Dossier IA86010394 | Réalisé par
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Hameau de Rillé
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Arrondissement de Montmorillon - Montmorillon
  • Commune Jouhet
  • Lieu-dit Rillé
  • Cadastre 2016 D2

Une villa gallo-romaine a été repérée par photographie aérienne par Christian Richard entre Rillé et le Terrier.

D'après Rédet (p. 353), une Capella Sancte Marie de Reyllec est mentionnée en 1184 parmi les biens de l'abbaye de Saint-Savin puis en 1260, Rihec apparaît dans les Layettes du trésor des chartes (t. III p. 365), comme Prioratus de Ryellec dans le Pouillé de Gautier (f° 148) et Prioratus de Rihlec dans le Grand Gauthier (f° 5). Il n'a pas été retrouvé de trace de ce prieuré.

La graphie varie dans les actes suivants : Riglec comme fief de Beaupuy en 1483, Rillec en 1557, Rillé en 1642, Reillé en 1644, Rillecq en 1645, Rillet (comme bien de Saint-Savin) en 1757.

Sous l'Ancien Régime, une partie de la dîme de Rillé est perçue notamment par Joseph Rozet, qui rend hommage au roi via son château de Montmorillon. La dime de Rillé relevait de la baronnie de Montmorillon, mais la haute justice dépendait de l'abbaye de Saint-Savin.

Le hameau de Rillé est figuré sur la carte de Cassini.

En 1837, des habitants de Rillé saisissent le tribunal de Montmorillon pour se partager 270 ha de brandes qui dépendaient " de l'abbaye de Rissé [sic], qui elle-même faisait partie de celle de Saint-Savin ".

Il n'a pas été retrouvé d'autres documents mentionnant un établissement religieux à Rillé.

L’État en revendique la propriété comme n'ayant pas été transférée lors de la vente comme biens nationaux de l'abbaye de Saint-Savin. Le dossier est complexe et après de longues enquêtes et de nombreux échanges de courriers (Archives départementales de la Vienne, 2 Q 121, voir transcription partielle en annexe), la revendication des brandes par le préfet est définitivement abandonnée en 1847. Cependant, en 1938 apparaît parmi les biens de la commune de Jouhet une petite parcelle cadastrée E2 76, d'un peu moins de un ha appelée sur le registre " les communaux de Rillé " et incluse dans les brandes de Rillé (cadastre de 1840).

Sur le cadastre de 1840, le hameau de Rillé se développe essentiellement le long du chemin qui mène à Peufavard. Si les fermes situées à l'ouest du chemin sont partiellement conservées, notamment l'ensemble aujourd'hui cadastré D1 210, tout un ensemble de petits bâtiments adjacents et imbriqués à l'est de ce chemin a été en grande partie détruit pour donner place à des constructions nouvelles.

Le hameau se développe vers le sud, jusqu'à rejoindre la Sarigaudière et le Terrier à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle.

Quelques constructions modestes sont figurées sur la feuille D2, entre le village de Rillé proprement dit et le Terrier. D'après le registre des augmentations et diminutions du bâti, Louis Lajonc construit une maison en 1855 sur la parcelle D2 493. En 1858-1860, Pierre Lajonc démolit et agrandit sa maison cadastrée D2 498. En 1862, une augmentation de construction, imposable à partir de 1865, est à nouveau signalée pour la parcelle D2 498, appartenant désormais à Philippe Mallet. En 1865, René Lagion construit une maison neuve sur la parcelle D2 497, puis Charles Mouillebet est indiqué avec une maison (construction nouvelle) en 1867 sur la même parcelle. En 1894, Jean Augas construit une maison neuve sur la parcelle D2 494, qui était déjà bâtie sur le cadastre de 1840.

En 1871, Joseph Thomas construit une maison sur une grande parcelle inoccupée au nord du hameau (D1 150), puis Antoine Barrat construit une autre maison neuve sur la même parcelle en 1875. Encore plus au nord, Jean Gonneau construit une maison nouvelle sur la parcelle D1 88 (aujourd'hui D1 163, non bâtie)

En 1872, Mathurin Demay démoli et reconstruit une maison sur la parcelle D1 207, au sud de Rillé.

En 1875, François Denis construit une maison neuve parcelle D 140 (actuelle parcelle non bâtie D2 192).

En 1887, Pierre Deschamp construit une maison neuve sur les parcelles D 190 et 191 (actuelle D3 195).

D'autres constructions sont signalées dans le registre pour des maisons qui ont été intégrées dans l'étude (voir chaque dossier individuel).

Le registre indique également que la parcelle D1 218, non bâtie, située à l'est de la ferme reconstruite sur les parcelles D1 216 et 217, est acquise par vente du 20 février 1889 pour l'emplacement du chemin vicinal n° 22.

En 1910, la commune de Jouhet achète un terrain de 15 m² et fait aménager un lavoir pour les habitants de Rillé en amont du pont sur le Chambon. Les plaintes d'un riverain pour inondation de son jardin sont jugées sans fondement par les services des Ponts et chaussées (Archives départementales de la Vienne, voir transcription partielle en annexe du dossier du lavoir).

