Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fonderie de la Roulette, puis usine de préparation de produit minéral, actuellement Ashland-Avébène

Dossier IA17000408 réalisé en 1999

Fiche

Appellationsfonderie dite fonderie de la Roulette, puis Avébène, actuellement Ashland-Avébène
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement patronal, hangar industriel, vestiaire d'usine, conciergerie
Dénominationsfonderie, usine de préparation de produit minéral
Aire d'étude et cantonCharente-Maritime - Pons
AdresseCommune : Pons
Lieu-dit : la Roulette
Adresse : 126 avenue
Gambetta
Cadastre : 1999 AC 258

Fonderie de la Roulette créée durant le 4e quart du 19e siècle ; on y fabriqua les conduites pour la distribution aux particuliers du gaz de ville de Pons. A la fin du siècle, l'entreprise appartient aux frères Guimard, Paul et Anselme, qui s'installent à Saintes en 1911. Dans les années 1930-1940, l'usine appartient à M. Leplus, qui fabrique des additifs pour l'industrie de la fonderie. Des wagonnets transportent les matières premières d'un atelier à l'autre. L'usine est rachetée en 1945 par la Société Avébène, fondée par M. Navarre, de Tartasse dans les Landes, qui possède trois autres sites en France, et qui est alors spécialisée dans la fabrication des agglomérants pour sable de fonderie, des argiles de régénération, des enduits réfractaires pour moulage et des produits désoxydants et épurants pour la fusion des métaux. Dans les années 1960 sont bâtis deux ateliers pour le traitement du charbon. L'entreprise est rachetée par le groupe américano-allemand Ashland en 1982, et prend le nom d'Ashland-Avébène sans cesser son activité : les produits servant à la conception des moules de fonderie sont vendus aux constructeurs automobiles Français, aux fabriquants de moteurs et d'engins pour les travaux publics. Un atelier de fabrication de liquides à base de silicates d'alumine, servant à enduire les moules, a été construit vers 1988. Dans les années 1980, 20 personnes y travaillaient, en 1999, elles ne sont plus que 5.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle

Le logement patronal et les deux premiers ateliers de fabrication sont en moellon enduit. Un même corps de bâtiment abrite le logement patronal, le bureau et un atelier ; il possède un étage carré et un toit à croupes en tuile creuse. Le deuxième atelier de fabrication est en moellon enduit, et toit en tuile mécanique ; sa charpente originelle en bois a été remplacée dans les années 1930 par une charpente métallique. Le hangar à pignon est en moellon et charpente en bois, avec soubassement en moellon sur une hauteur de 1, 50 m environ. La conciergerie et le vestiaire sont en pierre de taille, à un étage carré et toit actuel en ciment amianté sur une charpente métallique récente. Les deux ateliers des années 1960 sont en pan de métal avec essentage métallique. L'atelier de 1988 est en parpaing de béton, charpente métallique et toit en ciment amianté.

Murscalcaire moellon enduit
calcaire pierre de taille
métal pan de métal essentage
béton parpaing de béton
Toittuile creuse, ciment amiante en couverture
Étages1 étage carré
Couvrementscharpente en bois apparente
charpente métallique apparente
Couverturestoit à longs pans croupe
pignon couvert
Énergiesénergie électrique produite sur place
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Charente-Maritime, 77 J 338, Fonds Guillon. 1927-1928 : construction de la caséinerie d'Asnières-la-Giraud par André Guillon.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Pouvreau Pascale