Logo ={0} - Retour à l'accueil

Halle

Dossier IA33005736 inclus dans Ville réalisé en 2012

Fiche

Dénominationshalle, marché
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
AdresseCommune : Pauillac
Adresse : place du
Marché
Cadastre : 2012 AS 105

Le déroulement de marchés est attesté dans les registres de délibérations de la commune en 1791. Ils se tiennent alors le dimanche matin, dans un local "très petit".

En 1806, une délibération du conseil municipal indique les zones d'entrepôt de marchandises qui se répartissent dans les rues de la ville et sur les quais.

En 1829, le maire propose l'établissement d'une halle dans les anciennes dépendances et la cour du presbytère : un plan est dressé par le géomètre Richard. Si la place semble bien être investie par les marchands, puisqu'on décide en 1830 d'élever un mur de séparation entre la maison presbytérale, ses dépendances et "la nouvelle place aux foires et marché", en revanche les bâtiments de dépendance du presbytère n'ont pu être convertis en halle, le curé s'y opposant fermement (1838-1839).

En 1879-1880, un marché à poissons est établi sur les quais.

En 1890, on déplore l'absence de marché couvert à Pauillac.

En 1896, un projet de marché couvert sur la place Carnot (à l'emplacement du cimetière déplacé dans les années 1860) est proposé par l'architecte bordelais Lacussan, pour une somme de 10 000 francs : il s'agit d'un bâtiment "composé de fermes métalliques et ayant 35 m de long sur 14 m de large couvrant par suite une superficie de 490 m2". Le maire traite alors avec Émile Paul, fondeur à Bordeaux, rue de Cursol n°12, "pour l'achat d'une partie de la galerie des machines ayant servi à la récente exposition de la Société philanthropique de Bordeaux". Les travaux sont en cours en novembre 1896. Un an plus tard, des travaux complémentaires sont engagés : cimentage et bétonnage du sol, creusement d'un puits.

Cette halle est modifiée à partir de 1945 pour servir de salle des fêtes. Le bâtiment est restauré en 1980, le bois est remplacé par la brique de Brach.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle , (détruit)
Auteur(s)Auteur : Lacussan
Lacussan

Architecte à Bordeaux, fin 19e siècle début 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

La halle est composée d'une structure métallique et de murs avec un bahut et des briques. Les pignons sont traités en essentage de planches.

Mursbrique essentage de planches
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans
État de conservationremanié
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Documentation sur les marchés de Pauillac

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1790-1793, Changement d'emplacement des marchés, 16 avril 1791.

    Marchés qui se tiennent le dimanche matin pour les provisions d'erbages (sic) et autres choses nécessaires à la vie ; local très petit transféré place Feyere (ou Legere??).

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1799-1822, Emplacements pour entrepôt de marchandises, 15 mai 1806.

    La halle et la cour de la commune, même l'emplacement de sa façade servira exclusivement à l'étalage des objets de mercerie, cordillaterie et quincaillerie et autres qui se vendent ordinairement pendant les foires ; la place de la Liberté et les emplacements le long de l'ancien cimetière sont affectés exclusivement au marché des cochons, volailles, herbages et poissons ; le quai depuis la maison du sieur Clémenceau jusqu'à la rue de La Grange à l'étalage et dépôt du vime et cercles de toute espèce ; depuis la rue de La Grange jusqu'à la Verrie pour le carasson, échalas, lattes de toutes espèces et planches ou refendu venant du haut pays ; au-delà du chenal de la Verrerie jusqu'à celui de Saint-Lambert pour le bois à brûler de toute espèce, le vin, les barriques vides, le gros bois de charpente ou de construction, les laines ; depuis la maison de la veuve Delhomme jusqu'à la rue Saint-Martin, on y déposera et vendra les oignons à cordes, poisson et fruits qui arriveront hors le jour de marché ; après la rue Saint-Martin jusqu'au port et chenal du Gahet et de celui-ci jusqu'au chenal de Saint-Vincent, on y déposera aussi les bois à brûler de toute espèce, vin, barriques, gros bois de charpente et de construction et les laines ; tarifs.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Lettre du maire au curé concernant l'installation d'un marché, 4 novembre 1829.

    L'ancien cuvier, la cour, les bâtiments qui font face au cuvier et la petite charmille seraient transformés en marché ; le cuvier et le chai serviraient de halle et de magasin ; une halle semblable et parallèle serait établie dans la charmille ; pour séparer entièrement le presbytère du marché un mur bien construit serait bâti en ligne droite depuis l'angle nord de la mairie jusqu'à la jonction avec le mur ouest de l'ancien chai ; par ce moyen une cour de 36 pieds de profondeur se trouverait établi devant la façade de la maison curiale qui regarde l'église ; un chai de 54 pieds de long sur 20 de large resterait pour l'usage du curé ; l'écurie actuelle serait conservée. La commune achèverait de bâtir la façade de la maison curiale qui regarde la rivière et consentirait en outre une rente annuelle et perpétuelle de 500 francs en faveur des pauvres de la paroisse ; pour ne pas priver M. le curé de tout ombrage, la commune ferait planter des arbres ou une charmille au nord et au sud dans le jardin de la cure et jusqu'à ce que les arbres eussent pris un certain accroissement, les 2/3 de l'espace occupé par les tilleuls resteraient à son usage ; réalisation par M. Richard ingénieur géomètre un plan de place de marché ; les halles seraient de 23 mètres de longueur sur 11 mètres de largeur, qu'il y aurait un magasin à l'ouest de la halle, une grande place au marché de 38 m de largeur sur 23 de longueur.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Décision d'élever un mur de séparation entre la maison presbytérale et ses dépendances de la nouvelle place aux foires et marché, 10 janvier 1830.

