Dossier d’œuvre architecture IA33004398 | Réalisé par
  • inventaire topographique
Hameau de Goulée
Copyright
  • (c) Conseil départemental de la Gironde
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Saint-Vivien-de-Médoc
  • Commune Jau-Dignac-et-Loirac
  • Lieu-dit Goulée
  • Adresse chemin de Richard , chemin de Goulée
  • Cadastre 1833 B2  ; 2013 B
  • Dénominations
    écart
  • Parties constituantes non étudiées
    moulin

Le hameau de Goulée s'est probablement développé dès le Moyen Âge, sur une hauteur dominant les marais inondés et à proximité de la chapelle saint-Siméon.

Selon l'abbé Baurein (1784-1786), le village appartient au 13e siècle au seigneur Olivier de Lilhan et se nomme "Goaleya" au 15e siècle dans un titre gascon.

Il est visible sur la carte de Masse de 1708, sur celle du Cours de la Garonne de 1759 et sur celle de Belleyme levée en 1763-1764. Un moulin à vent y est également attesté, à l'écart, au nord.

Sur le plan cadastral de 1833, le bâti est réparti le long des différentes voies de communication. D'après les matrices cadastrales, de nombreuses constructions ou reconstructions sont réalisées dans la seconde moitié du 19e siècle.

L'édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks et Féret indique "A Goulée" la veuve Labat produisant 15 à 20 tonneaux d'un cru bourgeois. En 1874, on retrouve la veuve Labat ainsi que M. Lestage produisant 8 tonneaux. En 1898 s'y ajoutent Armand Cruchon et M. Bernard.

L'Atlas de la Gironde publié en 1888 représente encore le moulin, détruit à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle.

  • Période(s)
    • Principale : Temps modernes
    • Principale : Epoque contemporaine

Le hameau se situe à 1,5 km au sud-ouest du port de Goulée. Entouré de vignes et de prairies, il est composé de maisons, la plupart en rez-de-chaussée. On repère d'anciens logements d'ouvriers en alignement sur la voie. Des baies de décharge qui permettaient de réceptionner la vendange indiquent la présence de chais. Des bâtiments agricoles accompagnaient les maisons.

Bibliographie

  • BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd .

    p. 255
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

Documents figurés

  • Carte du 9e quarré de la généralle de Médoc. Dessin, encre, couleur, papier, par Claude Masse (géographe), 1708 [IGN, non coté].

    IGN (Institut national de l'information géographique et forestière)
  • Carte de l’embouchure de la Garonne jusqu’au bec d’Embesse. Dessin, encre et aquarelle, par Desmarais, 1759.

    Archives nationales, Paris : F 14 10059/1/
  • Carte géométrique de la Guyenne dite Carte de Belleyme, feuille n°6, levés vers 1763-1764, éch. 1/43200 env.

  • Plan cadastral napoléonien, 1833.

    Archives départementales de la Gironde, Bordeaux : 3 P 208
    section B
Date d'enquête 2012 ; Date(s) de rédaction 2014
(c) Conseil départemental de la Gironde
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel