Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hameau et port de Vitescale

Dossier IA33010601 réalisé en 2020

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénominationhameau
Parties constituantes non étudiéescale
Dénominationsécart, port
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde (rive droite) - Bourg
AdresseCommune : Gauriac
Lieu-dit : Vitescale
Cadastre : 1820 B2 ; 2020 AK

Le port de Vitescale est indiqué sur la carte de Masse datée 1724 ou encore sur la carte du cours de la Garonne de 1759.

La carte de Belleyme dans la 2e moitié du 18e siècle indique la route qui relie directement le hameau à celle reliant Bourg et Blaye, en haut du coteau.

Dès le 16e siècle, un habitat troglodytique y est attesté : en 1597, "quelques rochers assis sur le bord de la Garonne, dans lesquels estoient prattiquées de petites maisonnettes qui servoient de taverne, s'enfondrans oppressèrent dixneuf persones". Le 30 avril 1767, le décès d'une femme "dans sa grotte, à Vitescale" est également indiqué.

Le plan cadastral napoléonien de 1820 représente un rivage plutôt irrégulier dans ce secteur avec plusieurs saillies, formées par des "quays". Plusieurs chemins parallèles à la rive s'échelonnent sur les flancs de la falaises, donnant accès à de nombreuses maisons dites "dans le roc". Le chemin "de la Care" et le sentier de Vitescale permettent de rejoindre les hauteurs de la commune. En 1861, le chemin reliant Vitescale et son port au coteau (Samonac, Comps) forme une rampe dénoncée comme trop rapide : des travaux y sont engagés en 1868 pour aménager la route actuelle.

Le port est aménagé en 1859-1860 avec une cale de 20m établie en 1863-1864. Une petite cale de 15m de long environ, disparue, y était annexée sur sa partie gauche (en limite avec le hameau du Rigalet). Plusieurs chantiers navals sont attestés, dont celui de Jacques Rochet (28 corniche de la Gironde).

En 1874, un rapport du sous-préfet mentionne la location d'une maison pour l'école des filles à Vitescale. Plus tard, le hameau accueille une école privée "Le Chez Nous" puis le séminaire Saint-Maurice fermé en 1975. Les vastes bâtiments accueillent alors une discothèque.

En 1927, des travaux sont réalisés à la falaise de Rigalet pour protéger les immeubles du port.

Un parking est aménagé en bord d'estuaire en 1992, à proximité de l'ancien port.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le hameau s'organise le long de la départementale 669E1 qui borde la Gironde, entre le hameau du Rigalet au nord-ouest et la commune de Bayon-sur-Gironde au sud-est. La cale de l'ancien port se trouve à la limite avec le Rigalet, encore visible avec ses bittes d'amarrage.

La Route du Fleuve, aménagée dans la falaise, relie le hameau avec le coteau et le village. Son tracé forme deux virages. De cette route, on accède aux escaliers du Piquet où sont conservés les vestiges de plusieurs maisons troglodytiques. Le chemin des coquines, parallèle à la Route du Fleuve, traverse les vignes et aboutit au chemin de Plisseau à Bayon-sur-Gironde.

Les habitations sont alignées le long de la route de la Corniche et de l'estuaire, accompagnées de jardins. Il s'agit de maisons à étage ou en rez-de-chaussée construites en pierre de taille, extraite dans les carrières locales.

Murscalcaire pierre de taille
moellon enduit
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Documentation complémentaire

    Mention de Vitescale dans Le pelerin de Lorete de Louis II Richeome, 1607.

    "Au mesme mois de l'an 1597, à Vitescale à six lieues de Bordeaux, quelques rochers assis sur le bord de la Garonne, dans lesquels estoient prattiquées de petites maisonnettes qui servoient de taverne, s'enfondrans oppressèrent dixneuf persones, et y sut treuvée une petite fille saine et sauve entre les jambes de son père fracassé (...)".

    AD Gironde, E suppl. 2477, GG9.

    Décès d'une femme dans sa grotte à Vitescale (30 avril 1767).

    Arrêt du conseil du roi, 8 avril 1839 : conflit entre le maire de Gauriac et les sieur et damme Allard et les sieurs Deschams qui ont empiété sur un chemin appartenant à la commune en faisant construire un mur au-delà de la limite de leurs propriétés ; qui se sont emparés sans droits d’une partie du port appelé de Vitescale qui appartenait à la commune. Le maire demande qu’ils enlèvent les constructions et plantations qu’ils s’étaient permis de faire sur ces deux terrains.

    AD Gironde, SP 1186, Port de Vitescale

    -1860 : Projet d'amélioration du port par remblai du terrain, pavage de la surface et protection du talus par des perrés.

    -1874 : Rapport sur la distribution des emplacements au port de Vitescale ; mention d'une cale inclinée et d'un terre-plein.

    -1894 : Projet de fixation des limites du port de Vitescales.

    -1909 : Projet de construction d'un peyrat en charpente au port de Vitescales, diverses pièces dont la réclamation du maire et la réponse des ingénieurs.

    AD Gironde, SP 812, Port de Vitescale

    - Services hydrauliques, travaux d'arts, moulins et ponts, Lettre de la dame Deschamps au préfet au sujet du port et du mur construit par la dame Deschamps, plainte de la mairie, 1834.

    Féret, Statistique, 1878 : le port comprend une cale longitudinale de 20m de long, soutenue par un perré et suivie d’un terre-plein de 19m de large.

    Archives communales, registre des délibérations, 1882-1912

    -Lettre du préfet : résolution prise par le service maritime de procéder au pavage de la cale du port de Vitescale si la commune y participe pour la moitié ; pour le Conseil municipal, le port de Vitescale n'est pas à proprement parler un port communal puisqu'il est à la disposition de toutes les communes de la région aussi bien que celle de Gauriac : pas lieu pour la commune de contribuer au pavage, 11 novembre 1893.

    -Amélioration du port de Vitescale, 28 octobre 1900 : insuffisance croissante du port, dont la cale inclinée est beaucoup trop courte, abordable qu'au moment de la pleine mer. Ingénieur en chef propose la construction d'un peyrat en charpente de 2m de largeur, pavé en moellon, prolongeant la cale jusqu'à la basse mer : 11,25 m de long ; port n'appartient pas à la commune et l'ouvrage intéresse la navigation en général aussi bien que l'ensemble des communes tributaires du port ; mais adhésion entière au projet et demande sa réalisation dans les plus brefs délais avec subvention communale.

    -Le Ministre des travaux publics autorise les travaux du port de Vitescale, 10 juin 1901.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Bâtiments publics : divers dossiers dont monument aux morts, poste...

    Archives départementales de la Gironde, Bordeaux : 2 O 1755
  • Gauriac : Édifices publics, écoles (1859-1937).

    Archives départementales de la Gironde, Bordeaux : 2 O 1758
  • Eglise Saint-Pierre, Gauriac : Registres des baptêmes, mariages, sépultures, 1758-1769.

    E 2477 Archives départementales de la Gironde, Bordeaux : E suppl. 2470-2478
Bibliographie
  • BALDES Henri Robert, BELAIR Bernard, GACHET Pierre, POUGET Sylvie, SEGUIN Daniel. Gauriac, un village chargé d'histoire. Association du patrimoine gauriacais, 2019.

    p. 121, 122, 182

Liens web

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Roux Tom-Loup - Steimer Claire