Dossier d’œuvre architecture IA64002735 | Réalisé par
  • enquête thématique départementale, patrimoine thermal du massif pyrénéen (64)
Hôtel du Grand Turc, puis hôtel du Parc, actuellement résidence du Parc
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
  • Commune Lurbe-Saint-Christau
  • Lieu-dit Saint-Christau
  • Adresse Route de Saint-Christau
  • Cadastre 2019 OA 13
  • Dénominations
    hôtel de voyageurs
  • Appellations
    Hôtel du Grand Turc, Hôtel du Parc, Résidence du Parc
  • Destinations
    immeuble à logements

La première pierre de l'hôtel du Grand Turc est posée à l'initiative de Pierre Antoine Joseph de Bois-Juzan en 1837, ce dont atteste la date figurant sur l'agrafe de la porte latérale. En raison des difficultés de la succession de ce dernier, ayant conduit à une procédure judiciaire entre 1841 et 1846, le chantier est suspendu au cours de cette période puis relancé après le rachat de la propriété par la comtesse de Barraute. C'est pourquoi l'hôtel inachevé ne figure pas sur le plan cadastral de 1846. Les travaux d'achèvement sont commandés par la famille de Barraute vers 1849 dans le cadre de leur chantier de rénovation pour développer le site thermal.

Sous le Second Empire et la Troisième République, l'hôtel figure sur l'ensemble des documents iconographiques produits à des fins promotionnelles, tels que les lithographies publicitaires des années 1860-1870 et les cartes postales du début du 20e siècle où il arbore son enseigne en lettrage noir. L'édifice fait partie intégrante de l'offre d'hébergement de la station aux côtés de l'hôtel de la Poste et de l'hôtel du Mogol, notamment dans les dépliants touristiques comme celui destiné à la clientèle russe en 1899.

L'hôtel du Grand Turc est réquisitionné une première fois au cours de la Première Guerre mondiale afin d'accueillir les blessés au sein d'une structure nommée "hôpital complémentaire de Saint-Christau". L'état des lieux élaboré par l'architecte Jules Noutary en 1915, en plus de dégradations, renseigne quoique superficiellement sur ses décors, qui se composaient de peinture à l'huile et de tapisseries, habituelles des constructions de la seconde moitié du 19e siècle.

L'établissement change de nom pour devenir l'hôtel du Parc vraisemblablement en 1926 alors que l'exploitation du site est confiée à la Société des Établissements thermaux de Saint-Christau. Comme l'ensemble des hôtels de la station, celui du Parc bénéficie d'un cadre paysager pittoresque et paisible et il est desservi par le restaurant du Parc et sa cuisine de haute qualité. Le rez-de-chaussée, dans un état inégal, est alors doté de mosaïques et de parquets au sol, de tapisseries, de badigeon de peinture et de plafonds à corniche. Les suites, dans les étages, sont ornées de tapisseries et de peintures.

En 1939, l'hôtel compte de nouveau parmi les équipements de Saint-Christau réquisitionnés afin d'accueillir, cette fois, les réfugiés de la Guerre civile espagnole, en particulier ceux recueillis par le Comité de Secours aux Basques qui en négocie le remaniement pour accroître la capacité d'accueil et atteindre ainsi 700 réfugiés sur l'ensemble de la station. Mais c'est surtout l'occupation allemande, entre 1943 et 1944, qui entraîne des dégâts. Comme pour toute réquisition due à des conflits militaires - ce qui survient dans la plupart des stations thermales béarnaises dans la première moitié du 20e siècle -, un état des lieux très précis est réalisé au moment de la prise de possession du site.

