Dossier d’œuvre architecture IA17045903 | Réalisé par
Suire Yannis (Enquêteur)
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Estuaire de la Gironde
Groupe scolaire
Auteur
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde
  • Commune Meschers-sur-Gironde
  • Lieu-dit Bourg
  • Adresse 1 rue du Château-Bardon
  • Cadastre 2009 AI 157
  • Dénominations
    groupe scolaire, école primaire, école maternelle
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, logement

Jusqu'aux années 1950, Meschers disposait de deux écoles : l'une pour les garçons, entre la rue des Carrières et la rue des Rochers (là où se trouve aujourd'hui un lotissement communal), l'autre pour les filles, construite en 1881 à l'emplacement de l'actuelle salle de la Passerelle (voir le dossier documentaire de cette dernière).

L'enseignement à Meschers est relativement bien développé et structuré dès la fin du 18e siècle au moins. En 1789, deux enseignants sont mentionnés, M. Achard et M. Andos. En 1800, Nicolas Debrie est autorisé à exercer les fonctions d'instituteur libre. Meschers bénéficie aussi des services de l'épouse de M. Guedon, préposé aux douanes, et de Mme Archambeau, épouse de M. Coutant, ancien cuisinier. Au total, pas moins de 48 élèves fréquentent ces classes où, remarque le conseil municipal, "on enseigne à lire, à écrire, à chiffrer, et la connaissance de la sphère et des sciences pour la navigation". En 1830, il existe deux écoles privées, l'une catholique et l'autre protestante.

En 1841, la municipalité de Meschers décide d'acheter une maison située entre la rue des Carrières et la rue des Rochers, perpendiculaires à la rue des Carrières, appartenant à Charles Arthur Daubourg, pour y établir une école communale de garçons et la mairie. Cette solution est préférée à une construction ex-nihilo, la commune s'étant déjà endettée pour la construction du temple protestant et, bientôt, pour celle du presbytère catholique. L'acquisition a lieu le 22 janvier 1844. La mairie s'installe à l'extrémité est de la maison, côté rue des Carrières. S'ensuivent ensuite une entrée, une chambre à coucher et une cuisine pour l'instituteur, et une salle de classe, agrandie en 1863.

Une seconde classe est construite en 1886 à la suite de la première, vers l'ouest, sur les plans d'E. Gabaud, architecte à Royan. Cet agrandissement est rendu nécessaire par l'augmentation du nombre d'élèves (80 en 1886), qui a déjà entraîné la création d'un poste d'adjoint en 1882. Les travaux sont réalisés par Jules Thomas, entrepreneur à Royan, et le nouveau mobilier scolaire est fourni par Félix et Jules Couzain, père et fils, entrepreneurs à Meschers.

Dans les premières décennies du 20e siècle, le nombre d'élèves continue à augmenter, tant dans l'école de garçons que dans celle de filles dont les locaux s'avèrent petits et vétustes. Dans les années 1920, la mairie quitte la rue des Carrières pour s'installer dans l'ancien presbytère protestant (actuel office du tourisme). Dès 1937, on envisage la construction d'un groupe scolaire, projet mis entre parenthèse par la guerre 1939-1945.

Ce projet est remis en avant au début des années 1950. Les plans en sont présentés en 1955 par André Gobain, architecte à Bordeaux. Le projet prévoit des bâtiments aux murs de brique, avec des chainages et des linteaux d'ouvertures en ciment armé, et une charpente en sapin. L'école de garçons occuperait les locaux actuels de l'école maternelle, l'école de filles ceux de l'école primaire, avec une maternelle entre les deux. Adjugés le 7 décembre 1956, les travaux s'étalent entre 1957 et 1958. Dès lors, les élèves quittent les anciennes écoles de filles et de garçons.

En 1975-1977, suite à la création de mixité des écoles, l'école de garçons fait place à l'école maternelle. Le réaménagement est réalisé sur les plans de Michel Legrand, architecte à Royan. Ajoutée au nord de l'ensemble, la crèche a ouvert ses portes en 2011.

Le groupe scolaire comprend une suite de corps de bâtiments reliés entre eux et qui font la séparation entre deux cours de récréation. Du nord au sud se succèdent la crèche, l'école maternelle, la cantine et l'école primaire. Au sud-ouest, un étroit passage sépare cette dernière d'un petit immeuble à deux étages, qui comprenait des logements d'enseignants. Les deux écoles et la cantine sont en en rez-de-chaussée, sous des toits à croupes. Des suites de larges fenêtres alternent avec d'autres de fenêtres plus petites et en hauteur. La plupart des murs sont enduits. Certains autres sont traités en parement de moellons. L'ensemble est d'une grande sobriété. La seule véritable fantaisie réside dans le auvent à claire-voie qui protège la porte au nord, rue du Château-Bardon.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
    • béton
    • parement
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    en rez-de-chaussée
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe
  • Statut de la propriété
    propriété publique

Documents d'archives

  • 1828-1834 : organisation des écoles primaires protestantes de l'académie de Poitiers.

    Archives nationales, Paris : F17 12510
  • 1790-1888 : registre des délibérations du conseil municipal de Meschers.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : E dépôt 24/242, 1D 1 à 6
  • 1844-1937 : construction et aménagement des écoles de filles et de garçons de Meschers.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1088
  • 1873-1882 : construction des écoles de garçons et de filles, suivant les projets d'A. Bonnet, architecte à Saint-jean-d'Angély, avec plans.

    Archives municipales, Meschers-sur-Gironde : 1M 7 à 9
  • 1955-1958 : construction du groupe scolaire de Meschers.

    Archives municipales, Meschers-sur-Gironde : 1M 14
  • 1975-1977 : aménagement de l'école maternelle dans l'ancienne école de garçons du groupe scolaire de Meschers.

    Archives municipales, Meschers-sur-Gironde : 1M 18
  • Informations et références fournies par M. Nicolas Champ, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bordeaux 3, auteur en 2009 d'une thèse de doctorat intitulée "Religion et territoire. L´espace public entre présence confessionnelle et sécularisation dans la France du 19e siècle. Le cas de la Charente-Inférieure (1801-1914)".

Date d'enquête 2014 ; Date(s) de rédaction 2014
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers