Dossier d’œuvre architecture IA17000158 | Réalisé par ;
Dujardin Véronique (Contributeur)
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Communauté d'Agglomération de La Rochelle
Hôtel Depont des Granges
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Rochelle centre (La) - Rochelle (La)
  • Commune La Rochelle
  • Adresse 12 rue du Palais , 9 rue Admyrauld
  • Cadastre 1976 EN 10, 11
  • Dénominations
    hôtel
  • Appellations
    dit hôtel Depont des Granges
  • Destinations
    banque
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, communs, boutique

Situé entre les rues du Palais et Admyrauld, où se trouvait le portail d'entrée à l'origine, l'hôtel fut occupé, au début du 17e siècle, par la famille des Tallemant. Il fut acquis en 1692 par Samuel Bernon, trésorier du roi en la généralité de Poitiers, qui y fait de grands travaux et le cède à Paul-François Depont, seigneur des Granges. L'hôtel se compose alors d'une grande maison au nord et d'une plus petite au sud, avec boutique, deux parties qui, bien que formant un tout, resteront toujours distinctes. En 1785, Paul Charles, petit-fils de Paul-François et trésorier de France à La Rochelle, fit reconstruire l'hôtel par Pierre-Adrien Paris, alors architecte des menus plaisirs à Versailles. Celui-ci réédifie l'élévation sur cour de la grande maison, tandis que l'ensemble de la façade sur la rue du Palais est seulement remise au goût du jour. Il donne en outre le dessin des boiseries du salon, exécutées par A. Chevalier. L'escalier, qui prenait place dans un vaste vestibule éclairé par un lanterneau, avait une rampe en fer forgé jusqu'au premier étage, oeuvre du maître serrurier Jean-Baptiste Pipereau. Loué en 1806 par le département pour loger l'évêque, l'hôtel est acquis en 1810 et fait l'objet d'aménagements intérieurs dans les années 1850. Il servit d'évêché jusqu'en 1874. En 1880, il devint la propriété des Massiou. La plus grande partie est occupée aujourd'hui par la Société Générale qui a modifié, dans la première moitié du 20e siècle, les arcades sur la rue du Palais, puis, plus récemment, dénaturé la cour et n'a rien épargné du décor intérieur (boiseries du salon, grand escalier à rampe en fer forgé). La partie sud a gardé son caractère commercial.

Cet ancien hôtel particulier présente une façade à l'est, rue du Palais, et une façade à l'ouest, rue Admirauld. La cour intérieure était accessible par un ancien portail situé sur l'élévation occidentale et qui constituait l'entrée principale de l'hôtel qui se situait donc en fond de cour. Des communs, couverts de toit à longs pans et croupe en façade, encadrent cette cour au nord et au sud, avec des murs pignons percés d'une travée sur l'élévation ouest.

La façade rue du Palais comprend des arcades de différentes formes et dimensions s'ouvrant sur une galerie ouverte qui précède les boutiques, un étage et un étage de comble. Les fenêtres des étages sont alignées en sept travées de différentes largeurs. Les deux travées les plus au sud (à gauche) correspondent au pignon du bâtiment aujourd'hui cadastré EN 11, qui se distingue également par son arcade couverte en une large anse de panier et par un profil différent du bandeau qui souligne le premier étage. La deuxième arcade, plus haute que la précédente mais également couverte e, anse de panier, correspond à deux travées de fenêtres, tandis que trois travées de fenêtres dominent les deux arcades les plus au nord, couvertes en plein cintre. Les arcades et le premier étage sont construits en pierre de taille, l'étage de comble en moellon enduit.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit partiel
    • calcaire pierre de taille
  • Toits
    tuile creuse
  • Plans
    plan régulier
  • Étages
    sous-sol, 1 étage carré, étage en surcroît
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
    • appentis
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie, en charpente
  • Typologies
    hôtel sur rue ; hôtel de plan en U ; cour postérieure ; arcade ; portail
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler

Documents d'archives

  • Notaire Soulard.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle
  • 1786, 20 juillet : marché avec le sculpteur des boiseries du salon, A. Chevalier.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : E 490
  • 1810 , 4 décembre : Acquisition par le département pour servir d'évêché.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle
  • 1855-1859 : Affaires diverses.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : N 628
  • Jourdan, Notes sur les rues, places, ponts....

    Médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle : Ms 330
  • Documents concernant la famille Depont des Granges.

    Médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle : Ms 1139

Bibliographie

  • Cailleteau, Jacques, Quelques exemples d'architecture rurale et urbaine à La Rochelle au XVIIIe siècle. Mémoire de maîtrise d'Histoire de l'Art, dir. Pariset F.G., université de Bordeaux, janvier 1968, dactylographié.

    p. 62-81
  • Moulin, Monique. L'architecture civile et militaire au XVIIIe siècle en Aunis et Saintonge, La Rochelle, Quartier latin, 1972, In-4°, 196 p., LIII pl.

    p. 138, n. 36
  • Vaux de Foletier, François de. La Rochelle d'autrefois et d'à présent. La Rochelle : F. Pijollet, 1923.

    p. 188

Documents figurés

  • Maison dépendant du palais épiscopal de la Rochelle. Rez-de-chaussée. Premier étage. Septembre 1812.

    Archives nationales, Paris : F21 1879
  • [Plan du rez-de-chaussée]. Ss date [XIXe siècle].

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
  • Diocèse de La Rochelle. Plan de l'évêché. Plan du rez-de-chaussée. Plan de l'étage. 1er décembre 1853. Brossard.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
  • [Vues intérieures]. Photographies Hurault.

    Service départemental de l'architecture et du patrimoine, Charente-Maritime

Annexes

  • Descriptions de la maison, 1708, 1786, 1806, Extrait de CAILLETEAU, Quelques exemples d'architecture rurale et urbaine.
Date d'enquête 1995 ; Date(s) de rédaction 1995, 2021
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers