Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hameau de Sautard

Dossier IA86013596 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, dépendance, puits
Dénominationsmaison, ferme
Aire d'étude et cantonLencloître
AdresseCommune : Lencloître
Lieu-dit : Sautard
Cadastre : 2016 ZI

Le hameau de Sautard est mentionné au 15e siècle et doit son nom au ruisseau qui coule d'ouest en est et qui se jette dans l'Envigne. Le moulin de Sautard fondé au 15e siècle, a été transformé en habitation après l'arrêt de son activité au 20e siècle.

À l'ouest, le hameau rejoint la ferme de la Grange et celle du Bouchet. Au nord, trois fermes ont été édifiées entre le 15e siècle (Ligueil, ancien fief relevant du prieuré fontevriste) et le 18e siècle (Fontrabot, l'Hérauderie). La plupart des bâtiments ont été reconstruits au cours des 19e et 20e siècles.

Quelques pavillons ont été construits à l'ouest et à l'est de la rue principale à partir des années 1970 et jusqu'à aujourd'hui.

Période(s)Principale : 15e siècle, 19e siècle, 20e siècle

Situé au sud la commune de Lencloître, le hameau de Sautard est construit en contrebas d'une petite butte qui descend vers le ruisseau du Sautard. Les anciennes fermes, plus isolées, de Fontrabot, l'Hérauderie et Ligueil sont situées en haut de la butte. Celles du Bouchet et de la Grange sont à l'ouest du hameau.

Le hameau comprend dix anciennes fermes : cinq groupées dans le bas du hameau et cinq autres isolées. Bien que la plupart des bâtiments soient jointifs, le plan adopté est celui de fermes à bâtiments séparés. Les bâtiments sont disposés autour d'une cour fermée par un mur, un bâtiment (souvent une grange) ou un portail. Les bâtiments comportent un rez-de-chaussée et un étage de comble éclairé par des boulites ou des fenêtres en surcroît.

Les murs sont construits en moellon argilo-calcaire, parfois enduits. La pierre de tuffeau est utilisée pour les chaînes d'angle et les encadrements des baies. Les toitures sont à deux pans en tuile (canal ou mécanique pour les toitures les plus récentes), ardoise ou tôle ondulée.

À l'ouest du hameau, la ferme de la Grange est la dernière ferme du territoire a avoir conservé son pigeonnier circulaire. Bien que partiellement effondré, il présente un nombre important de boulins. Cette ferme qui figure sur le cadastre napoléonien (1826) comprend quatre bâtiments séparés construits en moellon argilo-calcaire, avec pierre calcaire pour les chaînes d'angle et les encadrements des baies. Les toitures sont à longs pans en tuile (maison d'habitation) et en ardoise.

Un puits a été repéré à Ligueil au bord d'un chemin. Il comprend une margelle en pierre, un trépied en métal surmonté d'un toit à deux pans. Son tambour et sa chaîne sont encore en place.

Murspierre moellon enduit partiel
Toittuile, tuile creuse, tuile mécanique, ardoise, tôle ondulée
Étagesétage de comble
Couverturestoit à longs pans
Escaliers
Techniques
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Lorieux Clarisse
Lorieux Clarisse (1980 - )

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.