Le 15 mars 1910, des parties de parcelles en labour (D 241p, 268p, 303p et 307p) et en futaie (C 545, le Bois-Brunet) situées à l'ouest de Rillé sont acquises pour constituer le chemin vicinal ordinaire n° 84.

Le hameau s'est développé vers le sud au cours du 20e siècle.

Dans ce hameau, l'usage de la tuile creuse sur des toits généralement à faibles pentes domine.

Le long de la route de Peufavard, la plupart des logements sont implantés perpendiculairement à la rue.

  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • 1496-1776. Hommages et aveux rendus au Roi, à cause de son château de Montmorillon :

    - par Melchior, Emmanuel et Gaspard de Blom, écuyers, pour le fief de La Remigère, paroisse de Saulgé ;

    - par Pierre Leboeuf, écuyer, François et Pierre Savary, écuyers, François de La Faire, chevalier, pour l'hôtel au Riffault, à Thollet ;

    - par Joseph Rozet, pour la dîme de Rillet, paroisse de Jouet ;

    - par François et Antoine de Ricoux, Claude Richard, écuyer, Jean et François de Baignac, écuyers, Jean de Mallevaud, conseiller au siège royal du Dorat, Louis-Jacques Estourneau, chevalier, pour le fief de Ricoux, paroisse de Tersannes ;

    - par Louis, Antoine, Jacques, François et René de Barachin, écuyers, René de Fricon, écuyer, Jacques et Paul Chaud, pour le fief de La Roderie, paroisse de Sillars.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : C 388
  • Jouhet, cadastre, tableau des propriétaires, augmentations et diminutions 1847-1899.

    4 P 2399 : tableau indicatif des propriétaires, des propriétés foncières et de leur contenance : sections A-H4. .

    4 P 2400-2403 : matrice des propriétés foncières

    4 P 2400 : folios 1-460, table alphabétique des propriétaires, augmentations et diminutions (1847-1870).

    4 P 2401 : folios 461-876.

    4 P 2402 : folios 877-1038, Augmentations et diminutions (1872-1914).

    4 P 2403 : matrice des propriétés bâties : cases 1-224 ; table alphabétique des propriétaires, augmentations et diminutions (1883-1899).

    4 P 4043 : matrice des propriétés bâties (minute) : cases 1-211 ; table alphabétique des propriétaires1911-1942.

    4 P 4044-4045 : matrice des propriétés non bâties (minute) 1913-1942 ; matrice des propriétés foncières.

    4 P 4044 : folios 1-500 ; table alphabétique des propriétaires ; augmentations et diminutions (1914-1942).

    4 P 4045 : Folios 501-793.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 2399-2403 ; 4 P 4043-4045
  • 1828-1858 [en fait surtout 1838-1847]. Affaires contentieuses en matière de domaines. Brandes de Rillé, commune de Jouhet [voir résumé et principales pièces en annexe].

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 2 Q 121
  • 1913-1916 : pont et lavoir de Rillé, conflit avec les riverains.

    1913, 20 mai : pétition de M. David, propriétaire riverain.

    1913, 17 août : lettre d'avis du maire.

    1913, 4 octobre : lettre d'avis du maire.

    1913, 6 octobre : avis aux intéressés.

    1913, 9 octobre : procès-verbal de visite des lieux.

    1914, 23 juin : rapport du sous-ingénieur Tingaud (voir annexe).

    1914, 13-17 août : avis des ingénieurs.

    1915, 22 novembre : nouvelle pétition de M. David.

    1916, 7 avril : rapport du sous-ingénieur Tingaud.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 7 S 17
  • 1911. Acquisition d'un pré parcelle n° 544 auprès de M. Désiré Demay en vue de la construction d'un lavoir public à Rillé.

    Archives municipales, Jouhet

Bibliographie

  • Chemin d'intérêt commun n° 80. — Règlement des alignements dans la traverse du village de Rillé, commune de Jouhet. Rapports et délibérations - Conseil général de la Vienne, rapport du préfet, session d'août 1889. [consultable sur Gallica].

    p. 132-133
  • Chemin d'intérêt commun n° 76. — Règlement des alignements dans la traverse du village de Rillé, commune de Jouhet. Rapports et délibérations - Conseil général de la Vienne, rapport du préfet, session d'août 1889. [consultable sur Gallica].

    p. 131
  • RÉDET, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne [...], Paris : Imprimerie nationale, 1881. (Réédition Paris : J.-M. Williamson, 1989), 526 p.

    Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : 914.463 RED
    p. 353
  • Richard, Christian. Approche d'une typologie des villae gallo-romaines en haut Poitou méridional. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 5e s., t. 3, 1989.

    p. 180 : ill. p. 181, 204, fig 10

Documents figurés

  • Plan cadastral, plan d'assemblage et 28 feuilles, A. Joyaux Géomètre de première classe, Alagille géomètre secondaire, terminé en août 1840.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 4990-4998

Annexes

  • Brandes de Rillé, commune de Jouhet. 1828-1858. Affaires contentieuses en matière de domaines (Archives départementales de la Vienne, 2 Q 121).
  • Chemins n° 16, 76 et 80 à Jouhet.
Date d'enquête 2016 ; Dernière mise à jour en 2018
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.