Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vals de Gartempe et Creuse - Pleumartin
  • Commune Lésigny
  • Cadastre 1833 B 600  ; 2012 AD 44 à 48

Aucun bâtiment ne figure à cet emplacement sur le plan cadastral de 1833. L'origine de cet édifice date probablement de l'année 1841 selon les matrices cadastrales. Ces dernières indiquent que trois nouvelles maisons ont été construites à cette date sur la parcelle 1833 B 600. En 1849, les registres de comptes de la municipalité font état de l'aménagement d'une halle en centre bourg, sans que l'on puisse déterminer son emplacement. Au début du 19e siècle, une petite halle, située dans le bourg à l'emplacement de l'actuelle croix près du monument aux morts, servait aux marchands qui venaient assister aux foires de Lésigny. En 1856, la municipalité acquiert les halles appartenant au marquis de Lussac, propriétaire d'un château à Sainte-Catherine de Fierbois, en Indre-et-Loire, et ancien propriétaire du château de la Boutelaye. En 1858, les matrices cadastrales indiquent qu'un jardin est créé à côté des bâtiments sur la parcelle B 600. En 1861, elles mentionnent qu'une partie des halles, toujours sur la parcelle B 600, est aménagée en lieu de culte suite à la destruction de l'église romane et en attendant la construction de la nouvelle. En 1871, toujours selon les matrices cadastrales, un jardin productif est créé et ajouté aux bâtiments déjà existants. Un projet d'aménagement de la mairie à l'emplacement des halles est évoqué dans les années 1874/1875. Un an après ce premier projet, un second émerge. Il reprend les idées émises en 1874/1875, toutefois, une maison d'école pour les garçons vient compléter le futur aménagement. En 1877, la transformation des halles en maison d'école-mairie débute. La commune souhaite construire cette maison d'école au plus vite car le bail à ferme de l'ancienne école de garçons expire le 24 juin 1878. En outre, la municipalité n'a pas les fonds nécessaires pour cet aménagement. De ce fait, elle est obligée en 1877 de vendre les deux bâtiments aux extrémités des halles. L'argent récolté permet de financer une partie des travaux. Les acquéreurs au nombre de trois transforment les extrémités des halles en trois logements. La partie centrale des anciennes halles est donc transformée en mairie, maison d'école et lieu de stockage des graines lors des foires. Le 29 juillet 1877, les plans et devis du projet sont acceptés et l'adjudication des travaux se fait quelques mois après. En plus de l'argent des ventes des halles, un secours est demandé au Ministre de l'Instruction publique, des cultes et des Beaux-Arts. La municipalité finance grâce à un impôt extraordinaire faisant suite à celui de l'église terminé en 1880. La Sous-Préfecture de Châtellerault accorde une subvention supplémentaire sur les fonds de l'Etat. Après un retard de quelques mois, les aménagements sont terminés dans la seconde moitié de l'année 1880. Les anciennes halles n'ont pas été totalement détruites car lesvestiges des arcades murées de celles-ci sont visibles sur l'élévation postérieure. Une partie de la structure du bâtiment a donc été conservée. L'école de garçons n'est pas restée à cet emplacement très longtemps puisqu'elle a été transférée en 1901 à côté de l'école des filles, route de Mairé. Seule, la mairie reste à cet emplacement. Elle a été réaménagée, uniquement dans la travée centrale à fronton, en 1923. Les parties latérales sont aujourd'hui privatives et la mairie a été transférée à son emplacement actuel.

Les anciennes halles sont situées au centre du bourg, parallèles à la Grand Rue. L'élévation principale est composée de cinq travées. Chacune d'entre elles possède le même agencement : une porte et une fenêtre, alignée sur le même axe. Toutes les ouvertures ont des encadrements en pierre de taille de tuffeau. Une clé saillante ornemente les baies de la travée centrale et des deux travées de droite. Les trois ouvertures de gauche du premier étage sont munies de balcons en ferronnerie. Le balcon de la travée centrale, plus important, est soutenu par des corbeaux. Au-dessus de la travée centrale, un fronton présente des inscriptions sculptées dans deux cartouches : "RF" pour République Française et "Mairie". Sur l'élévation postérieure, des arcades murées sont les vestiges des anciennes halles.

Un chaînage d'angle en tuffeau structure les angles du bâtiment. Les soubassements sont édifiés en silex. La couverture du bâtiment est un toit à longs pans et croupes couvert en ardoise. Une corniche en tuffeau surmonte les élévations. Les murs sont recouverts d'un enduit. Dans le projet d'origine de 1876, le grenier a été parquetté afin de pouvoir l'utiliser. Un puits, des latrines et un hangar avaient été aménagés derrière les halles.

  • Murs
    • silex enduit
    • pierre de taille
  • Toits
    ardoise
  • Étages
    1 étage carré
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • croupe
  • Techniques
    • ferronnerie
    • sculpture
  • Statut de la propriété
    propriété privée
    propriété de la commune

Inscriptions : "RF" ; "Mairie"

Documents d'archives

  • Mairie de Lésigny.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 2 O 156 4. Sous-série 2 O, Administration et comptabilité communales de Lésigny

Bibliographie

  • La Mémoire Lésignoise, Redécouvrir Lésigny, Bulletin de l'association la Mémoire Lésignoise.

    p. 32

Documents figurés

  • [Projet de halle et de mairie]. Plans, coupes.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 2 O 156 4. Sous-série 2 O, Administration et comptabilité communales de Lésigny
Date d'enquête 2012 ; Dernière mise à jour en 2012
Articulation des dossiers