Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hameau du Rigalet

Dossier IA33010590 réalisé en 2020

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénominationhameau
Appellationshameau du Rigalet
Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde (rive droite) - Bourg
AdresseCommune : Gauriac
Lieu-dit : le Rigalet
Cadastre : 1820 B2 ; 2020 AK

Le Rigalet possédait encore au 18e siècle une résurgence importante où les bateaux venaient se ravitailler avant de prendre la mer (Vitescale).

Le hameau du Rigalet est indiqué sur la carte de Belleyme dans la 2e moitié du 18e siècle, sur le plan cadastral napoléonien de 1820 ainsi que sur l'atlas départemental de la Gironde de 1888 où est indiqué le ponton pour le service du bateau à vapeur. Ce dernier est établi en 1841 sur ordonnance du roi autorisant les sieurs Roux et consorts à construire un débarcadère sur leur propriété du Rigalet et à percevoir un droit de péage.

De nombreuses activités sont attestées dans ce secteur, notamment l'ancien chantier naval de Jean Landard actif au 19e siècle. Des cartes postales du début du 20e siècle attestent l'existence d'une boulangerie-épicerie ainsi que de l'hôtel des Palmiers.

L'oratoire de la Vierge est probablement installé dans la seconde moitié du 19e siècle dans les escaliers du même nom qui relient les bords de l'estuaire aux hauteurs de la falaise.

L'habitat se caractérise par des maisons à étage construites en retrait de l'estuaire et de la route, accompagnées de jardins. Nombreuses appartenaient à des capitaines au long cours : c'est le cas de la maison proche des escaliers de la Vierge qui porte les initiales JT (Jean Thibeau). Plusieurs maisons sont également construites à flanc de falaise, surplombant la route et l'estuaire.

Les rives de l'estuaire sont équipées de quais maçonnés et de cales facilitant l'accostage : un ponton est ainsi aménagé en 1865 au niveau du n°9 corniche de la Gironde pour acheminer les ouvriers travaillant sur l'Île du Nord.

En 1926, des éboulements se produisent, la zone est menacée par le rocher de la Vierge. Le conseil municipal interdit alors à M. Valet de "raser ou de servir à boire et de recevoir quiconque dans la maison qu'il habite, en raison de la sécurité des citoyens" (registre de délibérations du 20 mars 1926). En 1927, des travaux sont prévus pour protéger les immeubles du port de Vitescale (AD Gironde, 2 O 1755).

En 1897, le paysagiste et botaniste Auguste Glaziou, après une carrière au Brésil, achète une maison au Rigalet (parcelle AK 323).

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Auteur(s)Personnalité : Glaziou Auguste
Glaziou Auguste (1833 - 1906)

Ingénieur et paysagiste français.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre attribution par source

Le hameau, situé entre ceux de Vitescale au sud et de la Mayanne au nord, s'organise le long de la départementale 669E1. Les habitations sont construites en retrait de la route séparées de celle-ci par des jardins. La route opère un virage dégageant un espace en bord d'estuaire occupé par quelques constructions et des jardins. L'habitat est également construit à flanc de falaise accessible par plusieurs chemins et par l'escalier dit de la Vierge qui rejoint le hameau de Francicot en haut du coteau.

Murscalcaire pierre de taille
moellon enduit
Toittuile creuse
Statut de la propriétépropriété privée
propriété publique

Annexes

  • Documentation complémentaire

    Bulletin des lois de la République française, 1841, p. 449, n°9186 : ordonnance du Roi portant que les sieurs Roux et consorts sont autorisés à établir, sur la propriété située au lieu dit le Rigalet, rive droite de la Gironde, dans la commune de Gauriac, un débarcadère pour le service des bateaux à vapeur, moyennant la concession d’un droit de péage de 10 cm par voyageur ; cette autorisation est donnée pour le laps de 60 années, suivant les clauses et conditions mentionnées au cahier des charges annexé à la présente ordonnance (Paris, 31 janvier 1841).

    L’Espérance, 24 août 1856.

    Dans la nuit du 18 au 19 courant, une tempête terrible a éclaté sur la Gironde entre le Bec d'Ambès et Royan (…). Le ponton servant de débarcadère au bateau à vapeur pour la station du Rigalet a été coulé.

    L’Espérance, 2 mai 1875. Publication pour purger les hypothèques légales (étude de Me Musset, notaire à Bordeaux, acte du 11 avril 1875). [biens non identifiés]

    Jean Roux, Anne Dupeyrat veuve d’Etienne Roux, Jeanne Dupeyrat, Antoine Dupeyrat (etc) ont vendu à M. et Mme Got pour le prix de 10000 francs une maison située au Rigalet composée de rez-de-chaussée, premier étage, chai, souillarde, jardin sur le devant, jardin sur le derrière, confrontant du midi au chemin public, du nord partie à Monsieur Golphe et partie à M. Porcheron du levant à une ruette commune, et du couchant à Mme veuve Landard.

    L’Espérance, 19 mai 1901. Vente sur publications judiciaires en un seul lot de divers immeubles situés au Rigalet (Etude de Me V. Lacroix, avoué à Blaye). [biens non identifiés]

    (...) consistant en maison d’habitation, chais, cour, four à cuire le pain, vignes et jardin, le tout dépendant de la succession de la dame veuve Barateau, quand vivait demeurait au Rigalet (Jeanne-Irma Roux, veuve de Pierre Barateau, décédée le 3 octobre 1900)

    1- un corps de bâtisses composé de rez-de-chaussée et premier étage, comprenant quatre pièces au rez-de-chaussée et quatre pièces au premier sur le devant et deux pièces sur le derrière, chai avec grenier à la suite autre chai sur le côté, cour dans laquelle se trouvent un puits et un four à cuire le pain ; un terrain complanté en vignes non cultivées (65 ares) ; confrontant du midi par les bâtisses à une ruelle et par le terrain à monsieur Cousteau ; du nord à monsieur Sou, du couchant par un jardin anglais placé devant la maison au chemin de Roque de Thau à Bayon et du levant à monsieur Lhoumeau. La maison d’habitation comprise dans le corps de bâtisses est percée sur la façade de trois fenêtres et de deux portes en rez-de-chaussée, de cinq fenêtres au premier étage et de plusieurs autres portes et fenêtres sur le derrière, prenant jour sur la cour.

    2- un terrain en nature de jardin au couchant de la dite maison d’habitation dont il est séparé par le chemin de Roque de Thau à Bayon. Ce terrain est traversé par la voie d’accès au ponton du Rigalet, il est d’une contenance de 2 ares 25ca. Il confronte du couchant au fleuve, du midi à Paul Bertaud, du nord à monsieur Sou et du levant à la route de Roque de Thau à Bayon. Avec cette observation que sur le terrain qui vient d’être désigné existe une petite cabane en planches appartenant à un sieur Blouin peintre et receveur buraliste qui l’y a établie en vertu d’une location verbale.

    Mise à prix : 4000 frcs.

Références documentaires

Bibliographie
  • BALDES Henri Robert, BELAIR Bernard, GACHET Pierre, POUGET Sylvie, SEGUIN Daniel. Gauriac, un village chargé d'histoire. Association du patrimoine gauriacais, 2019.

    p. 119, 145, 182
  • COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse d'histoire : Bordeaux 3, 2001.

Périodiques
  • BERIAc Jean-Pierre. "Auguste Glaziou, un paysagiste entre Bordeaux et Rio de Janeiro", Revue archéologique de Bordeaux, Revue CIII, année 2012.

    p. 231-262

Liens web

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Roux Tom-Loup - Steimer Claire