Le 15 septembre 1949, le récapitulatif des dégâts immobiliers subis par les immeubles réquisitionnés suite à la Seconde Guerre mondiale, dressé par l'architecte Fernand Noutary, constate que les équipements de Saint-Christau ont subi d'importantes dégradations. Dans le cas de l'hôtel du Parc, le devis s'élève à 70.000 francs, une somme considérable qui n'atteint pas cependant le montant des détériorations à l'hôtel de la Poste (plus d'un million de francs), à l'hôtel du Mogol (1,6 millions de francs) ou même au casino (317.000 francs), et plus globalement pour l'ensemble de la station (près de 5 millions de francs). Aussi de nombreux travaux sont-ils effectués entre 1949 et 1953 sous le contrôle de Fernand Noutary, comme le remplacement des papiers peints dans les chambres ainsi que le nettoyage et l’encaustiquage des parquets.

Suite au rachat du domaine thermal par la Société Thermale de Saint-Christau en 1951 puis à l'exploitation et à l'acquisition par la famille Barthélémy (future Chaîne Thermale du Soleil) à partir de 1964, il perpétue de nos jours sa fonction hôtelière originelle sous le nom de Résidence du Parc en proposant à la location des suites et appartements. Durant les Trente Glorieuses, sa couverture a été abaissée sans pour autant modifier la configuration intérieure, convertissant ainsi les baies du dernier niveau en lucarnes.

Implanté perpendiculairement à l'hôtel de la Poste, l'hôtel du Parc présente son imposante façade principale ouest vers l'entrée du parc autrefois construite. Son mode constructif relève des pratiques vernaculaires associant le moellon enduit et son toit à croupe couvert d'ardoises pyrénéennes. Le bâtiment se distingue par ses importantes proportions, puisqu'il se développe sur sept travées et cinq niveaux (deux étages et deux étages de combles).

Les espaces intérieurs s'organisent conformément à la distribution des édifices hôteliers de l'époque. Autour de la cage centrale de l'escalier, en bois, se déploient des galeries desservant les suites conçues selon un même modèle répété à chaque niveau. Au rez-de-chaussée, les murs du salon sont en pierres apparentes tandis que l'ensemble des pièces de l'hôtel sont aménagées et équipées au goût du jour.

  • Murs
    • moellon enduit
  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan rectangulaire régulier
  • Étages
    2 étages carrés, étage de comble
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours en charpente
  • Techniques
    • sculpture
    • fonderie
  • Représentations
    • fleur
    • volute, rinceau, fleur
  • Précision représentations

    Au-dessus de la porte latérale en arc en plein-cintre d'inspiration néoclassique, se trouve un claveau en pierre sculpté comportant la date surmontée de deux fleurs à six pétales.

    L'entrée au centre de la façade principale est surmontée par un balcon dont le garde-corps en fonte est orné de volutes, de rinceaux et de fleurs.

  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Matrice cadastrale des propriétés bâties de Lurbe-Saint-Christau, 1882.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : 3P2 Lurbe 1
  • Matrices des propriétés bâties. Commune de Lurbe-Saint-Christau, 1910.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : 3 P 2 Lurbe 2
  • Saint-Christau, fascicule touristique en langue russe, 1899.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : BIB U 1334-49
  • Établissement thermal de Saint-Christau, fascicule touristique, sans date.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : BIB U 1334-62
  • Fonds Noutary. Dossier Saint-Christau, thermes.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : 20 J 443
  • Fonds de comptabilité de l'établissement thermal de Saint-Christau, 1951-1970.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Pau : 98 J 1-50

Bibliographie

  • MARQUE Raoul. Aperçus historiques sur l'antique station balnéaire de Saint-Christau (Basses-Pyrénées). Pau : impr. Garel-Haristoy, 1927.

  • BERARD P., MAZURIER P. Station thermale de Lurbe-Saint-Christau. Ressources en eaux thermales et minérales des stations du département des Pyrénées-Atlantiques, Rapport BRGM/RP 50175-FR, DRIRE Aquitaine, 2000.

Date d'enquête 2019 ; Date(s) de rédaction 2019
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Université de Pau et des Pays de l'Adour
Articulation des dossiers