Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hameau de Boussageau

Dossier IA86013597 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, dépendance, toit à porcs, puits
Dénominationsmaison, ferme
Aire d'étude et cantonLencloître
AdresseCommune : Lencloître
Lieu-dit : Boussageau

Le hameau de Boussageau est une ancienne paroisse fondée au début du 14e siècle. La paroisse est supprimée en 1822 lors de la création de la commune de Lencloître née à partir d'une portion du territoire de Saint-Genest d'Ambière et de Boussageau.

Jusqu'en 1826, le hameau conserve son église entourée de son cimetière et de six unités d'habitations réparties le long du chemin principal.

À l'entrée est du bourg, un oratoire à la Vierge à l'Enfant a été édifié en 1952 par le curé de la paroisse de Lencloître, Lucien Petit.

La majeure partie des bâtiments ont été construits ou reconstruits au cours des 19e et 20e siècles. Depuis la fin du 20e siècle et le début du 21e siècle, une dizaine de pavillons ont été construits entre les fermes du 19e siècle ainsi qu'à la sortie est du hameau.

Période(s)Principale : 19e siècle, 20e siècle, 21e siècle
Dates1952, porte la date

Situé au centre ouest de la commune de Lencloître, le hameau de Boussageau s'est développé sur le flanc nord d'une colline culminant à 100 mètres, sur les pentes de laquelle a été plantée de la vigne.

Le hameau compte, en 1826, six unités d'habitation, une église et un cimetière. La ferme la plus vaste, située à l'est du bourg, comprend alors un pigeonnier au centre d'une cour. Cet ensemble a été très remanié dans la seconde moitié du 19e siècle.

Les bâtiments de ces anciennes fermes sont séparés et délimitent une cour centrale. Les ouvertures sur la rue sont rares et se cantonnent à l'entrée qui est soit une porte charretière qui peut être sous porche ou un passage aménagé entre deux bâtiments. Les dépendances sont construites avec leur mur gouttereau donnant sur la rue. Certaines dépendances comportent des aérations aménagées dans le mur et constituées de deux tuiles creuses formant un ovale. Les bâtiments comportent un rez-de-chaussée et un étage de comble.

Les murs sont construits en moellon argilo-calcaire, parfois enduits. La pierre de tuffeau est utilisée pour les chaînes d'angle et les encadrements des baies. Les toitures sont à deux pans en tuile (canal ou mécanique pour les toitures les plus récentes).

Un puits commun est encore visible en bordure du chemin : il est composé d'une margelle en pierre et de deux trépieds en métal. Il a conservé son tambour, sa chaîne et son toit.

Murspierre moellon enduit partiel
Toittuile, tuile creuse, tuile mécanique
Étages1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
Techniques
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Lorieux Clarisse
Lorieux Clarisse (1980 - )

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.