelle. Les sources témoignent de l´utilisation de son église par les catholiques rochelais lors des guerres de Religion. Le château de Laleu est par ailleurs célèbre pour avoir hébergé Louis XIII lors du siège de la ville avant que ne s´y déroule la soumission des députés rochelais le 29 octobre 1628. Pour le reste, la vie de ce territoire semble avoir été régie par l´agriculture et la viticulture sous l´autorité des moines bénédictins puis, de manière plus nette à partir du XVIème siècle, dans le cadre d´une seigneurie à la tête de laquelle se sont succédés Paul Yvon et ses descendants. Après la Révolution, Laleu est érigée en commune en 1808. Son existence sera pourtant de courte durée. Dans le cadre de cette évocation du secteur d´étude avant les bouleversements de la fin du XIXème siècle, on se doit de préciser que plusieurs constructions se tenaient également le long des côtes et notamment dans la partie sud, au niveau de la pointe de Chef-de-Baie qui commande l´entrée de la rade de La Rochelle. Il ne s´agissait pas d´habitat mais de fortifications. On sait grâce aux sources que cette zone fut couverte de forts au moment du « grand siège ». Du fait de cette dimension stratégique, d´autres édifices et ensembles militaires y seront édifiés du XVIIIème au XIXème siècle et lors de la seconde Guerre Mondiale. Le secteur va véritablement changer de visage avec la construction du port de La Pallice entre 1880 et 1890. Ce chantier est lancé pour que La Rochelle puisse répondre aux nouvelles exigences en matière de navigation maritime. Dès 1880, la commune de Laleu est supprimée pour être rattachée à La Rochelle. En 1886, le conseil municipal décide la construction d´un certain nombre d´équipements dans le cadre de l´aménagement de ce nouveau quartier. Toutefois, les deux conflits mondiaux de la première moitié du XXème siècle portent de sérieux coups d´arrêt à cette politique. Le secteur, qui abrite une base sous-marine édifiée par les allemands, est particulièrement touché par les bombardements alliés de la seconde Guerre Mondiale. Libérée en 1945, la ville de La Rochelle est classée ville sinistrée. Le Corbusier se voit alors confié la reconstruction de La Rochelle et de La Pallice. Tenant là une occasion de défendre ses conceptions en matière d´urbanisme et d´architecture, il prévoit d´implanter de manière distincte une grande cité d´habitation et un vaste complexe industriel. Son projet vise également à agrandir considérablement le port vers Chef-de-Baie pour en faire l´un des plus importants d´Europe. Lassé des importantes oppositions locales que suscitent ses projets, Le Corbusier finit par démissionner en novembre 1947. La reconstruction se fera donc à La Pallice sur des bases moins ambitieuses. En matière de logements, des cités sont édifiées après guerre pour faire face à la pénurie. A partir des années 1960-1970, les terrains agricoles laissent progressivement place à la construction de plusieurs lotissements, essentiellement au nord du bourg de Laleu. En matière d´équipements et d´infrastructures, le port de La Pallice se relance au cours de la seconde moitié du XXème siècle au travers de nombreux travaux d´extensions et de modernisation. Dans le secteur de Chef-de-Baie une zone industrielle de 75 hectares est créée par la chambre de commerce. Au sud du bassin à flots, de nouveaux terrains sont gagnés sur la mer par poldérisation. Une partie de ces derniers accueille les installations et les espaces de stockages destinés au trafic du bois qui connaît un grand essor. En 1994, un port de pêche doté d´une plate-forme logistique et commerciale est mis en place à Chef-de-Baie. On peut également mentionner ici l´aménagement du terrain d´aviation de Laleu qui est décidé le 26 avril 1960 pour établir des liaisons civiles régulières. L´aéroport sera progressivement aménagé et développé jusqu´à nos jours. On se doit enfin d´évoquer la construction, en 1987, du pont de l´île de Ré entre La Repentie et Sablanceaux.

Bibliographie

  • Béraud, Rémi. Petite encyclopédie monumentale et historique de La Rochelle . E. Rupella et Rémi Beraud, 2ème ed., La Rochelle, 1987.

  • Clairat Sébastien ; Les bâtisseurs de ZUP : Mireuil et la ville de La Rochelle ; Dans : Ecrits d´Ouest ; 1999 ; n°8 ; pp. 235-258.

  • Denis Sylvie, Beziaud Nicole ; La Rochelle-Pallice, l´Escale Atlantique. Mémoire du quartier de La Pallice 1880-1945 ; Archives Municipales de La Rochelle ; 1990.

  • Desquesnes Rémy, Faille René, Faucherre Nicolas, Prost Philippe ; Les fortifications du littoral. La Charente-Maritime ; Editions Patrimoines & médias ; 1993.

  • Fougeyrollas Cl. A. ; La Pallice, base sous-marine ; dans Le Picton ; n° 70, 1988.

  • Gautier M. A. ; Dictionnaire des communes de Charente-Maritime ; Les chemins de la mémoire éditeur ; 1839 ; pp. 10-12. Source : ADCM US 10/18.

  • Giacomatos Valérie ; Raymond Henri ; Technostructure et architecture. Le Corbusier à La Rochelle ; Recherche effectuée pour le Ministère de l´urbanisme et du logement, Direction de l´architecture ; Décembre 1984 ; 104pp.

  • Grima Louis ; Laleu, village aujourd´hui comme hier ; A&T éditions.

  • Inventaire des vestiges du mur de l´Atlantique en Charente-Maritime. Deuxième tranche (secteur La Rochelle, île de Ré). Association ESTUARIUM. Décembre 1999.

  • La Rochelle, histoire des transports collectifs ; SIVOM ; STCR ; 1985.

  • Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime. Paris : Flohic, 2002 (Le Patrimoine des communes de France), T.2, pp. 677-678. Source : DRAC Poitou-Charentes, IG (446.4) FLO.

  • Milon Bruno. La construction du port de La Pallice ; Dans : Ecrits d´Ouest ; 1998 ; n° 7.

    p. 157-190
  • Ourry, Yann. Quartier de La Pallice. La Rochelle en 101 sites et monuments, Le Festin, hors-série, mai 2018.

    p. 117
  • Patrimoine industriel de la Charente-Maritime ; Editions du Patrimoine, Paris, 2001 ; pp. 138-143.

  • Ragot Gilles ; Architecture du XXe siècle en Poitou-Charentes ; Editions Patrimoines et médias Archivecture ; 2000 ; pp. 78-79.

  • Saumoneau H. ; La seigneurie de Laleu ; La Rochelle ; Rupella ; 1983. Source : ADCM PF 496.

  • Veillon S . ; Les percées du front-ouest de La Rochelle ; dans Revue de la Saintonge et de l´Aunis ; IX ; 1983.

  • Un port : import/export. Editions Paroles de Rochelais, n° 5, décembre 1998.

  • Un port : des femmes, des hommes et des entreprises, n° 6, décembre 1999.

Annexes

  • Annexe n°1
  • Annexe n°2
Date d'enquête 2007 ; Dernière mise à jour en 2007