    AD Gironde, 2 O 2623, Ordonnance du roi autorisant le bureau de bienfaisance et la fabrique de l'église de Pauillac d'aliéner en faveur de cette commune un terrain de la contenance de 783m2 avec les bâtiments qui s'y trouvent pour l’établissement d’un marché, 12 mai 1830.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Nomination d'un commissaire à l'effet d'examiner le lieu où doit être établi un marché, 4 février 1838.

    Proposition d'utiliser le terrain acquis par la commune de la fabrique et du bureau de bienfaisance (par acte du 31 décembre 1836) ; possibilité de détacher du presbytère une partie de la cour du cuvier et du cellier qui en dépendent et qui sont inutiles au desservant de la commune ; il existe déjà un marché mais faute de local spécial peu de marchands s'y réunissent et ceux qui s'y rendent se tiennent dans les rues et y gênent ainsi la circulation des habitants ; terrain acquis du bureau de bienfaisance et de la fabrique pas assez vaste mais joint à une partie de la cour du cuvier et du cellier du presbytère, serait suffisant.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Rapport pour savoir si la cour, le cuvier, le cellier et une partie du jardin dépendant du presbytère peuvent être détaché pour y établir un marché (rue St Martin), 11 février 1838.

    Rappel, loi du 18 germinal an 10 : les presbytères et leurs dépendances ont été abandonnés aux communes à la charge de fournir un logement aux curés et desservants.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Rapport du maire mentionnant le rejet du curé Gachet du projet d'annexer les dépendances de la cure pour en faire une halle et un marché, 3 février 1839.

    Demande du maire à ce que le curé soit placé dans une autre paroisse.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Établissement d'un marché pour le poisson sur les alluvions du port, projet, détail estimatif des travaux, 2 juillet 1879.

    Dressé par le conducteur des Ponts-et-Chaussées.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Aménagement du marché au poisson, 8 novembre 1879.

    Travaux de terrassement au midi du peyrat : maçonnerie, chaussée, caniveaux, serrurerie restent à faire ; travaux ajournés.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Procès verbal d'adjudication des travaux de maçonnerie et caniveaux à faire au marché aux poissons, 25 juillet 1880.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Élargissement du quai entre le marché aux poissons et le débarcadère, 13 août 1883.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Commission de 5 membres pour rechercher des embellissements à faire en ville et les ressources pour y parvenir, 20 septembre 1890.

    Les installations d'un marché couvert qui font complètement défaut.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Commission des travaux publics : organisation des marchés, 30 novembre 1895.

    Depuis longtemps encombrement qui se produit tous les dimanches et jours de fêtes sur la place de l'église. L'encombrement est tel que l'accès des portes de l'église est difficile et que les magasins des négociants situés au sud de la place sont le plus souvent inaccessibles au public ; décision d'organiser le marché de toutes les denrées alimentaires exclusivement sur la place Richelieu et tous les autres marchands seront installés sur la place Carnot.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Projet d'établir un marché couvert sur la place Carnot, par M. Lacussan, architecte à Bordeaux, 8 février 1896.

    Pour une somme de 10000 francs ; projet composé de fermes métalliques, comprend la création d'une halle ayant 35 m de long sur 14 m de large couvrant par suite une superficie de 490 m2. La longueur sera disposée dans l'axe de la rue Montouroy et disposée de telle sorte que l'alignement de la rue d'Orléans projetée vienne partager le marché en 2 parties égales ; le maire est autorisé à traiter soit avec M. Lacussan, soit avec M. Émile Paul, fondeur à bordeaux, possesseur du matériel à acquérir.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Le maire a traité avec M. Émile Paul, fondeur à Bordeaux, rue de Cursol n°12, pour l'achat d'une partie de la galerie des machines ayant servi à la récente exposition de la Société philanthropique de Bordeaux, 29 mars 1896.

    Le marché comprend toutes les fermes de 7 travées reliées entre elles par des pannes, sur une longueur de 35 m et une largeur de 14, le tout en fer, avec plafond en bois jointé ou bourrelé (?), tout au moins, fendu et mis en place au lieu indiqué, à l'intersection des rues Montauroy et d'Orléans, prolongées idéalement à travers la place Carnot.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Autorisation de continuer les travaux du marché couvert, 21 novembre 1896.

    Établissement d'une banquette et d'une grille d'entourage.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Adjudication des travaux du marché couvert datant du 21 novembre 1896 (Paul, entrepreneur, Lacussan, architecte), 20 novembre 1897.

    Travaux complémentaires : cimentage et bétonnage du sol, creusement d'un puits.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Toiles de fermeture du marché couvert place Carnot hors d'usage : autre mode de fermeture à trouver, 21 mai 1902.

    Supprimer la grille en fer sur les façades ouest, nord et est et surhausser les murs de ces façades en briques creuses de 11x11 sur 2m de hauteur moyenne en conservant le couronnement du mur de banquette qui formera plinthe.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1916-1925, Devis et cahier des charges des réparations à faire au marché établi par Maurin, architecte de la ville, 10 février 1923.

    AC Pauillac, BOITES SAUSSUS, Rapport de l'architecte communal sur l'état du presbytère et du marché couvert, 2 avril 1926.

Références documentaires

Bibliographie
  • MOUCHEL, Guy. Pauillac (Mémoire en images). Saint-Cyr-sur-Loire : A. Sutton, 2001.

    p. 17-18
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire